Luxembourg

Constitution du Luxembourg

I. CONSTITUTION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7

Chapitre Ier. - De l’Etat, de son territoire et du Grand-Duc (Art. 1er à 8). . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11

Chapitre II. - Des libertés publiques et des droits fondamentaux (Art. 9 à 31) . . . . . . . . . . . . . 12

Chapitre III. - De la Puissance souveraine (Art. 32 à 49bis) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31

§ 1er. - De la Prérogative du Grand-Duc (Art. 33 à 45) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32

§ 2. - De la Législation (Art. 46 à 48) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39

§ 3. - De la Justice (Art. 49) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39

§ 4. - Des pouvoirs internationaux (Art. 49bis) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39

Chapitre IV. - De la Chambre des Députés (Art. 50 à 75) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39

Chapitre V. - Du Gouvernement du Grand-Duché (Art. 76 à 83) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 44

Chapitre Vbis. - Du Conseil d’Etat (Art. 83bis). . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45

Chapitre VI. - De la Justice (Art. 84 à 95ter) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45

Chapitre VII. - De la Force publique (Art. 96 à 98) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 56

Chapitre VIII. - Des Finances (Art. 99 à 106) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57

Chapitre IX. - Des Communes (Art. 107 et 108) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 58

Chapitre X. - Des Etablissements publics (Art. 108bis). . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 60

Chapitre XI. - Dispositions générales (Art. 109 à 115) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 60

Chapitre XII. - Dispositions transitoires et supplémentaires (Art. 116 à 121) . . . . . . . . . . . . . . . . 63

Doctrine . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 65

Index de la Constitution par articles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 69

Sommaire 5

Ministère d’Etat - Service Central de Législation – 2009

SOMMAIRE

6 Sommaire

II. CONVENTION DE SAUVEGARDE DES DROITS DE L'HOMME ET

DES LIBERTES FONDAMENTALES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 71

Convention de sauvegarde des droits de l’homme et des libertés fondamentales, signée à Rome, le 4 novembre 1950 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 73

Accord européen concernant les personnes participant aux procédures devant la Commission et la Cour européennes des droits de l'homme, fait à Londres, le 6 mai 1969. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 84

Accord européen concernant les personnes participant aux procédures devant la Cour européenne des Droits de l'homme, signé à Strasbourg, le 5 mars 1996 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 87

Protocoles additionnels à la Convention de sauvegarde des droits de l'homme:. . . . . . . . . . . . . . . . . 90

Protocole additionnel du 20 mars 1952 (biens, instruction, élections) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 90

Protocole n° 2 du 6 mai 1963 (compétences de la Cour). . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 92

Protocole n° 4 du 16 septembre 1963 (liberté de circulation) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 93

Protocole n° 6 du 28 avril 1983 (peine de mort) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 95

Protocole n° 7 du 22 novembre 1984 (expulsions, poursuites judiciaires, droits des époux) . . . . . . . . 97

Protocole n° 9 du 6 novembre 1990 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 100

Protocole n° 10 du 25 mars 1992 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 101

Protocole n° 11 du 11 mai 1994 (restructuration du mécanisme de contrôle établi par la Convention) 103

Protocole n° 12 du 4 novembre 2000 (discrimination) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 110

Protocole n° 13 du 3 mai 2002 (peine de mort) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 112

Protocole n° 14 du 13 mai 2004 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 113

Jurisprudence relative à la Convention. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 117

Jurisprudence relative au Protocole additionnel du 20 mars 1952. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 148

Jurisprudence relative au Protocole n° 7 du 22 novembre 1984 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 151

Doctrine . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 153

Index de la Convention de sauvegarde des droits de l’homme et des libertés fondamentales par articles 159

Ministère d’Etat - Service Central de Législation – 2009

S o m m a i r e

Chapitre Ier. – De l’Etat, de son territoire et du Grand-Duc (Art. 1er à 8) . . . . . . . . . . . . . . . . . 11

Chapitre II. – Des libertés publiques et des droits fondamentaux (Art. 9 à 31) . . . . . . . . . . 12

Chapitre III. – De la Puissance souveraine (Art. 32 à 49bis) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31

§ 1er - De la Prérogative du Grand-Duc (Art. 33 à 45) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32

§ 2. - De la Législation (Art. 46 à 48). . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39

§ 3. - De la Justice (Art. 49) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39

§ 4. - Des pouvoirs internationaux (Art. 49bis) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39

Chapitre IV. – De la Chambre des Députés (Art. 50 à 75) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39

Chapitre V. – Du Gouvernement du Grand-Duché (Art. 76 à 83) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 44

Chapitre Vbis – Du Conseil d’Etat (Art. 83bis). . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45

Chapitre VI. – De la Justice (Art. 84 à 95ter) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45

Chapitre VII. – De la Force publique (Art. 96 à 98) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 56

Chapitre VIII. – Des Finances (Art. 99 à 106) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57

Chapitre IX. – Des Communes (Art. 107 et 108) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 58

Chapitre X. - Des Etablissements publics (Art. 108bis). . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 60

Chapitre XI. – Dispositions générales (Art. 109 à 115) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 60

Chapitre XII. – Dispositions transitoires et supplémentaires (Art. 116 à 121) . . . . . . . . . . . . . 63

Doctrine . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 65

Index de la Constitution par articles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 69

Constitution 7

Ministère d’Etat - Service Central de Législation – 2009

C O

N S

T IT

U T

IO N

CONSTITUTION I .

TEXTE DE LA CONSTITUTION DU GRAND-DUCHE DE LUXEMBOURG

du 17 octobre 1868,

(Mém. 23 du 22 octobre 1868, p. 220)

telle qu’elle a été modifiée par les révisions des

15 mai 1919 (Mém. 33 du 16 mai 1919, p. 529),

28 avril 1948 (Mém. 28 du 28 avril 1948, p. 649),

6 mai 1948 (Mém. 30 du 10 mai 1948, p. 685),

15 mai 1948 (Mém. 32 du 19 mai 1948, p. 717),

21 mai 1948 (Mém. 35 du 29 mai 1948, p. 797),

27 juillet 1956 (Mém. 41 du 20 août 1956, p. 927),

25 octobre 1956 (Mém. 52 du 3 novembre 1956, p. 1151),

27 janvier 1972 (Mém. A - 5 du 28 janvier 1972, p. 134; doc. parl. 1462),

13 juin 1979 (Mém. A - 55 du 9 juillet 1979, p. 1104 et 1105, doc. parl. 2173),

25 novembre 1983 (Mém. A - 100 du 1er décembre 1983, p. 2181, 2182 et 2183; doc. parl. 2703; Rectificatif: Mém. A - 107 du 19 décembre 1983, p. 2280),

20 décembre 1988 (Mém. A - 67 du 21 décembre 1988, p. 1273; doc. parl. 3230),

31 mars 1989 (Mém. A - 21 du 14 avril 1989, p. 259 et 260; doc. parl. 3232 et 3238),

20 avril 1989 (Mém. A - 27 du 11 mai 1989, p. 535; doc. parl. 3234),

13 juin 1989 (Mém. A - 46 du 10 juillet 1989, p. 857, 858, 859 et 860; doc. parl. 3227, 3228, 3229, 3231, 3233, 3236),

16 juin 1989 (Mém. A - 46 du 10 juillet 1989, p. 860; doc. parl. 3237),

19 juin 1989 (Mém. A - 46 du 10 juillet 1989, p. 861; doc. parl. 3235),

23 décembre 1994 (Mém. A - 116 du 24 décembre 1994, p. 2732 et 2733; doc. parl. 3981),

12 juillet 1996 (Mém. A - 45 du 12 juillet 1996, p. 1318; doc. parl. 4152 et 4153),

12 janvier 1998 (Mém. A - 2 du 20 janvier 1998, p. 10, 11 et 12; doc. parl. 3895, 3922, 3908, 3912, 3913 et 3925),

29 avril 1999 (Mém. A - 49 du 5 mai 1999, p.1174; doc. parl. 3923A et 3900),

2 juin 1999 (Mém. A - 63 du 8 juin 1999, p. 1412; doc. parl. 3897, 3898, 3903, 3904, 3905 et 4531),

8 août 2000 (Mém. A - 83 du 25 août 2000, p. 1965; doc. parl. 4634),

18 février 2003 (Mém. A - 29 du 21 février 2003, p. 444; doc. parl. 5035),

19 décembre 2003 (Mém. A - 185 du 31 décembre 2003, p. 3969; doc. parl. 4765),

26 mai 2004 (Mém. A - 81 du 7 juin 2004, p. 1164; doc. parl. 3924),

26 mai 2004 (Mém. A - 81 du 7 juin 2004, p. 1164; doc. parl. 5039 et 5047),

19 novembre 2004 (Mém. A - 186 du 25 novembre 2004, p. 2784; doc. parl. 4754),

21 juin 2005 (Mém. A - 87 du 24 juin 2005, p. 1638; doc. parl. 5414),

1er juin 2006 (Mém. A - 100 du 14 juin 2006, p. 1826; doc. parl. 4939),

1er juin 2006 (Mém. A - 100 du 14 juin 2006, p. 1826; doc. parl. 4285),

13 juillet 2006 (Mém. A - 124 du 19 juillet 2006, p. 2140; doc. parl. 3923B),

29 mars 2007 (Mém. A - 48 du 30 mars 2007, p. 842; doc. parl. 3923C),

24 octobre 2007 (Mém. A - 192 du 29 octobre 2007, p. 3466; doc. parl. 5596),

31 mars 2008 (Mém. A - 37 du 2 avril 2008, p. 600; doc. parl. 5673),

Constitution 9

Ministère d’Etat - Service Central de Législation – 2009

C O

N S

T IT

U T

IO N

23 octobre 2008 (Mém. A - 213 du 28 décembre 2008, p. 3184; doc. parl. 5672),

23 octobre 2008 (Mém. A - 213 du 28 décembre 2008, p. 3184; doc. parl. 5595),

12 mars 2009 (Mém. A - 43 du 12 mars 2009, p. 586; doc. parl. 5967).

10 Constitution

Ministère d’Etat - Service Central de Législation – 2009

Te x t e c o o r d o n n é

(Révision du 12 janvier 1998)

«Chapitre Ier. - De l’Etat, de son territoire et du Grand-Duc

Art. 1er.

Le Grand-Duché de Luxembourg est un Etat démocratique, libre, indépendant et indivisible.»

Art. 2.

Les limites et chefs-lieux des arrondissements judiciaires ou administratifs, des cantons et des communes ne peuvent être changés qu’en vertu d’une loi.

Constitution 11

Ministère d’Etat - Service Central de Législation – 2009

C O

N S

T IT

U T

IO N

Jurisprudence

Il appartient au Gouvernement de statuer sur les

contestations relatives aux délimitations de deux

sections. (art. 8 du décret du 17/20 avril 1790)

L'art. 2 de la Constitution qui dit que les limites des

chefs-lieux des arrondissements judiciaires ou

administratifs, des cantons et des communes ne

peuvent être changées qu'en vertu d'une loi, ne

s'applique ni à la création des sections, ni à leur délimi-

tation.

Aucune disposition légale ne prescrit des formalités

spéciales à suivre pour parvenir à la délimitation ou à la

reconnaissance des limites existantes des sections.

Cette délimitation constitue un acte de pure adminis-

tration; les réclamations des intéressés ne lui

impriment pas le caractère d'une matière contentieuse,

de sorte que les formalités prescrites en cette matière

ne sont pas applicables; il en est ainsi notamment de

celles prévues à l'art. 106 de la loi communale de 1843.

(Conseil d'Etat, 29 mars 1890, Sections de Schieren et

Birtrange, Pas. 2, p. 579)

Art. 3.

La Couronne du Grand-Duché est héréditaire dans la famille de Nassau, conformément au pacte du 30 juin 1783, à l’art. 71 du traité de Vienne du 9 juin 1815 et à l’art. 1er du traité de Londres du 11 mai 1867.

Art. 4.

(Révision du 12 janvier 1998)

«La personne du Grand-Duc est inviolable.»

Art. 5.

(Révision du 25 novembre 1983)

«(1) Le Grand-Duc de Luxembourg est majeur à l’âge de dix-huit ans accomplis. Lorsqu’il accède au trône, il prête, aussitôt que possible, en présence de la Chambre des Députés ou d’une députation nommée par elle, le serment suivant:

(2) «Je jure d’observer la Constitution et les lois du Grand-Duché de Luxembourg, de maintenir l’indé- pendance nationale et l’intégrité du territoire ainsi que les libertés publiques et individuelles.»»

Art. 6.

Si à la mort du Grand-Duc Son successeur est mineur, la régence est exercée conformément au pacte de famille.

Art. 7.

Si le Grand-Duc se trouve dans l’impossibilité de régner, il est pourvu à la régence comme dans le cas de minorité.

En cas de vacance du Trône, la Chambre pourvoit provisoirement à la régence. - Une nouvelle Chambre, convoquée en nombre double dans le délai de trente jours, pourvoit définitivement à la vacance.

Art. 8.

(Révision du 25 novembre 1983)

«(1) Lors de son entrée en fonctions, le Régent prête le serment suivant:

(2) «Je jure fidélité au Grand-Duc. Je jure d’observer la Constitution et les lois du pays.»»

«Chapitre II. - Des libertés publiques et des droits fondamentaux»1

Art. 9.

(Révision du 23 octobre 2008)

«La qualité de Luxembourgeois s’acquiert, se conserve et se perd d’après les règles déterminées par la loi.»

(Révision du 23 décembre 1994)

«La présente Constitution et les autres lois relatives aux droits politiques déterminent quelles sont, outre cette qualité, les conditions nécessaires pour l’exercice de ces droits.

Par dérogation à l'alinéa qui précède, la loi peut conférer l'exercice de droits politiques à des non-Luxem- bourgeois.»

Art. 10. (. . .) (abrogé par la révision du 23 octobre 2008)

(Révision du 29 avril 1999)

«Art. 10bis.

(1) Les Luxembourgeois sont égaux devant la loi.

12 Constitution

Ministère d’Etat - Service Central de Législation – 2009

1 Intitulé ainsi modifié par la révision du 2 juin 1999.

Jurisprudence

Voir note Kinsch in pasicrisie 1-2/2008

Critères d'appréciation de l'égalité devant la loi

1. Egalité devant la loi - Egalité devant les charges

publiques - Application particulière du principe d'égalité

devant la loi - Const., art. 10 bis (1) -

L'égalité devant les charges publiques est une appli-

cation particulière du principe d'égalité devant la loi

formulé à l'article 10 bis (1) de la Constitution.

(Cour Constitutionnelle, Arrêt 9/00 du 5 mai 2000, Mém. A - 40

du 30 mai 2000, p. 948)

2. Egalité devant la loi - Violation - Condition - Discrimi-

nation - Catégories de personnes victimes d'une discri-

mination se trouvant dans une situation comparable -

Const., art. 10 bis (1) -

La mise en oeuvre de la règle constitutionnelle

d'égalité suppose que les catégories de personnes

entre lesquelles une discrimination est alléguée se

trouvent dans une situation comparable au regard de la

mesure critiquée.

(Cour Constitutionnelle, Arrêt 9/00 du 5 mai 2000, Mém. A - 40

du 30 mai 2000, p. 948)

3. Egalité devant la loi - Violation - Admissibilité -

Condition - Différence instituée procédant de disparités

objectives, étant rationnellement justifiée, adéquate et

proportionnée à son but - Rôle du juge constitutionnel -

Recherche de l'objectif de la loi - Const., art. 10 bis (1) -

Le législateur peut, sans violer le principe constitu-

tionnel de l'égalité, soumettre certaines catégories de

personnes à des régimes légaux différents à condition

que la différence instituée procède de disparités objec-

tives, qu'elle soit rationnellement justifiée, adéquate et

proportionnée à son but. En cas d'inégalité créée par la

loi entre des catégories de personnes, il appartient au

juge constitutionnel de rechercher l'objectif de la loi

incriminée. Il lui incombe, à défaut de justification suffi-

samment exprimée dans les travaux préparatoires, de

reconstituer le but expliquant la démarche du légis-

lateur pour, une fois l'objectif ainsi circonscrit, examiner

s'il justifie la différence législative instituée au regard

des exigences de rationalité, d'adéquation et de

proportionnalité.

(Cour Constitutionnelle, Arrêt 9/00 du 5 mai 2000, Mém. A - 40

du 30 mai 2000, p. 948)

4. Egalité devant la loi - Allocations familiales - Assujettis-

sement aux cotisations - Employeurs et personnes

ressortissant de la Chambre d'agriculture - Employeurs

et personnes exerçant une activité professionnelle non

salariée - Traitement inégal - Traitement non contraire

au principe d'égalité - Const., art. 10 bis (1); loi modifiée

du 19 juin 1985, art. 16, alinéa 3° -

L'article 16, alinéa 3 de la loi modifiée du 19 juin 1985

concernant les allocations familiales et portant création

de la Caisse nationale des prestations familiales, dans

sa teneur lui conférée par l'article 7 de la loi du 17 juin

1994, en ce qu'il a mis à charge des personnes affiliées

du titre d'une activité non salariée les cotisations, toute

en mettant à charge de l'Etat les cotisations des

personnes exerçant une activité non salariée ressor-

tissant de la Chambre d'agriculture, n'était pas

contraire à l'article 10 bis (1) de la Constitution.

(Cour Constitutionnelle, Arrêt 9/00 du 5 mai 2000, Mém. A - 40

du 30 mai 2000, p. 948)

5. Constitution - principe de l'égalité devant la loi - portée

- Const., art. 11 -

Le principe constitutionnel de l'égalité devant la loi,

applicable à tout individu touché par la loi luxembour-

geoise si les droits de la personnalité, et par extension

des droits extra-patrimoniaux sont concernés, ne

s'entend pas dans un sens absolu, mais requiert que

tous ceux qui se trouvent dans la même situation de fait

et de droit soient traités de la même façon -

(TA 12-1-99 (10800); TA 22-3-2000 (11351); TA 23-10-02

(14663); TA 17-3-03 (15379); TA 5-11-03 (16243); TA 2-2-04

(16191); TA 2-2-04 (16273); TA 2-2-04 (16653); TA 11-7-05

(19188); TA 28-11-05 (19639 et 19683))

Le principe d'égalité de traitement est compris comme

interdisant le traitement de manière différente des

situations similaires, à moins que la différenciation soit

objectivement justifiée. Il appartient par conséquent

aux pouvoirs publics, tant au niveau national qu'au

niveau communal, de traiter de la même façon tous

ceux qui se trouvent dans la même situation de fait et

de droit. Par ailleurs, lesdits pouvoirs publics peuvent,

sans violer le principe de l'égalité, soumettre certaines

catégories de personnes à des régimes légaux diffé-

rents, à condition que les différences instituées

procèdent de disparités objectives, qu'elles soient

rationnellement justifiées, adéquates et proportionnées

à leur but -

(TA 6-12-2000 (100191); TA 10-7-02 (14378, confirmé par

arrêt du 26-11-02, 15233C); TA 23-10-02 (14663); TA 12-12-

02 (15377); TA 17-3-03 (15379); TA 5-5-03 (15026); TA 5-11-

03 (16243); TA 2-2-04 (16191); TA 2-2-04 (16273); TA 2-2-04

(16653); TA 29-9-04 (17756); TA 11-7-05 (19188); TA 28-11-05

(19639 et 19683))

dans le même sens: Constitution - principe de l'égalité

devant l'impôt - portée - Const., art. 11 -

(TA 1-7-99 (10868))

En particulier: Aides agricoles - condition d'âge - r. g.-d.

du 9 novembre 2001, art. 2, al. 1er - illégalité - Const.

art. 10bis et 95 -

Dans la mesure où l'article 2, alinéa 1er du règlement

grand-ducal du 9 novembre 2001 pose dans le chef de

l'exploitant, demandeur d'aides, la condition d'âge de

55 ans, cette disposition réglementaire à la fois excède

le cadre légal posé et ne se justifie pas légalement au

regard des exigences posées par l'article 10bis de la

Constitution, de sorte que le juge ne saurait appliquer

la disposition réglementaire en question dans ces

limites -

(TA 17-3-03 (15379))

6. Si l'article 11(2) de la Constitution interdit d'établir une

distinction arbitraire entre les Luxembourgeois, il

n'interdit pas d'établir des différences de traitement

fondées sur des critères objectifs et en rapport avec

l'objet de la réglementation ou avec le but que celle-ci

peut légalement poursuivre.

(Cour (cass.), 22 février 1996, Pas. 30, p. 2)

7. Egalité devant la loi - Champ d'application - personnes

morales -

Considérant que l'appelante invoque encore l'article

10bis de la Constitution disposant que les Luxembour-

geois sont égaux devant la loi, en arguant que cette

égalité concerne les droits de la personnalité.

Considérant que même si, historiquement, la Consti-

tution luxembourgeoise a entendu viser sous le terme

de «Luxembourgeois» les seules personnes

physiques, force est actuellement à la Cour de retenir à

partir du libellé non distinctif opéré et de l'évolution

allant dans le sens de la création de moult personnes

morales sur base des différentes lois les prévoyant, que

le même terme est appelé à englober tant les Luxem-

bourgeois, personnes physiques, que les personnes

morales de droit luxembourgeois.

Considérant qu'au-delà de ce constat, la possibilité

d'invocation de cette disposition constitutionnelle se

trouve encore conditionnée non seulement par l'exis-

tence même de la personnalité juridique dans le chef

du groupement considéré, mais encore par son

opposabilité aux tiers, exigence non vérifiée en l'état

actuel des données soumises à la Cour.

(CA 1.2.2007, 21364C)

Conformité

8. Egalité devant la loi - Divorce par consentement

mutuel et divorce pour cause déterminée - Situation

comparable (non) - Const., art. 10 bis (1) -

Le divorce par consentement mutuel et le divorce

pour cause déterminée, bien que tendant vers la

même fin, constituent des institutions juridiques

distinctes qui suivent des régimes spécifiques [ : ] le

régime du divorce par consentement mutuel,

nonobstant l'entorse y apportée par la loi du 15 mars

1993, est de nature essentiellement consensuelle et

gracieuse, tandis que celui du divorce pour cause

déterminée est de nature essentiellement judiciaire et

contentieuse. Les époux ont la liberté de choix entre

l'une ou l'autre des deux institutions légales et que la

question du secours alimentaire est fonction de l'insti-

tution choisie. Les époux qui ont opté pour l'une des

institutions et ceux qui ont opté pour l'autre ne sont

pas dans une situation comparable. Il s'ensuit que les

discriminations visées dans les deux questions préju-

dicielles réunies ne violent pas l'article 10bis alinéa

1er de la Constitution.

(Cour Constitutionnelle, Arrêt 13/02 du 17 mai 2002, Mém. A

- 60 du 13 juin 2002, p. 1522)

9. Egalité devant la loi - Article 115 du Code des

assurances sociales (pour autant qu'il se rapporte

aux victimes directes visées par les articles 85, 86 et

90 du Code des assurances sociales) - Conformité à

l'article 10 (bis) 1 de la Constitution (oui) -

L'assurance contre les accidents, dont le but principal

est d'assurer la subsistance de la victime d'un

accident de travail et celle de sa famille, garantit aux

bénéficiaires une indemnisation forfaitaire tout en les

excluant du droit d'agir en réparation de leur préjudice

selon le droit commun. Le critère de distinction entre

les personnes visées aux articles 85, 86 et 90 du

Code des assurances sociales victimes d'accidents

de travail d'une part et les victimes d'accidents de

droit commun d'autre part est objectif et pertinent par

rapport au système d'indemnisation en matière

d'accidents professionnels. La limitation du droit d'agir

prévue par l'article 115 du Code des assurances

sociales s'explique par une réglementation s'écartant

du droit commun basée non plus sur la notion de

faute, mais sur celle de risque professionnel et sur

une répartition de ce risque entre l'employeur et la

victime de l'accident du travail, l'assuré bénéficiant

des prestations statutaires de l'Association d'Assu-

rance contre les Accidents même en l'absence de

responsabilité dans le chef de l'«auteur de l'accident»

et même en cas de faute dans son chef. Cette

limitation permet le fonctionnement même du

système d'indemnisation forfaitaire et automatique et

Constitution 13

Ministère d’Etat - Service Central de Législation – 2009

C O

N S

T IT

U T

IO N

contribue au maintien de la paix sociale dans les

entreprises, que ce soit dans les relations entre

travailleurs et assimilés ou, le cas échéant, dans les

relations entre ces mêmes personnes et leurs

employeurs. Cette différence de traitement est ration-

nellement justifiée. La limitation du droit d'agir qui

constitue la contribution de l'assuré victime au

fonctionnement de ce système d'indemnisation est

adéquate. De même il existe un rapport raisonnable

de proportionnalité entre les objectifs poursuivis et la

différenciation établie, les victimes d'accidents de

travail étant indemnisées en dehors de toute considé-

ration de faute et dispensées de rapporter la preuve

de la responsabilité de l'auteur de l'accident, ceci

d'autant plus que la limitation ne s'applique pas au

cas où un jugement pénal constate une faute inten-

tionnelle dans le chef de cet auteur. Il en résulte que,

pour autant qu'il se rapporte aux victimes directes

visées par les articles 85, 86 et 90 du Code des

assurances sociales, l'article 115 du même code n'est

pas contraire à l'article 10bis (1) de la Constitution.

(Cour Constitutionnelle, Arrêt 20/04 du 20 mai 2004, Mém. A

- 94 du 18 juin 2004, p. 1562)

10. Egalité devant la loi - Article 115 du Code des

assurances sociales à l'article 10 (bis) 1 de la Consti-

tution - Institution d'un droit de recours de la victime

d'un accident de travail un régime différent de celui

régissant le droit de recours de l'Association d'Assu-

rance contre les Accidents - Conformité à l'article 10

(bis) 1 (oui) -

L'Association d'Assurance contre les Accidents, à

laquelle revient aux termes de l'article 116 du Code

des assurances sociales un droit de recours contre

les personnes déclarées par un jugement pénal

coupables d'avoir provoqué l'accident, et les victimes

d'accidents de travail ne sont pas dans une situation

comparable. Elles constituent des entités différentes

et les dispositions qui leur sont applicables ne tendent

pas à la même fin. En instituant dès lors quant aux

victimes de ces accidents un régime différent de celui

régissant les droits de l'Association d'Assurance

contre les Accidents, l'article 115 du Code des

assurances sociales ne contrevient pas à l'article 10

bis de la Constitution.

(Cour Constitutionnelle, Arrêt 20/04 du 20 mai 2004, Mém. A

- 94 du 18 juin 2004, p. 1562)

11. Egalité devant la loi - Loi du 31 mai 1999 portant

création d'un corps de police grand-ducale et d'une

inspection générale de la police - intégration des

commissaires-enquêteurs dans le cadre supérieur de

la Police - Absence de conditions lésionnaires

susceptibles de constituer une inégalité contraire à

l'art. 10 bis (1) -

Si la loi du 31 mai 1999 portant création d'un corps de

police grand-ducale et d'une inspection générale de la

police a institué à l'égard des anciens commissaires-

enquêteurs un régime différent des autres membres

du cadre supérieur de la police grand-ducale, cette

diversité, du fait de ne pas être dans le cadre du

présent litige lésionnaire par rapport au statut de

comparaison, n'est pas de nature à constituer la

condition préalable d'un grief nécessaire à l'existence

d'une inégalité susceptible de violation de l'article 10

bis (1) de la Constitution.

(Cour Constitutionnelle, Arrêt 27/05 du 14 octobre 2005,

Mém. A - 178 du 31 oct. 2005, p. 2936)

12. Egalité devant la loi - article 189 du Code de

commerce - non-commerçant - délai de prescription -

conformité avec l'article 10bis (1) -

Dans l'optique de la juridiction de renvoi le salarié est

un non-commerçant au sens de l'article 189 du code

de commerce.

Le non-commerçant engagé dans un contrat à

caractère mixte, de nature civile dans son chef, et

commerciale dans celui du commerçant, se trouve

dans une situation comparable à celle du non-

commerçant lié par un contrat purement civil.

Les non-commerçants bénéficient entre eux, en

principe, de la prescription trentenaire pour faire valoir

leur créance civile, tandis que les non-commerçants

liés par un contrat mixte sont seulement autorisés à

poursuivre leurs droits en justice dans un délai de dix

ans.

Cette différence de traitement est adéquate et

justifiée, car, pour autant que le rapport d'obligation

est né «à l'occasion du commerce» le souci de la

sécurité juridique commande que le contentieux

relatif aux actes mixtes soit, d'un côté comme de

l'autre, vidé avec la même rapidité que celui relatif aux

actes de commerce proprement dits; que cette diffé-

rence de traitement est encore proportionnée par

rapport à la finalité de la loi de mettre la susdite

prescription en conformité avec la durée de conser-

vation des livres de commerce.

(Cour constitutionnelle, Arrêt 39/07 du 30 mars 2007, Mém.

A - 56 du 13 avril 2007, p. 1174)

13. Egalité devant la loi - statuts de l'Union des Caisses

de Maladie (UCM) - arrêté du ministre de la Santé et

de la Sécurité sociale du 17 décembre 2004 portant

approbation des modifications des statuts de l'Union

des Caisses de Maladie (UCM) telles qu'elles ont été

décidées par l'assemblée générale de l'UCM du 9

novembre 2004 - différence dans la prise en charge

des analyses médicales opérées sur des patients non

soumis à un traitement stationnaire, suivant que ceux-

ci s'adressent à un laboratoire privé ou à un labora-

toire hospitalier -

La question d'un traitement discriminatoire non-

conforme à l'article 10bis de la Constitution peut

raisonnablement être soulevée à propos de la diffé-

rence de traitement qui, en application des textes de

loi susvisés et appliqués par la décision litigieuse, est

faite entre la mesure de la prise en charge des

analyses médicales opérées sur des patients non

soumis à un traitement stationnaire, suivant que ceux-

ci s'adressent à un laboratoire privé ou à un labora-

toire hospitalier; (. . .)

La Cour est appelée à examiner la conformité du texte

approuvé par l'arrêté déféré suivant les règles

définies par la jurisprudence constitutionnelle par

rapport à la règle de l'article 10bis (1) de la Consti-

tution aux termes duquel les luxembourgeois son

égaux devant la loi, le terme «loi» devant en effet

14 Constitution

Ministère d’Etat - Service Central de Législation – 2009

s'entendre comme visant toute disposition publique

normative.

Il résulte des orientations jurisprudentielles posées

par la Cour Constitutionnelle que la disposition consti-

tutionnelle visée n'est pas violée par une règle

soumettant certaines catégories de personnes à des

régimes différents dans la mesure où, dans des situa-

tions par ailleurs comparables en fait et en droit, la

différence instituée procède à des disparités objec-

tives, quelle soit rationnellement justifiée, adéquate et

proportionnée à son but, ces conditions devant exister

de manière cumulative (Cour Constitutionnelle, arrêt

7/99 du 26 mars 1999 et décisions conformes

ultérieures).

Si, comme relevé ci-dessus, la différence en soi entre

le régime de prise en charge des actes médicaux et

assimilés suivant qu'ils sont prestés en cas d'hospita-

lisation ou en dehors de cette hypothèse se situent

dans des conditions non comparables ni en fait ni en

droit et ne sauraient dès lors encourir le reproche de

violer le principe d'égalité, il n'en est pas ainsi pour les

actes de laboratoire de régime ambulatoire où tant

dans la matérialité de l'accomplissement de l'acte que

dans le chef des patients ou clients qui y recourent, il

n'y a pas de facteur distinctif rendant les deux cas de

figure incomparables.

Il s'ensuit que les critères ci-dessus rappelés sont à

appliquer pour apprécier la conformité à la Consti-

tution de la différence de régime instituée par la

modification de l'article 75 des statuts de l'UCM.

La différence de régime en elle-même est patente et

qu'elle est de nature à influer sur le choix des clients,

donc d'avoir des conséquences préjudiciables aux

chances et potentialités économiques des labora-

toires privés par rapport à ceux installés en milieu

hospitalier.

Entre les laboratoires hospitaliers, dans la mesure où

ils traitent des analyses de personnes non hospita-

lisées en régime ambulatoire et ceux non installés

dans un hôpital, il n'existe quant aux modalités de

traitement, quant à des impératifs de facturation ou de

comptabilité et quant à l'institution d'un régime

général de financement et de prise en charge par les

caisses de maladie aucune nécessité objectivement

justifiée d'instituer un traitement différent quant à la

prise en charge de prestations; la nécessité pouvant

justifier un traitement différent en raison des dispa-

rités objectives n'existe dès lors pas; cette consta-

tation n'est pas utilement contredite par les

conclusions des parties appelantes tenant à des

motifs de nécessité d'économies ou encore de ce que

des «blocs» d'analyses seraient à considérer comme

des actes uniques au sens de la nouvelle rédaction

de l'article 75 des statuts.

Le seul critère économique ne saurait rationnellement

justifier la mesure alors que, en présence par ailleurs

du libre choix du laboratoire consacré à l'article 5 de

la Convention entre l'Union des Caisses de Maladie et

la Société luxembourgeoise de Biologie clinique

conclue en exécution de l'article 61 du Code des

Assurances Sociales, une disposition propre à

restreindre le choix du patient au détriment de l'une

des catégories habilitées à procéder aux analyses ne

saurait se justifier.

Il s'ensuit que la délibération approuvée par l'arrêt

déféré viole la Constitution en son article 10bis(1).

(CA 13.02.2007, 21763C et 21768C)

14. Egalité devant la loi - chargés d'éducation - article 17

modifié de la loi du 5 juillet 1991 - non-conformité à

l'article 10bis (1) -

Le contrat de travail s'analyse comme convention par

laquelle une personne s'engage, moyennant rémuné-

ration, à mettre son activité à la disposition d'une

autre, sous la subordination de laquelle elle se place.

Dans les contrats de louage de services répétés

conclus avec l'ETAT les chargés d'éducation

s'obligent «à se conformer aux instructions de ses

chefs hiérarchiques» et que le Ministère «se réserve

la faculté de transférer les salariés à tout autre service

selon les nécessités de l'administration»; qu'il s'ensuit

que ces enseignants se trouvent dans le même

rapport de soumission à l'autorité que les travailleurs

tombant sous le régime du droit commun et que sous

cet aspect de dépendance nécessitant la protection

légale afférente leur situation est foncièrement

comparable.

Le législateur peut, sans violer le principe constitu-

tionnel de l'égalité, soumettre certaines catégories de

personnes à des régimes légaux différents à

condition que la différence instituée procède de

disparités objectives, qu'elle soit rationnellement

justifiée et proportionnée à son but.

L'ETAT entend justifier la différence de traitement

entre les susdits groupes de comparaison par la

spécificité de la besogne assignée aux chargés

d'éducation par rapport à celle imposée aux employés

de droit commun.

D'après le règlement grand-ducal du 27 juillet 1997

fixant les modalités d'engagement et les conditions

de travail des chargés d'éducation à durée déter-

minée des lycées et lycées techniques publics la

tâche hebdomadaire de ceux-ci est fixée à l'équi-

valent de 24 leçons; qu'une partie de cette charge

consiste en des activités administratives, sociales,

périscolaires et de surveillance.

Leur occupation professionnelle ne diffère donc pas

fondamentalement de celle des salariés en situation

contractuelle de droit commun et que dès lors, en

l'absence de disparité objective, la dérogation prévue

à l'article 17 modifié de la susdite loi du 5 juillet 1991

ne se justifie pas au regard de l'article 10bis (1) de la

Loi fondamentale.

(Cour constitutionnelle, Arrêt 36/06 du 20 octobre 2006,

Mém. A - 188 du 6 novembre 2006, p. 3304)

15. Quotas laitiers - Régime communautaire de prélè-

vement supplémentaire sur le lait - r. g.-d. du 1er mars

2000, art. 13 - contrariété à la Constitution, art. 10 bis,

par. 1 (non) -

La mise en œuvre de la règle constitutionnelle

d'égalité suppose que les catégories de personnes

entre lesquelles une discrimination est alléguée se

trouvent dans une situation comparable au regard de

Constitution 15

Ministère d’Etat - Service Central de Législation – 2009

C O

N S

T IT

U T

IO N

la mesure critiquée. Un producteur ayant cessé

personnellement la production laitière et donné en

location la quantité de référence disponible sur son

exploitation avant de la céder définitivement à un

autre producteur à l'expiration du contrat de location

sous l'égide du règlement grand-ducal du 1er mars

2000, ne se trouve pas dans une situation compa-

rable à celle d'un producteur désireux de céder la

quantité de référence disponible sur son exploitation

sans l'avoir donnée préalablement en location,

situation laquelle se trouve régie par l'article 11 dudit

règlement grand-ducal. En effet, contrairement à cette

dernière situation mettant en cause seulement le

producteur cédant et le cessionnaire de la quantité de

référence, celle du producteur ayant cessé la

production et ayant donné sa quantité de référence en

location se caractérise par la nécessité de tenir

compte des intérêts légitimes du locataire ayant utilisé

la quantité de référence au cours du contrat de

location, étant donné que le locataire bénéficie

également d'une protection de principe de la part de

la réglementation communautaire applicable, ainsi

que cela découle du considérant n° 6 du règlement

CEE n° 1256/1999 du Conseil du 17 mai 1999

modifiant le règlement CEE n° 3950/92 du Conseil du

28 décembre 1992 établissant un prélèvement

supplémentaire dans le secteur du lait et des produits

laitiers -

(TA 14-2-01 (12048, confirmé par arrêt du 8-11-01, 13115C)

16. Articles 5, alinéa 3 et 10 alinéa 3 de la loi modifiée du

19 janvier 2004 - modifications de constructions

érigées dans la «zone verte» d'une commune subor-

données à autorisation du Ministre et à une affec-

tation conforme à la loi - conformité à l'article 10bis

alinéa 1, 11 alinéa 6, 11 bis et 16 -

La situation de propriétaires de terrains situés respec-

tivement en zone verte et dans une zone non soumise

aux mêmes restrictions est comparable en ce que les

uns et les autres exercent sur ceux-ci tous les

attributs de la propriété, y compris le droit d'y ériger

des constructions, sauf les restrictions à y apporter

par la loi; l'objectivité de la disparité entre les situa-

tions des propriétaires réside dans le fait que les

immeubles admis en zone verte le sont en vertu de

dispositions légales qui permettent leur classement

d'après des critères préétablis; la distinction est

rationnellement justifiée en ce que les constructions

permises en zone verte se rapportent à des activités

qui ne peuvent s'exercer par essence qu'en milieu

naturel ou sont d'utilité publique; elle est adéquate et

proportionnée à son but puisqu'elle tend à préserver

l'environnement naturel, dont l'article 11bis de la

Constitution assure la protection, moyennant des

restrictions qui ne sont pas démesurées; les articles

5, alinéa 3 et 10, alinéa 3 combinés de la loi modifiée

du 19 janvier 2004 ne sont partant pas contraires à

l'article 10bis, paragraphe 1er de la Constitution.

(Cour Constitutionnelle, Arrêt 46/08 du 26 septembre 2008,

Mém. A - 154 du 15 octobre 2008, p. 2196)

17. Article L.521-11 paragraphe 4 du Code du travail -

Femme enceinte - notion de chômeur indemnisé

particulièrement difficile à placer - notion de «consi-

dérations inhérentes à la personne - conformité aux

articles 10bis, 11(2) et 111 de la Constitution -

Tous les volets de la question de constitutionnalité

posée au regard des trois dispositions constitution-

nelles de référence (art. 10bis, 11(2) et 111) ont en

commun qu'ils se placent par rapport à la non-

inclusion de la femme enceinte parmi les chômeurs

indemnisés particulièrement difficiles à placer;

l'article L.521-11., paragraphe (4) du code du travail

réserve dans son alinéa premier le maintien ou la

reprise du droit à l'indemnité de chômage complet y

visé à la qualité de chômeur particulièrement difficile

à placer, telle qu'y énoncée et que pour son appli-

cation l'alinéa second du même article confère à un

règlement la mission de définir la notion de «chômeur

indemnisé particulièrement difficile à placer», en

raison de «considérations inhérentes à sa personne»;

le seul élément de définition contenu dans ces dispo-

sitions par rapport à la notion de «chômeur indemnisé

particulièrement difficile à placer» consiste dans le

renvoi aux «considérations inhérentes à sa

personne»; en renvoyant ainsi, de façon indistincte et

générale, aux «considérations inhérentes à sa

personne» le texte de loi sous revue n'instaure ni une

inégalité au sens de l'article 10bis (1) de la Consti-

tution, ni une inégalité en raison du sexe au sens de

son article 11 (2), ni encore une inégalité en raison de

la nationalité du chômeur concerné au sens de son

article 111; pour le surplus l'article L.521-11.,

paragraphe (4) a pu valablement, la matière n'étant

pas réservée à la loi, laisser la charge de la définition

de la notion retenue dans l'alinéa premier de

«chômeur indemnisé particulièrement difficile à

placer» au règlement visé à son alinéa second.

(Cour Constitutionnelle, Arrêt 48/09 du 6 mars 2009, Mém. A

- 55 du 23/03/2009, p. 716)

18. Loi du 25 avril 2005, procédure disciplinaire spéci-

fique à l'égard des fonctionnaires des P&T - Article 10

bis de la Constitution, égalité des Luxembourgeois

devant la loi - Conformité -

Considérant que la loi modificative du 25 avril 2005

accorde à l'agent de l'EPT faisant l'objet d'une

instruction disciplinaire des garanties procédurales

moindres que celles offertes aux autres fonction-

naires d'Etat mais néanmoins substantielles; qu'ainsi

l'agent a le droit dès le début de la procédure de

prendre inspection du dossier, de présenter ses

observations et de demander un complément d'ins-

truction conformément à l'article 56, paragraphe 4, de

la loi modifiée du 16 avril 1979, que le comité, avant

de prononcer une sanction disciplinaire grave doit

prendre l'avis de la commission disciplinaire et que la

décision qui inflige une sanction disciplinaire est

motivée et communiquée à l'agent avec l'avis de la

commission disciplinaire, s'il y a lieu;

Qu'avant tout cette loi maintient le droit pour l'agent

frappé d'une sanction disciplinaire de recourir au

tribunal administratif qui statue comme juge du fond;

Qu'il résulte de ces considérations que la différence

instituée par la susdite loi entre la procédure discipli-

naire des agents de l'EPT relevant du statut des

16 Constitution

Ministère d’Etat - Service Central de Législation – 2009

fonctionnaires d'Etat et celle des autres fonction-

naires d'Etat est rationnellement justifiée, adéquate et

proportionnée à son but.

(Cour Constitutionnelle, Arrêts 41/07, 42/07 et 43/07 du 14

décembre 2007, Mém. A - 1 du 11 janvier 2008, pp. 2 à 8)

Non-conformité

19. Egalité devant la loi - Article 115 du Code des

assurances sociales - Exclusion du recours des

ayants droit de la victime qui n'ont aucun droit à

prestation - Conformité à l'article 10 (bis) 1 de la

Constitution (non) -

[Les ayants droit], dans la mesure où [ils] remplissent

les conditions pour bénéficier de prestations du chef

d'un accident de travail, se trouvent dans une

situation analogue à celle de l'assuré, de sorte que

[…] l'article 115 du Code des assurances sociales

n'est pas contraire à l'article 10bis(1) de la Consti-

tution. Par contre, l'article 115 du Code des

assurances sociales, dans la mesure où il concerne

les ayants droit qui n'ont aucun droit à prestation,

porte atteinte au principe d'égalité devant la loi

consacré par le texte constitutionnel dont il s'agit. En

effet il n'y a pas de justification objective de refuser le

recours selon le droit commun à un ayant droit de la

victime écarté du système d'indemnisation des

accidents de travail. Dès lors, dans la mesure où il

exclut du recours de droit commun les ayants droit de

la victime qui n'ont aucun droit à prestation, l'article

115 du Code des assurances sociales est contraire à

l'article 10bis(1) de la Constitution.

(Cour Constitutionnelle, Arrêt 20/04 du 20 mai 2004, Mém. A

- 94 du 18 juin 2004, p. 1562)

20. Egalité devant la loi - Egalité entre l'enfant pléniè-

rement adopté et l'enfant légitime - Art. 349 Code

Civil - Prohibition des adoptions successives -

Restriction contraire au principe d'égalité -

Par la prohibition inscrite à l'article 349 du Code civil,

la loi crée une différence de traitement entre l'enfant

dit légitime et l'enfant plénièrement adopté, le second

étant pourtant assimilé au premier par l'article 368 du

Code civil. […] Les notions d'enfant légitime et

d'enfant plénièrement adopté sont analogues de par

la volonté même du législateur, exprimée dans

l'article 368 du Code civil. La différence entre les deux

catégories de personnes repose sur un critère

objectif, qui est d'avoir ou non fait l'objet d'une

adoption plénière. L'institution de l'adoption a pour

finalité première l'intérêt de la personne adoptée. La

prohibition des adoptions successives a pour raison

la stabilité des liens de la parenté adoptive; que cette

considération est de prime abord conforme à cet

intérêt et est rationnellement justifiée.

Cependant, dans le cas d'une adoption plénière,

irrévocable, effaçant tout lien de parenté antérieur de

l'adopté et assimilant celui-ci à l'enfant légitime, la loi,

en n'admettant comme seule exception à la prohi-

bition édictée que la mort de l'un ou des deux parents

adoptifs sans prévoir d'autres causes graves anéan-

tissant l'objectif de la prohibition et pouvant justifier

une seconde adoption dans l'intérêt de l'enfant, crée

une disproportion entre la situation de l'enfant pléniè-

rement adopté et celle de l'enfant légitime qui peut

bénéficier d'une adoption.

Dès lors sous ce rapport, l'article 349 du Code civil

est inconciliable avec l'article 10bis de la Constitution.

(Cour Constitutionnelle, Arrêt 25/05 du 26 janvier 2005,

Mém. A - 8 du 26 janvier 2005, p. 73 )

21. Egalité devant la loi - Statut général des fonction-

naires de l'Etat - Limitation dans certains cas du droit

de réintégrer le service de l'Etat - Conformité à

l'article 10 (bis) de la Constitution (non) -

La situation, pour les personnes ayant démissionné

suite à l'impossibilité légale d'obtenir un congé sans

traitement au-delà d'une année avant l'entrée en

vigueur de la loi du 13 décembre 1983 et celles qui se

sont vu opposer un refus de se voir accorder ledit

congé après l'entrée en vigueur de la loi est compa-

rable.

[…]

Il existe entre les deux situations prédécrites une

différence objective en ce que, pour la période

antérieure au 1er janvier 1984, l'octroi d'un congé

sans traitement au-delà de la durée d'une année et

consécutive à un congé de maternité a été

légalement impossible alors qu'après la date en

question l'octroi du même congé était possible mais

laissé à l'appréciation de l'autorité administrative.

Toutefois la limitation de la disposition de la loi du 19

mai 2003 accordant le bénéfice de la réintégration

dans le service de l'Etat par dépassement des

effectifs et selon les modalités plus amplement spéci-

fiées dans la loi aux seules personnes y visées à

l'exception de celles qui ont pu se trouver postérieu-

rement à la date du 1er janvier 1984 en situation

d'avoir démissionné pour les mêmes raisons,

notamment par l'effet d'un refus d'un congé sans

traitement dont le bénéfice était possible mais facul-

tatif sous l'empire de la loi du 14 décembre 1983,

n'est pas rationnellement justifiée ni ne répond au

critère de la proportionnalité.

En effet, la limitation du bénéfice d'une disposition

destinée à supprimer une situation de rigueur à une

partie seulement des personnes potentiellement

concernées ne se justifie pas au regard de ces

principes, le but et l'effet de la loi étant de permettre

une réintégration dans les services de l'Etat sans

préjudice de carrière aux fonctionnaires qui, pour des

raisons d'ordre familial, ont quitté dans le passé leur

emploi.

Dès lors, l'article VIII point 2) de la loi du 19 mai 2003

est, sur ce point, contraire à l'article 10bis, point 1 de

la Constitution.

(Cour Constitutionnelle, Arrêt 26/05 du 8 juillet 2005, Mém. A

- 106 du 22 juillet 2005, p. 1853)

22. Egalité devant la loi - art. 7, alinéa 2 de la loi du 28 juin

2002 portant création d'un forfait d'éducation -

exclusion d'office des personnes bénéficiant d'une

pension au titre de leur activité statutaire auprès d'un

organisme international - disposition contraire aux

articles 10 bis(1) et 111 de la Constitution -

Les deux catégories de personnes, l'une bénéficiaire

du forfait d'éducation et l'autre en étant exclue, sont

Constitution 17

Ministère d’Etat - Service Central de Législation – 2009

C O

N S

T IT

U T

IO N

comparables de par le droit qu'elles ont chacune à

une pension versée par une institution de sécurité

sociale. La disparité objective qui les sépare réside

dans l'affiliation des bénéficiaires à un organisme de

sécurité sociale national et celle des exclus à un

système international. Si l'alinéa premier de l'article 7

de la loi du 28 juin 2002 contient une limitation quant

à des personnes touchant des allocations de même

nature de la part d'institutions étrangères, fondée

raisonnablement sur le but d'éviter des cumuls

(Documents parlementaires n° 4887, exposé des

motifs, page 21), l'alinéa deux de cet article édicte

une exclusion qui a pour unique fondement l'affiliation

des personnes concernées à un régime international.

Cependant cette disparité ne saurait en elle-même, à

elle seule et sans autre raison déterminante justifier

rationnellement la différence de traitement instaurée

au regard de la finalité de la loi du 28 juin 2002. Dès

lors l'inégalité instaurée par l'article 7 alinéa 2 de cette

loi se heurte aux articles 10 bis (1) et, au besoin 111

de la Constitution.

(Cour Constitutionnelle, Arrêts 29/06, 30/06, 31/06, 32/06 et

33/06 du 7 avril 2006, Mém. A - 69 du 21 avril 2006, p. 1333)

23. Nom patronymique des enfants naturels acquis avant

la réforme de l'article 334-2, alinéa 2, première

phrase, issue de la loi du 23/12/2005 - attribution du

nom du père alors que reconnaissance par les deux

parents - inégalité de traitement injustifiée -

conformité à l'article 10bis (partiellement non) -

Avant 1979, l'attribution du nom patronymique à

l'enfant naturel n'était pas réglementée par la loi; la loi

du 13 avril 1979 portant réforme du droit de la filiation

avait pour objet de lutter contre les discriminations,

mais elle n'avait en vue que la discrimination, par le

code civil, entre les enfants légitimes et les enfants

naturels, relégués dans une catégorie juridique

inférieure; elle n'avait pas vu qu'en prévoyant qu'un

enfant naturel prend obligatoirement le nom de son

père si la filiation s'établit simultanément à l'égard des

deux parents, elle introduisait elle-même une autre

forme de discrimination, cette fois-ci entre le père et la

mère de l'enfant naturel; il se dégage des travaux

préparatoires du projet de loi portant réforme du droit

de la filiation (Projet de loi 2020) que tant le projet de

loi que l'avis du Conseil d'Etat expriment, quant à la

question de l'attribution du nom patronymique aux

enfants naturels, l'unique souci d'établir une analogie

aussi parfaite que possible avec la situation des

enfants légitimes, souci exprimé de manière expresse

dans l'avis du Conseil d'Etat par l'affirmation qu'«il est

dans l'intérêt de l'enfant de porter le nom de son père

parce que ce nom lui donne une apparence de

légitimité»; ainsi la différence de traitement entre les

père et mère d'un enfant naturel, instituée par la loi du

13 avril 1979 modifiée par celle du 13 juillet 1982,

n'est motivée que par l'intérêt de l'enfant naturel à être

assimilé à un enfant légitime par le biais de l'attri-

bution du nom patronymique de son père; cependant

cette motivation est insuffisante pour justifier la diffé-

rence de traitement instituée; qu'en effet à l'heure

actuelle et plus spécialement depuis l'introduction de

la loi du 23 décembre 2005 qui a modifié l'article 334-

2. du code civil, la solution adoptée par le législateur

en 1979 et en 1982, en vertu de laquelle l'enfant

naturel acquiert le nom de son père si la filiation est

établie simultanément à l'égard de ses deux parents,

ne peut plus être considérée comme nécessairement

conforme aux intérêts de l'enfant; il s'ensuit que la

différence de traitement entre le père et la mère n'est

pas rationnellement justifiée et que partant l'article

334-2. alinéa 2 en ce qu'il attribue le nom du père à

l'enfant naturel si la filiation est établie simultanément

à l'égard des deux parents, n'est pas conforme à

l'article 10 bis (1) de la Constitution.

(Cour Constitutionnelle, Arrêt 44/08, rectifié du 6 juin 2008,

Mém. A - 104 du 18 juillet 2008, p. 1488)

24. Exercice exclusif de l'autorité parentale en cas de

divorce - impossibilité d'exercer une autorité parentale

conjointe, existant pourtant dans le cas de l'enfant né

hors mariage - rupture d'égalité entre citoyen - article

302 alinéa 1 et 378 alinéa 1 du code civil non-

conformes à l'article 10bis de la constitution -

La notion d'égalité visée à l'article 10bis (1) de la

Constitution doit être comprise par référence du

contenu et à la raison d'être des droits et obligations

sous examen; l'autorité parentale est instituée pour

protéger l'enfant dans sa sécurité, sa santé et sa

moralité; les père et mère ont à son égard droit et

devoir de garde, de surveillance et d'éducation;

l'appréciation de l'égalité des parents quant à leurs

relations avec leurs enfants doit se faire en considé-

ration de l'intérêt des enfants; en règle générale il est

dans l'intérêt des enfants que l'autorité parentale soit

exercée conjointement par leurs parents et non pas

exclusivement par leur père ou leur mère; il s'en suit

que le principe de l'exercice exclusif de l'autorité

parentale après divorce par la mère ou le père, sous

réserve du droit de surveillance et du droit de visite du

parent non attributaire du droit de garde, tel qu'ins-

tauré par les articles 302, alinéa 1er et 378, alinéa 1er

du code civil, n'est pas rationnellement justifié;[…] les

catégories de personnes, parents mariés, divorcés ou

séparés de corps et parents qui n'ont pas été mariés

sont comparables de par leur même rapport de

parenté à l'égard de leur enfant commun; d'une part,

si le divorce dissout l'union légale qui unissait le mari

et l'épouse, il ne met pas fin à la parentalité des père

et mère divorcés; les parents mariés mais séparés de

fait continuent à exercer conjointement l'autorité

parentale à l'égard de l'enfant commun; d'autre part, il

n'existe pas de motif déterminant justifiant l'impossi-

bilité d'instituer l'exercice conjoint de l'autorité

parentale à l'égard de l'enfant commun par les

parents divorcés ou séparés de corps alors que la loi

permet cette institution pour les parents non mariés

ayant reconnu l'enfant dit naturel, qu'ils vivent

ensemble ou séparés; dès lors, la différence relative à

l'exercice de l'autorité parentale entre la situation des

parents divorcés ou séparés de corps et celle des

parents mariés tant comme celle entre la situation

des parents divorcés ou séparés de corps de l'enfant

commun et celle des parents ayant reconnu l'enfant

dit naturel n'est à son tour pas rationnellement

justifiée; finalement, en autorisant l'exercice conjoint

18 Constitution

Ministère d’Etat - Service Central de Législation – 2009

de l'autorité parentale par les parents de l'enfant dit

naturel qu'ils ont reconnu alors que l'enfant né dans le

mariage ne peut pas bénéficier de l'exercice conjoint

de l'autorité parentale par ses parents divorcés, les

articles 302, alinéa 1er et 378, alinéa 1er du code

créent une différenciation non rationnellement

justifiée entre la situation des enfants nés dans le

mariage et ceux nés hors mariage; il suit de ces

considérations que les articles 302, alinéa 1er et 378,

alinéa 1er du code civil ne sont pas conformes à

l'article 10 bis (1) de la Constitution dans la mesure

où ils n'autorisent pas l'exercice conjoint par les deux

parents divorcés de l'autorité parentale sur les

enfants communs.

(Cour Constitutionnelle, Arrêt 47/08, du 12 décembre 2008,

Mém. A - 197 du 22 décembre 2008, p. 2618)

25. Art. 380 du Code Civil - Autorité parentale envers les

enfants naturels reconnus par les deux parents -

exercice privatif de l'autorité parentale par la mère -

égalité devant la loi - non-conformité à la Constitution -

L'instauration du principe de l'exercice privatif de

l'autorité parentale par la mère naturelle, créant dès

l'abord une inégalité entre le père naturel par rapport

à la mère naturelle et au père légitime, et par là-même

un clivage entre les situations des enfants selon qu'ils

sont nés ou non dans le mariage, constitue une diffé-

renciation qui n'est ni adéquate ni proportionnée à

son but - l'article 380, alinéa 1er du Code civil, en ce

qu'il attribue l'autorité parentale d'un enfant naturel

reconnu par les deux parents privativement à la mère,

n'est pas conforme à l'article 11 (2) de la Constitution.

(Cour Constitutionnelle, Arrêt 7/99 du 26 mars 1999, Mém. A

- 41 du 20.4.99, p. 1087)

26. Article 10 de la loi du 9 juin 1964 - conditions d'attri-

butions d'un salaire agricole différé - effet rétroactif de

la loi fixé à 5 ans avant son entrée en vigueur - rupture

de l'égalité entre citoyens dans des situations compa-

rables - non-conformité à l'article 10bis de la Consti-

tution -

L'article 10 alinéa premier de la loi du 9 juin 1964

concernant le travail agricole à salaire différé est de la

teneur suivante: «Pour toutes les successions non

encore ouvertes à la date de l'entrée en vigueur de la

présente loi, les droits qui en résultent sont acquis

aux bénéficiaires en raison de la collaboration

apportée par eux au cours des cinq années qui ont

précédé son entrée en vigueur»; Hortense N.

demande à ce que dans le cadre de l'allocation d'un

salaire agricole différé la période de travail qui se

situe à une époque antérieure à l'effet rétroactif de la

loi soit sur le fondement de l'égalité des citoyens prise

en considération comme celles de ses frères qui ne

sont pas affectés par la limitation prévue à l'article 10

de la loi du 9 juin 1964 mais pour lesquelles un

maximum de 10 ans est prévu; […] la distinction quant

aux périodes de référence est objective en ce qu'elle

n'a pas trait aux attributs personnels des individus

concernés mais à l'espace de temps durant lequel le

travail a été presté; cependant, elle n'est pas ration-

nellement justifiée dès lors que d'après l'article 6 de la

loi du 9 juin 1964 la preuve de la participation à

l'exploitation agricole ou viticole pourra être rapportée

par tous les moyens et ce indépendamment de la

période de référence; s'il y a des difficultés de preuve

pour l'espace de temps antérieur à la mise en vigueur

de la loi celles-ci peuvent tout au plus influer sur les

possibilités de faire valoir les droits sans pour autant

en justifier la limitation de la durée à 5 ans; D'où il suit

que l'article 10 de la loi du 9 juin 1964 n'est pas

conforme à l'article 10bis de la Constitution pour

autant qu'il limite à 5 ans la durée prise en compte

pour la détermination du salaire agricole différé.

(Cour Constitutionnelle, Arrêt 45/08, rectifié du 27 juin 2008,

Mém. A - 98 du 10 juillet 2008, p. 1298)

Constitution 19

Ministère d’Etat - Service Central de Législation – 2009

C O

N S

T IT

U T

IO N

(2) Ils sont admissibles à tous les emplois publics, civils et militaires; la loi détermine l’admissibilité des non-Luxembourgeois à ces emplois.»

Art. 11.

(Révision du 29 mars 2007)

«(1) L’Etat garantit les droits naturels de la personne humaine et de la famille.»

(2) (Révision du 13 juillet 2006) «Les femmes et les hommes sont égaux en droits et en devoirs.

L’Etat veille à promouvoir activement l’élimination des entraves pouvant exister en matière d’égalité entre femmes et hommes.»

(Révision du 29 mars 2007)

«(3) L’Etat garantit la protection de la vie privée, sauf les exceptions fixées par la loi.

(4) La loi garantit le droit au travail et l’Etat veille à assurer à chaque citoyen l’exercice de ce droit. La loi garantit les libertés syndicales et organise le droit de grève.

(5) La loi règle quant à ses principes la sécurité sociale, la protection de la santé, les droits des travailleurs, la lutte contre la pauvreté et l’intégration sociale des citoyens atteints d’un handicap.

(6) La liberté du commerce et de l’industrie, l’exercice de la profession libérale et du travail agricole sont garantis, sauf les restrictions à établir par la loi.»

(Révision du 19 novembre 2004)

«En matière d'exercice de la profession libérale elle peut accorder à des organes professionnels dotés de la personnalité civile le pouvoir de prendre des règlements.

La loi peut soumettre ces règlements à des procédures d'approbation, d'annulation ou de suspension, sans préjudice des attributions des tribunaux judiciaires ou administratifs.»

20 Constitution

Ministère d’Etat - Service Central de Législation – 2009

Jurisprudence

Droit naturel de la personne humaine et de la famille

1. Droit naturel de la personne humaine et de la famille -

Notion - Questions existentielles de l'être humain, au

respect de sa dignité et de sa liberté - Article 115 du

Code des assurances sociales - Conformité avec

l'article 11(3) de la Constitution (oui) -

Le droit naturel [visé à l'article 11 (3) de la Consti-

tution se restreint aux questions existentielles de l'être

humain, au respect de sa dignité et de sa liberté.

L'article 115 du Code des assurances sociales,

refusant à une catégorie de personne d'agir confor-

mément au droit commun, constitue une disposition

de droit positif qui fait partie d'un ensemble de dispo-

sitions réglant le fonctionnement de l'institution des

assurances sociales et ne concerne dès lors pas les

droits naturels de la personne humaine et de la

famille. L'article 115 du Code des assurances

sociales n'est pas contraire à l'article 11(3) de la

Constitution.

(Cour Constitutionnelle, Arrêt 20/04 du 20 mai 2004, Mém. A

- 94 du 18 juin 2004, p. 1562)

Egalité devant la loi

2. Art. 367 du Code Civil - interdiction de l'adoption

plénière par une personne célibataire - conformité à

l'article 11 (2) et à l'article 11 (3) de la Constitution -

Le législateur a par l'adoption établi une filiation de

substitution qui, si elle exige de justes motifs dans le

chef des adoptants, doit avant tout présenter des

avantages pour l'adopté - cette institution prend son

fondement dans le droit positif et non dans le droit

naturel - il appartient donc au pouvoir législatif d'y

apporter toutes les conditions et limites nécessaires

au bon fonctionnement et répondant à l'intérêt de la

société et de la famille adoptive - le principe constitu-

tionnel de l'égalité de tous les Luxembourgeois devant

la loi, applicable à tout individu touché par la loi luxem-

bourgeoise si les droits de la personnalité sont

concernés, ne s'entend pas dans un sens absolu,

mais requiert que tous ceux qui se trouvent dans la

même situation de fait et de droit soient traités de la

même façon - la spécificité se justifie si la différence

de condition est effective et objective, si elle poursuit

un intérêt public et si elle revêt une ampleur raison-

nable - elle est légitime en l'espèce comme

s'appuyant sur une distinction réelle découlant de

l'état civil des personnes, sur une garantie accrue au

profit de l'adopté par la pluralité des détenteurs de

l'autorité parentale dans le chef des gens mariés et

sur une proportionnalité raisonnable du fait que

l'adoption simple reste ouverte au célibataire dans le

respect des exigences de forme et de fond prévues

par la loi - l'article 367 du Code civil n'est pas contraire

aux articles 11 (2) et 11 (3) de la Constitution.

(Cour Constitutionnelle, Arrêt 2/98 du 13 novembre 1998,

Mém. A - 102 du 8.12.98, p. 2499)

Grève

3. La participation à une grève professionnelle, légitime

et licite constitue pour le travailleur un droit proclamé

implicitement par l'article 11 de la Constitution garan-

tissant les libertés syndicales.

(Cour, 24 juillet 1952, Pas. 15, p. 355)

(Cour, 15 décembre 1959, Pas. 18, p. 90)

Liberté du commerce

4. Les dispositions dérogatoires au principe constitu-

tionnel du droit au travail et de la liberté du commerce

et de l'industrie sont à interpréter restrictivement.

(Conseil d'Etat, 13 juillet 1956, Pas. 16, p. 529)

(Conseil d'Etat, 2 juillet 1958, Pas. 17, p. 319)

Dans le même sens: Liberté du commerce - principe -

restrictions - interprétation stricte - Const., art. 11 (6) -

L'article 11 (6) de la Constitution garantit la liberté du

commerce, sauf les restrictions établies par la loi. Ces

restrictions étant l'exception, elles sont d'interpré-

tation stricte -

(TA 27-2-97 (9601); TA 20-6-02 (14111))

5. Bien qu'en vertu de l'art. 11 de la Constitution la

liberté de commerce soit une matière réservée qui

n'est pas susceptible d'être réglementée par voie

d'arrêté, des restrictions à cette garantie peuvent

toujours être établies par le pouvoir législatif.

Spécialement, de pareilles restrictions peuvent

résulter d'arrêtés qui sont à assimiler à des lois, qui

n'ont pas été abrogés expressément et dont aucune

disposition n'est inconciliable avec la loi constitution-

nelle.

(Cour, 26 octobre 1955, Pas. 16, p. 397)

6. Aux termes de l'art. 11 de la Constitution, la loi

garantit la liberté du commerce. Si la suppression de

cette liberté est contraire à l'ordre public, il n'en est

pas ainsi de la simple restriction. Spécialement, si

une clause d'approvisionnement exclusif est limitée

dans son objet et dans le temps, elle n'entraîne pas

une suppression de la liberté de commerce, mais une

simple restriction.

(Trib. Lux. 8 décembre 1960, Pas. 18, p. 553)

7. Voir aussi: Liberté du commerce - principe - restric-

tions - admissibilité - Const., art. 11 (6); loi du 28

décembre 1988, art. 19 (1) c) -

L'article 19) (1) c) de la loi d'établissement n'est pas

contraire à l'article 11 (6) de la Constitution qui

dispose que «la loi garantit la liberté du commerce et

de l'industrie, l'exercice de la profession libérale et du

travail agricole, sauf les restrictions à établir par le

pouvoir législatif», alors que des restrictions à cette

Constitution 21

Ministère d’Etat - Service Central de Législation – 2009

C O

N S

T IT

U T

IO N

liberté peuvent être établies par le pouvoir législatif.

S'il est vrai que la suppression, notamment de la

liberté d'exercer une profession libérale, est contraire

à la Constitution, il n'en est pas ainsi de la simple

restriction.

(TA 25-7-01 (12471)

Dans le même sens:

(TA 16-2-04 (16832))

8. Liberté de commerce - restrictions - admissibilité -

atteinte à l'équilibre dans une branche - Const., art. 11

(6); loi du 28 décembre 1988, art. 12 (4) -

Il est permis au pouvoir législatif d'établir des restric-

tions aux libertés fondamentales, de sorte que l'article

12 (4) de la loi du 28 décembre 1988, qui dispose que

l'autorisation particulière peut être refusée si le projet

risque de compromettre l'équilibre dans la ou les

branches commerciales principales concernées sur

le plan national, régional ou communal, n'est pas

contraire à l'article 11 (6) de la Constitution qui

garantit la liberté de commerce -

(TA 20-6-02 (14111))

9. Architecte d'intérieur - Const., art. 11 (6); loi du 28

décembre 1988, art. 1er -

L'article 11 (6) de la Constitution réserve au pouvoir

législatif le droit d'établir des restrictions à l'exercice

de la profession libérale.- En l'absence de disposi-

tions légales réglementant l'exercice de la profession

libérale d'architecte d'intérieur et, a fortiori, en

l'absence de restrictions légales y relatives, une

décision de refus d'inscription à l'ordre des archi-

tectes et ingénieurs-conseils est à considérer comme

non avenue -

(TA 21-5-03 (15742); TA 21-5-03 (15884))

10. Abandon de la production laitière - locataire d'une

exploitation - indemnité - perte équivalente de quotas

pour le propriétaire - nécessité de l'accord du proprié-

taire pour l'octroi de l'indemnité - contrariété à la

Constitution, art. 11 (6) (non); règlement CEE n°

3950/92; r. g.-d. du 3 septembre 1995, art. 3 -

La législation nationale, et plus particulièrement

l'article 3 alinéa 2 du règlement grand-ducal du 3

septembre 1995, en vertu duquel la demande d'octroi

d'une indemnité par le locataire d'une ferme entière

qui abandonne la production laitière ne peut être

présentée qu'en accord avec le propriétaire qui, dans

ce cas, doit également souscrire à l'engagement de

ne plus admettre une production laitière sur l'exploi-

tation lui appartenant, reflète les intérêts croisés mais

conjugables du producteur, ancien locataire, et du

propriétaire de la ferme entière concernée. Même si

les modalités de l'accord entre parties n'y sont pas

précisées, la dite réglementation nationale tient

néanmoins compte des intérêts légitimes des parties,

en ce que l'accord entre parties est laissé au libre

arbitre de celles-ci, au vu justement des intérêts en

présence, à l'instar notamment du bail à ferme initia-

lement conclu entre elles. Ces dispositions nationales

ne s'inscrivent non seulement dans le cadre du

principe constitutionnel de la liberté du commerce et

de l'industrie, ainsi que de l'exercice de la profession

libérale et du travail agricole, prévu à l'article 11 alinéa

6 de la loi fondamentale, mais encore du principe du

droit communautaire relatif à la subsidiarité,

notamment repris dans le Traité sur l'Union

Européenne -

(TA 23-7-97 (9491); TA 23-7-97 (9656))

11. Quotas laitiers - régime communautaire de prélè-

vement supplémentaire sur le lait - r. g.-d. du 1er mars

2000, art. 13 - contrariété à la Constitution, art. 11,

par. 6 (non) -

Le régime des quantités de référence individuelles

constitue par nature une restriction au libre travail

agricole dans la mesure où il a pour but de dissuader

les producteurs de lait de dépasser un certain plafond

de production laitière par exploitation, pareille

restriction se trouvant néanmoins en principe

couverte par la réserve afférente formulée par l'article

11 (6) de la Constitution. Le règlement grand-ducal du

1er mars 2000 ne saurait dès lors encourir la critique

du non-respect de l'article 11 (6) de la Constitution

que dans l'hypothèse où ses dispositions ont en

réalité pour effet d'empêcher à partir d'un certain

moment toute production laitière dans une exploi-

tation en l'absence d'opérations de la part du proprié-

taire de l'exploitation de nature à entraîner de tels

effets. Le règlement grand-ducal du 1er mars 2000

vise dans son article 13 (3) expressément l'hypothèse

du bailleur de quantités de référence qui entend

reprendre lui-même la production laitière dans son

exploitation sur base des quantités de référence

libérées par l'expiration du contrat de location, en

accordant au dit bailleur le droit à une réallocation de

l'intégralité des quantités de référence ayant fait

l'objet du contrat de location arrivé à terme et limite la

liberté du bailleur seulement au cas où le bailleur des

quantités de référence n'entend pas reprendre

personnellement la production laitière et où le

locataire se prévaut de son droit à une allocation

prioritaire. Etant donné que l'article 11 (6) de la

Constitution tend par essence à protéger l'exercice

personnel des activités y visées, force est de

constater que, loin d'empêcher le travail agricole du

bailleur de quantités de référence à l'expiration du

contrat de location, le règlement grand-ducal du 1er

mars 2000 lui laisse intacte l'option de se voir

réallouer l'intégralité de la quantité de référence

antérieurement donnée en location afin de pouvoir

reprendre personnellement la production laitière et lui

garantit ainsi le travail agricole dans les limites des

restrictions générales, conformes à l'article 11 (6) de

la Constitution, imposées par le régime de plafon-

nement de la production laitière. Les limitations de la

disponibilité de la quantité de référence découlant de

l'article 13 du règlement grand-ducal du 1er mars

2000 régissent partant des situations en dehors de la

sphère de la protection instaurée par l'article 11 (6) de

la Constitution et sont plutôt de nature à affecter les

intérêts patrimoniaux des demandeurs dans la

mesure de la réduction de la valeur vénale de leur

exploitation -

(TA 14-2-01 (12048, confirmé par arrêt du 8-11-01,

13115C))

12. Des dispositions législatives antérieures à la loi

constitutionnelle de 1948, et qui restreignent

l'exercice d'un commerce, n'ont pas été abrogées par

la loi constitutionnelle laquelle, bien qu'établissant la

liberté du commerce, excepte cependant expres-

sément les restrictions à établir par le pouvoir légis-

latif, et l'art. 120 de la Constitution disposant que

jusqu'à promulgation des lois et règlements prévus

par elle, les lois et règlements en vigueur continuent à

être appliqués.

(Conseil d'Etat, 29 mai 1965, Pas. 19, p. 528)

13. Un règlement d'administration publique qui, pour

l'exercice d'une certaine profession, introduit un

régime d'autorisation gouvernementale dépendant

d'éléments de décision autres que celles prévues par

la loi de base dépasse le cadre de la loi habilitante et

apporte à la liberté de commerce une restriction qui

aurait dû faire l'objet d'une loi.

(Conseil d'Etat, 12 juillet 1957, Pas. 17, p. 158)

14. Le principe de la liberté du commerce profite

également aux étrangers, sauf certaines restrictions

légales.

(Conseil d'Etat, 4 février 1964, Pas. 19, p. 266)

15. [Si] l'interdiction de l'exercice d'une profession libérale

ne peut être décrétée, la liberté d'exercice d'une telle

profession n'est garantie que pour autant que les

prescriptions édictées par le législateur sont

observées.

(TA 12-2-03, 10997)

16. Restrictions à l'exercice d'une profession libérale - loi

du 19 juillet 2004 concernant l'aménagement

communal et le développement urbain - liste des

personnes qualifiées pour l'élaboration d'un plan

d'aménagement général (PAG) et d'un plan d'aména-

gement particulier (PAP) - prétendues restrictions

établies par le pouvoir législatif - Question de consti-

tutionnalité dénuée de fondement.

(TA 26-06-2006, 20019)

17. Articles 5, alinéa 3 et 10 alinéa 3 de la loi modifiée du

19 janvier 2004 - modifications de constructions

érigées dans la «zone verte» d'une commune subor-

données à autorisation du Ministre et à une affec-

tation conforme à la loi - conformité à l'article 10bis

alinéa 1, 11 alinéa 6, 11 bis et 16 -

L'article 11, paragraphe 6 de la Constitution garantit,

entre autres, la liberté du commerce et de l'industrie,

sauf les restrictions à établir par la loi; s'il est vrai que

la loi peut apporter des restrictions au libre exercice

du commerce et de l'industrie, elle ne peut pas en

restreindre l'exercice à tel point que les activités

commerciales ou industrielles seraient effectivement

ou pratiquement impossibles à exercer; en prohibant

les constructions d'immeubles pouvant servir à des

fins d'exploitation commerciale ou industrielle dans

des zones définies qui ne couvrent pas l'ensemble du

territoire et dont l'institution est soumise à des procé-

dures d'élaboration qui associent les personnes

concernées et qui sont sujettes à un contrôle juridic-

tionnel, les dispositions visées par la question préjudi-

cielle ne contreviennent pas à l'article 11, paragraphe

6 de la Constitution.

(Cour Constitutionnelle, Arrêt 46/08 du 26 septembre 2008,

Mém. A - 154 du 15 octobre 2008, p. 2196)

Droit au travail

18. Les dispositions dérogatoires au principe constitu-

tionnel du droit au travail et de la liberté du commerce

et de l'industrie sont à interpréter restrictivement.

(Conseil d'Etat, 13 juillet 1956, Pas. 16, p. 529)

(Conseil d'Etat, 2 juillet 1958, Pas. 17, p. 319)

19. La portée de l'art. 11, 6 de la Constitution est de

garantir le droit au travail et d'empêcher que l'accès

aux professions y énumérées ne puisse être interdit

autrement qu'en vertu d'une loi formelle.

(Cour, 4 juin 1953, Pas. 15, p. 493)

20. Le travail viticole n'étant qu'une branche du travail

agricole est compris dans la disposition de l'art. 11 de

la Constitution qui garantit l'exercice du travail

agricole.

(Cour, 4 juin 1953, Pas. 15, p. 493)

Sécurité sociale

21. Réserve de la loi - Limites - Articles 1er et 7 de la loi

du 26 mars 1992 sur l'exercice et la revalorisation de

certaines professions de santé - Conformité aux

articles 11(5) et (6) et 36 de la Constitution (oui) -

Fixation du statut, des attributions et des règles

d'exercice de professions de santé -

Le système des réserves de la loi énoncé par articles

[les articles 11(5) et (6) et 36 de] la Constitution

empêche le pouvoir législatif de se dessaisir outre

mesure de ses pouvoirs par la voie de l'habilitation; ce

pouvoir peut donc seul disposer valablement des

matières érigées en réserve. [Il est] toutefois satisfait

à la réserve constitutionnelle si la loi se borne à tracer

les grands principes: elle ne met par conséquent pas

obstacle aux habilitations plus spécifiques. La loi du

26 mars 1992 sur l'exercice et la revalorisation de

certaines professions de santé, après avoir désigné

en son article 1er les professions de santé

concernées, précise en son article 2 les critères

généraux auxquels se trouve soumis l'autorisation

d'accès à ces professions et fixe en ses articles 5, 6 et

8 à 15 les conditions communes liées à l'exercice de

ces professions. [Par conséquent], le législateur, sans

violer le principe constitutionnel du domaine réservé,

a pu habiliter en son article 7 le pouvoir réglementaire

à préciser le statut, les attributions et les règles

d'exercice de chacune des différentes professions de

santé visées par ladite loi.

(Cour Constitutionnelle, Arrêt 18/03 du 21 novembre 2003,

Mém. A - 174 du 9 décembre 2003, p. 3384)

22 Constitution

Ministère d’Etat - Service Central de Législation – 2009

(Révision du 29 mars 2007)

«Art. 11bis.

L’Etat garantit la protection de l’environnement humain et naturel, en oeuvrant à l’établissement d’un équilibre durable entre la conservation de la nature, en particulier sa capacité de renouvellement, et la satis- faction des besoins des générations présentes et futures.

Il promeut la protection et le bien-être des animaux.»

Constitution 23

Ministère d’Etat - Service Central de Législation – 2009

C O

N S

T IT

U T

IO N

Jurisprudence

Jurisprudence

Articles 5, alinéa 3 et 10 alinéa 3 de la loi modifiée du

19 janvier 2004 - modifications de constructions

érigées dans la «zone verte» d'une commune subor-

données à autorisation du Ministre et à une affectation

conforme à la loi - conformité à l'article 10bis alinéa 1,

11 alinéa 6, 11 bis et 16 -

L'article 11bis de la Constitution charge l'Etat de

garantir la protection de l'environnement humain et

naturel; en édictant une législation qui restreint la

possibilité de construire des ouvrages dans certaines

zones dignes de protection, l'Etat exécute la mission lui

conférée par la disposition constitutionnelle en

question; les articles 5, alinéa 3 et 10, alinéa 3

combinés de la loi modifiée du 19 janvier 2004, qui font

partie de la législation ayant pour objet la protection de

l'environnement humain et naturel, ne sont partant pas

contraires à l'article 11bis de la Constitution.

(Cour Constitutionnelle, Arrêt 46/08 du 26 septembre 2008,

Mém. A - 154 du 15 octobre 2008, p. 2196)

(Révision du 2 juin 1999)

«Art. 12.

La liberté individuelle est garantie. - Nul ne peut être poursuivi que dans les cas prévus par la loi et dans la forme qu’elle prescrit. - Nul ne peut être arrêté ou placé que dans les cas prévus par la loi et dans la forme qu’elle prescrit. - Hors le cas de flagrant délit, nul ne peut être arrêté qu’en vertu de l’ordonnance motivée du juge, qui doit être signifiée au moment de l’arrestation, ou au plus tard dans les vingt-quatre heures. - Toute personne doit être informée sans délai des moyens de recours légaux dont elle dispose pour recouvrer sa liberté.»

Liberté individuelle

1. Constitue une aliénation de la liberté individuelle dans

ce qu'elle a d'intangible, la clause de direction exclusive

du procès contenue dans une police d'assurance en

matière pénale.

(Trib. Lux., 14 juillet 1951, Pas. 15, p. 163)

2. Aux termes de l'art. 12 de la Constitution la liberté

individuelle est garantie et il ne peut y être porté

atteinte que dans les formes prévues par la loi. Spécia-

lement, aux termes formels des art. 133 et 134 du

Code d'instruction criminelle combinés avec les art.

231 et 232 du même code on ne peut décerner une

ordonnance de prise de corps que lorsqu'il y a

accusation de crimes.

L'ordonnance de prise de corps, décernée contre un

inculpé du chef de délit seul est illégale comme impli-

quant un excès de pouvoir et la violation des textes de

loi précités.

(Cour, 4 janvier 1901, Pas. 6, p. 318)

3. Notion de liberté individuelle - Article 115 du Code des

assurances sociale - Conformité avec l'article 12 de la

Constitution (oui) -

La notion de liberté individuelle […] vise la liberté

physique d'aller et de venir et les entraves qui peuvent

y être apportées dans le cadre de poursuites

judiciaires. L'article 115 du Code des assurances

sociales n'est pas concerné par les dispositions de

l'article 12 de la Constitution. [Par conséquent], l'article

115 du Code des assurances sociales n'est pas

contraire à l'article 12 de la Constitution.

(Cour Constitutionnelle, Arrêt 20/04 du 20 mai 2004, Mém. A -

94 du 18 juin 2004, p. 1562)

Art. 13.

Nul ne peut être distrait contre son gré du juge que la loi lui assigne.

Art. 14.

Nulle peine ne peut être établie ni appliquée qu’en vertu de la loi.

24 Constitution

Ministère d’Etat - Service Central de Législation – 2009

Jurisprudence

Voir note Braum in pasicrisie 1-2/2008

Légalité des peines

1. Nulle peine ne peut être établie qu'en vertu de la loi. En

conséquence, aucune peine ne peut être établie par un

arrêté grand-ducal, pris en exécution d'une loi, si cette

loi ne contient aucune disposition permettant d'édicter

des peines pénales par voie de règlement d'adminis-

tration publique.

(Trib. Lux., 30 octobre 1947, Pas. 14, p. 311)

2. Principe de légalité des peines - Contenu de l'obligation

- Existence de la peine - Taux de sévérité - Définition de

l'infraction en des termes suffisamment clairs et précis

- Mesure exacte de la nature et du type des agisse-

ments sanctionnables - Principe de spécification -

Const., art. 14 -

Il ressort de [l'article 14 de la Constitution] que pour

être prononcée une peine doit être prévue par la loi,

tant par son existence que par son taux de sévérité, et

au jour de la commission du fait et à celui de la décision

qui l'inflige.

Le principe de la légalité de la peine entraîne la

nécessité de définir les infractions en termes suffi-

samment clairs et précis pour en exclure l'arbitraire et

permettre aux intéressés de mesurer exactement la

nature et le type des agissements sanctionnables.

Le principe de la spécification de l'incrimination est

partant le corollaire de celui de la légalité de la peine

consacrée par l'article 14 de la Constitution.

(Cour Constitutionnelle, Arrêt 12/02 du 22 mars 2002, Mém. A

- 40 du 12 avril 2002, p. 672)

3. Principe de légalité des peines - Principes généraux du

droit pénal - Application des exigences constitution-

nelle de base relative à la légalité des peines au droit

disciplinaire - Const., art. 14 -

En droit disciplinaire, la légalité des peines suit les

principes généraux du droit pénal et doit en observer

les mêmes exigences constitutionnelles de base.

(Cour Constitutionnelle, Arrêt 12/02 du 22 mars 2002,

Mémorial A - 40 du 12 avril 2002, p. 672)

4. Principe de légalité des peines - Application au droit

disciplinaire des avocats -

En droit disciplinaire la légalité des peines suit les

principes généraux du droit pénal et doit observer les

mêmes exigences constitutionnelles de base. Le

principe de la légalité de la peine entraîne la nécessité

de définir les infractions en termes suffisamment clairs

et de préciser le degré de répression pour en exclure

l'arbitraire et permettre aux intéressés de mesurer

exactement la portée de ces dispositions; que le

principe de la spécification est le corollaire de celui de

la légalité de la peine consacrée par l'article 14 de la

Constitution.

Cependant, le droit disciplinaire tolère dans la formu-

lation des comportements illicites et dans l'établis-

sement des peines à encourir une marge

d'indétermination sans que le principe de la spécifi-

cation de l'incrimination et de la peine n'en soit affecté,

si des critères logiques, techniques et d'expérience

professionnelle permettent de prévoir avec une sûreté

suffisante la conduite à sanctionner et la sévérité de la

peine à appliquer;

Sans préjudice d'autres textes légaux afférents, le

chapitre V de la loi précitée du 10 août 1991 énumératif

des droits et des devoirs des avocats est à mettre en

rapport avec l'article 27 de la même loi en ce qu'il lui

fournit l'élément d'incrimination requis par l'article 14

de la Constitution et le rend ainsi conforme à celle-ci.

(Cour Constitutionnelle, Arrêts 23/04 et 24/04 du 3 décembre

2004, Mém. A - 201 du 23 décembre 2004, p. 2960

Dans le même sens:

Cour Constitutionnelle, Arrêts 41/07, 42/07 et 43/07 du 14

décembre 2007, Mém. A - 1 du 11 janvier 2008, pp. 2 à 8)

5. Peines - Notion - Clauses pénales - Article 36,5° de la

loi modifiée du 27 juillet 1936 concernant la comptabilité

de l'Etat prévoyant, par le biais de cahiers des charges,

l'exclusion de la participation aux marchés publics -

Conformité à l'article 14 de la Constitution (non) -

Les clauses pénales sont des accords sur des indem-

nisations forfaitaires en cas d'inexécution d'obligations

principales. Exprimées sous forme d'astreinte ou

d'amende conventionnelle, elles sont de nature

purement civile et ne constituent pas des peines au

sens de l'article 14 de la Constitution. La résiliation du

marché n'est pas une pénalité en soi mais une décision

de rupture des liens contractuels entre parties. Par

contre l'exclusion même à temps de la participation aux

marchés publics n'est pas un mode de réparation du

préjudice subi par l'inobservation des conditions du

cahier des charges mais une peine au sens de l'article

14 de la Constitution qui est dès lors quant à cette

mesure applicable à l'article 36,5° de la loi modifiée du

27 juillet 1936 concernant la comptabilité de l'Etat. Une

telle peine ne peut faire l'objet d'un engagement

contractuel mais doit être établie par la loi. Il s'ensuit

que l'article 36,5° de la loi modifiée du 27 juillet 1936

concernant la comptabilité de l'Etat prévoyant, par le

biais de cahiers des charges, l'exclusion de la partici-

pation aux marchés publics est à déclarer non-

conforme à l'article 14 de la Constitution […].

(Cour Constitutionnelle, Arrêt 19/04 du 30 janvier 2004, Mém.

A - 18 du 16 février 2004, p. 304)

Rétroactivité de la loi

6. Principe de légalité des peines - Rétroactivité de la

peine la plus douce - Const., art. 14 -

Le principe de la légalité des peines consacré par

l'article 14 de la Constitution implique celui de la rétro-

activité de la peine la plus douce.

(Cour Constitutionnelle, Arrêt 12/02 du 22 mars 2002, Mém. A

- 40 du 12 avril 2002, p. 672; contra: Cour (cass), 1er décembre

1949, Pas. 14, p. 596)

7. Art. 73 du code des assurances sociales - Principe de

légalité des peines - Rétroactivité de la peine la plus

douce - Application (oui) - Conformité à la Constitution

(oui) - Const., art. 14 -

Le principe de la rétroactivité in mitius s'applique dès

lors à l'article 73 du code des assurances sociales pour

autant qu'il édicte des peines et non pas des répara-

tions de préjudice. Il n'affecte cependant pas l'article

(Révision du 24 octobre 2007)

«Art. 16.

Nul ne peut être privé de sa propriété que pour cause d’utilité publique et moyennant juste indemnité, dans les cas et de la manière établis par la loi.»

Art. 15.

Le domicile est inviolable. Aucune visite domiciliaire ne peut avoir lieu que dans les cas prévus par la loi et dans la forme qu’elle prescrit.

Constitution 25

Ministère d’Etat - Service Central de Législation – 2009

C O

N S

T IT

U T

IO N

Jurisprudence

Jurisprudence

341,2,5 du même code qui ne participe ni à la définition

du comportement fautif à réprimer ni à la sanction à

appliquer.

Le principe de la légalité de la peine entraîne la

nécessité de définir les infractions en termes suffi-

samment clairs et précis pour en exclure l'arbitraire et

permettre aux intéressés de mesurer exactement la

nature et le type des agissements sanctionnables; que

le principe de la spécification de l'incrimination est

partant le corollaire de celui de la légalité de la peine

consacrée par l'article 14 de la Constitution.

L'article 73 du code des assurances sociales prévoit du

moins en partie des punitions; que l'infraction de la

«déviation injustifiée de l'activité professionnelle du

prestataire de soins» gisant à la base de ces pénalités

est soumise au principe de la spécification de l'incrimi-

nation. La déviation injustifiée sanctionnée par l'article

73 du code des assurances sociales est déterminée

par des critères tirés de la loi et des dispositions

conventionnelles conclues en exécution de l'article 61

du code des assurances sociales.

Une marge d'indétermination dans la formulation de

comportements illicites n'affecte pas le principe de la

spécification de l'incrimination si comme en l'espèce

leur concrétisation peut raisonnablement se faire grâce

à des critères logiques, techniques et d'expérience

professionnelle qui permettent de prévoir avec une

sûreté suffisante les caractéristiques essentielles des

conduites constitutives de l'infraction visée.

L'article 73 du code des assurances sociales, tel que

modifié par la loi du 18 mai 1999 n'est actuellement pas

contraire à l'article 14 de la Constitution.

(Cour Constitutionnelle, Arrêt 12/02 du 22 mars 2002, Mém. A

- 40 du 12 avril 2002, p. 672)

Visite domiciliaire

La visite domiciliaire effectuée par un organe autre qu'un

officier de police judiciaire est nulle.

(Cour, 23 décembre 1955 et 4 janvier 1956, Pas. 16, p. 436)

Voir note Ravarani in pasicrisie 1-2/2008

1. Articles 5, alinéa 3 et 10 alinéa 3 de la loi modifiée du

19 janvier 2004 - modifications de constructions

érigées dans la «zone verte» d'une commune subor-

données à autorisation du Ministre et à une affectation

conforme à la loi - conformité à l'article 10bis alinéa 1,

11 alinéa 6, 11 bis et 16 -

L'article 16 de la Constitution garantit la protection du

droit de propriété et prohibe l'expropriation autrement

que pour cause d'utilité publique et moyennant juste

indemnité; un changement dans les attributs de la

propriété qui est substantiel à ce point qu'il prive le

propriétaire de ses aspects essentiels peut constituer

une expropriation; cependant, les dispositions visées

par la question préjudicielle ne concernent pas le

classement ou le reclassement d'une propriété de zone

constructible en zone non constructible, la législation

afférente n'étant pas soumise à l'appréciation de la

Cour par la question préjudicielle, mais se bornent,

d'une part, à déterminer les constructions qui sont

permises en zone verte et, d'autre part, à prohiber les

modifications extérieures, agrandissements ou recons-

tructions de constructions existantes en zone verte si

elles ne répondent pas au critère de l'article 5 alinéa 3

de la loi modifiée du 19 janvier 2004; partant, loin de

constituer une expropriation ou d'y équivaloir, les

dispositions en question ne font qu'aménager voire

alléger les interdictions qui résultent du classement

d'un terrain en zone verte; il s'ensuit que l'application

des dispositions des articles 5, alinéa 3 et 10, alinéa 3

combinés de la loi modifiée du 19 janvier 2004 n'aboutit

pas à une expropriation des propriétaires qu'elles

visent et ne sont ainsi pas contraires à l'article 16 de la

Constitution.

(Cour Constitutionnelle, Arrêt 46/08 du 26 septembre 2008,

Mém. A - 154 du 15 octobre 2008, p. 2196)

Droit de propriété

2. Droit de propriété - Droit fondamental - Const., art. 16 -

L'article 16 de la Constitution pose d'une part le

principe que le propriétaire ne peut être privé des droits

qu'il a sur sa propriété et énonce d'autre part la seule

exception à ce principe, à savoir la privation de

propriété pour cause d'utilité publique en la soumettant

toutefois aux exigences et procédures d'une loi et au

paiement d'une juste et préalable indemnité.

(Cour Constitutionnelle, Arrêt 16/03 du 7 février 2003, Mém. A

- 31 du 28 février 2002, p. 510)

3. Droit de propriété - Dérogation - Interprétation stricte

des restrictions - Const., art. 16 -

Le droit de propriété est un droit fondamental et toute

dérogation qui y porte atteinte est d'interprétation

stricte.

(Cour Constitutionnelle, Arrêt 16/03 du 7 février 2003, Mém. A

- 31 du 28 février 2002, p. 510)

4. Droit de propriété - Notion de propriété - Droit

personnel - Créance indemnitaire - Article 115 du Code

des assurances sociales - Conformité à l'article 16 de

la Constitution (oui) -

L'article 16 pose d'une part le principe que le proprié-

taire ne peut être privé du droit qu'il a sur sa propriété

et énonce d'autre part la seule exception à ce principe,

à savoir la privation de la propriété pour cause d'utilité

publique dans les conditions prévues par une loi et

moyennant une juste et préalable indemnité. Pour

autant que la notion de propriété s'applique à des droits

personnels tels qu'une créance indemnitaire, encore

faudrait-il que la créance soit effectivement née dans le

chef de la personne qui s'en réclame. L'article 115 du

Code des assurances sociales qui s'oppose à la

naissance de la créance indemnitaire n'est pas

contraire à l'article 16 de la Constitution.

(Cour Constitutionnelle, Arrêt 20/04 du 20 mai 2004, Mém. A -

94 du 18 juin 2004, p. 1562)

5. Droit de propriété - limitation temporaire de l'usage du

droit de propriété consécutive à la publication tardive

des règlements grand-ducaux d'exécution de la loi du

19 juillet 2004 concernant l'aménagement communal

et le développement urbain - violation du droit de

propriété, tel que consacré par les articles 1er du

Protocole additionnel à la Convention européenne des

droits de l'homme, 16 de la Constitution et 544 du Code

civil (non)

(TA 24-03-2005, 18888)

Expropriation

6. Expropriation - Indemnité - Notion d'indemnité «juste»

et «préalable» - Const., art. 16 -

L'indemnité prévue à l'article 16 de la Constitution doit

être juste, ce qui signifie qu'elle doit être complète pour

dédommager le préjudice subi par le propriétaire privé

définitivement de son bien; [et] qu'elle doit être

préalable, c'est-à-dire que son règlement doit précéder

l'envoi en possession.

(Cour Constitutionnelle, Arrêt 16/03 du 7 février 2003, Mém. A

- 31 du 28 février 2002, p. 510)

7. L'expropriant doit payer au propriétaire dépossédé non

seulement la valeur vénale de son immeuble, mais il

faut de plus que l'exproprié soit tenu indemne de toutes

les conséquences préjudiciables qui sont une suite

certaine et directe de l'expropriation.

L'indemnité doit présenter, non pas le prix de revient de

constructions neuves, mais seulement leur valeur au

moment de l'expropriation.

Un dommage purement éventuel ne peut pas entrer en

ligne de compte pour le calcul de la valeur de conve-

nance que doit comprendre l'indemnité.

La clientèle n'est un élément d'indemnisation que s'il

s'agit d'une clientèle d'habitude ou de passage, due à

la situation particulière de l'immeuble exproprié.

(Cour, 26 novembre 1915, Pas. 9, p. 487)

8. L'indemnité doit comprendre plus spécialement le

dommage résultant de la séparation de deux

propriétés distinctes appartenant au même proprié-

taire et entre lesquelles ce dernier a établi certains

rapports de nature à en faciliter l'exploitation. Elle doit

comprendre encore le dommage qu'entraîne la

suppression de l'égout auquel la maison se trouve

raccordée et oblige le propriétaire à en construire un

autre. Il en est de même des fosses d'aisances et des

cabinets.

(Trib. Lux., 15 juin 1908, Pas. 8, p. 14)

9. Pour couvrir l'intégralité de la perte subie par

l'exproprié, l'indemnisation doit être fixée, non d'après

l'état et la valeur du bien à la date de la décision

d'expropriation, mais d'après son prix au jour du

jugement, si ce prix a subi une hausse au cours de la

procédure.

(Trib. Lux., 13 juillet 1955, Pas. 16, p. 455)

10. Il est de principe en matière d'expropriation pour

cause d'utilité publique, que, sauf convention

contraire, l'expropriant n'est tenu qu'à indemniser c.-

à-d. à réparer par une prestation en argent le

préjudice qu'il cause, alors que d'après l'art. 16 de la

Constitution l'indemnité due par l'expropriant doit être

préalable et qu'elle n'aurait pas ce caractère si elle

pouvait consister en des prestations à fournir après

l'expropriation.

(Trib. Lux., 28 octobre 1953, Pas. 16, p. 29)

11. Expropriation - Indemnité - Notion d'indemnité «juste»

et «préalable» - Envoi en possession - Conformité à la

Constitution (non) - Const., art. 16 -

L'envoi en possession sur la seule base de la consi-

gnation d'une indemnité provisionnelle sommairement

évaluée, n'est pas conforme à l'article 16 de la Consti-

tution qui prévoit une indemnité juste et préalable.

(Cour Constitutionnelle, Arrêt 16/03 du 7 février 2003, Mém.

A - 31 du 28 février 2002, p. 510)

12. Expropriation - Expropriation cachée - Aménagement

communal - pouvoirs des autorités communales -

réglementation de l'usage du droit de propriété -

Constitution, article 16; code civil, article 545; loi du

12 juin 1937 -

Le législateur, en imposant aux communes d'établir

un projet d'aménagement et d'édicter un règlement

sur les bâtisses a nécessairement habilité le pouvoir

communal à réglementer l'usage du droit de propriété

lorsque sa réglementation est nécessaire à la réali-

sation des objectifs de la loi du 12 juin 1937. En

prenant de telles mesures, l'autorité communale ne

procède pas à une expropriation cachée contraire à

l'article 16 de la Constitution et à l'article 545 du code

civil.

(CA 21-12-2000 (12162C, Barthélémy-Juegdschlass); TA

12-3-2001 (12047, Hoffmann, confirmé par arrêt du 29-11-

2001, 13229C); TA 25-7-2001 (12318a, Collart, confirmé par

arrêt du 8-1-2002, 13891C)

13. Expropriation - indemnisation préalable - articles 27,

26 Constitution

Ministère d’Etat - Service Central de Législation – 2009

34 et 35 de la loi du 16 août 1967 ayant pour objet la

création d'une grande voirie de communication et

d'un fonds des routes - Conformité à l'article 16 de la

Constitution (non) -

Toute disposition légale permettant le transfert total

ou partiel du droit de propriété avant le versement

intégral de la juste indemnité est contraire à l'article

16 de la Constitution qui dispose que «Nul ne peut

être privé de sa propriété que pour cause d'utilité

publique dans le cas et de la manière établis par la loi

et moyennant une juste et préalable indemnité». Le

jugement prévu à l'article 27 de la loi du 16 août 1967,

faisant droit à la requête de l'expropriant opère le

passage du fonds concerné du patrimoine de

l'exproprié dans celui du requérant et que la trans-

cription de cette décision sur le registre du conser-

vateur des hypothèques rend le transfert opposable

aux tiers. Le même article 27 ne prévoit à titre

d'indemnité qu'une simple avance provisionnelle

quitte à voir fixer ultérieurement le dédommagement

définitif sur base d'une évaluation par experts. Cette

disposition légale n'est dès lors pas conforme à

l'article 16 de la Constitution qui exige une indemnité

juste et préalable. Les articles 34 et 35 de la loi du 16

août 1967 déterminant la procédure de l'indemni-

sation complète se déroulant après la privation de la

propriété, doivent au même titre encourir la sanction

de non-conformité à la Constitution. Cependant

l'article 26 de la loi du 16 août 1967, neutre par

rapport au système irrégulier d'expropriation, n'est

pas contraire à la Loi fondamentale.

(Cour Constitutionnelle, Arrêt 34/06 du 12 mai 2006,

Mémorial A - 96 du 31 mai 2006, p. 1800)

14. Expropriation - indemnisation préalable - articles 27,

28, 35 et 36 de la loi modifiée du 15 mars 1979 sur

l'expropriation pour cause d'utilité publique -

Conformité à l'article 16 de la Constitution (non) -

Le jugement prévu à l'article 28 de la prédite loi du 15

mars 1979, faisant droit à la requête de l'expropriant

opère le passage du fonds concerné du patrimoine de

l'exproprié dans celui du requérant et que la trans-

cription de cette décision sur le registre du conser-

vateur des hypothèques rend le transfert opposable

aux tiers. Le même article 28 ne prévoit à titre

d'indemnité qu'une simple avance provisionnelle

quitte à voir fixer ultérieurement le dédommagement

définitif sur base d'une évaluation par experts. Cette

disposition légale n'est dès lors pas conforme à

l'article 16 de la Constitution qui exige une indemnité

juste et préalable. Les articles 35 et 36 de la loi du 15

mars 1979 déterminant la procédure de l'indemni-

sation complète se déroulant après la privation de la

propriété, doivent au même titre encourir la sanction

de non-conformité à la Constitution. Cependant que

l'article 27 de la susdite loi, neutre par rapport au

système irrégulier d'expropriation, n'est pas contraire

à la Loi fondamentale.

(Cour Constitutionnelle, Arrêt 35/06 du 12 mai 2006, Mém. A

- 96 du 31 mai 2006, p. 1802)

15. Expropriation pour cause d'utilité publique - Impôt sur

le revenu - Nature - Contribution individuelle aux

charges de la collectivité - Atteinte à la propriété (non)

- Const., art. 16; L.I.R., art. 18, 23, 92, 93 et 118 -

L'impôt sur le revenu est une contribution individuelle

aux charges communes de la collectivité dont la

fixation et perception ne constituent pas une atteinte à

la propriété au sens de l'article 16 de la Constitution

qui ne vise que la privation de la propriété d'un bien

déterminé moyennant juste et préalable indemnité et

non pas l'incidence de la dette fiscale sur un patri-

moine.

Les articles 18, 23, 92, 93 et 118 de la loi concernant

l'impôt sur le revenu ne sont pas contraires à l'article

16 de la Constitution.

(Cour Constitutionnelle, Arrêt 10/00 du 8 décembre 2000,

Mém. A - 134 du 22 décembre 2000, p. 2962)

16. Expropriation pour cause d'utilité publique - Remem-

brement - Opération constituant une privation de

propriété pour cause d'utilité publique - Loi du 24 mai

1964 concernant le remembrement des biens ruraux

- Conformité à l'article 16 de la Constitution - Const.,

art. 16; loi du 25 mai 1964, art. 1er, 6, 7, 20, 24 et 33 -

Le remembrement, dont le but est de servir l'intérêt

des propriétaires et ceux de la collectivité dans son

ensemble en accroissant la rentabilité des exploita-

tions, constitue une privation de propriété pour une

cause d'utilité publique.

La loi du 25 mai 1964 concernant le remembrement

des biens ruraux en ses articles 1er, 6, 7, 20, 24 et 33

n'est pas contraire à l'article 16 de la Constitution.

(Cour Constitutionnelle, Arrêt 11/01 du 28 septembre 2001,

Mém. A - 126 du 17 octobre 2001, p. 2578)

Usage de la propriété - Préjudice

17. S'il est vrai que l'autorité administrative jouit d'un droit

d'appréciation absolu en ce qui concerne les change-

ments à apporter à la voie publique dans l'intérêt

général, il est tout aussi certain que ce droit absolu se

heurte à l'inviolabilité de la propriété et à l'égalité

proportionnelle des charges publiques, garanties par

la Constitution et les lois civiles. Il s'en suit que les

citoyens ne peuvent être assujettis, pour des raisons

d'intérêt public à un sacrifice total ou partiel de leurs

propriétés qu'à charge d'une juste réparation.

Spécialement, le riverain a une action en indemnité

contre l'Etat, qui, en exhaussant une rue, lui cause un

préjudice par le fait de rendre plus difficile l'accès de

sa maison à la voie publique.

(Trib. Lux., 6 janvier 1960, Pas. 18, p. 175)

18. En vertu de l'art. 16 de la Constitution nul ne peut être

privé de sa propriété que pour cause d'utilité publique

dans les cas et de la manière établis par la loi et

moyennant une juste et préalable indemnité.

Ce principe ne fait pas obstacle à ce qu'un arrêté

grand-ducal, sans priver les propriétaires de leur

propriété, réglemente l'usage du droit du propriétaire

en y apportant certaines restrictions, étant donné que

le mode de jouir de la propriété ne constitue pas une

matière réservée.

(Cour (Cass.), 4 juin 1953, Pas. 15, p. 493)

Constitution 27

Ministère d’Etat - Service Central de Législation – 2009

C O

N S

T IT

U T

IO N

Art. 17.

La peine de la confiscation des biens ne peut être établie.

(Révision du 29 avril 1999)

«Art. 18.

La peine de mort ne peut être établie.»

Art. 19.

La liberté des cultes, celle de leur exercice public, ainsi que la liberté de manifester ses opinions religieuses, sont garanties, sauf la répression des délits commis à l’occasion de l’usage de ces libertés.

28 Constitution

Ministère d’Etat - Service Central de Législation – 2009

Jurisprudence

Répression des délits

1. L'article 19 de la Constitution ne garantit la liberté des

cultes ainsi que celle de leur exercice public et la liberté

de manifester ses opinions religieuses que sous la

réserve expresse de la répression des délits commis à

l'occasion de l'usage de ces libertés.

(Cour (cass.), 29 novembre 1912, Pas. 8, p. 543)

Incompétence du Conseil d'Etat

2. L'article 19 de la Constitution proclame la liberté des

cultes et celle de leur libre exercice; en conséquence,

l'autorité spirituelle ne peut être exercée que par ceux

qui en sont chargés et les tribunaux ne sauraient

connaître de réclamations faites contre les peines spiri-

tuelles prononcées par un ministre du culte.

La juridiction du Conseil d'Etat, en matière d'appel

comme d'abus, n'existe pas dans le Grand-Duché.

(Cour, 3 juin 1864, Pas. I, 1864/66, p. 81)

3. L'appel comme abus est un recours à la puissance

temporelle contre l'abus commis par un ministre des

cultes dans l'exercice de ses fonctions ou par un

fonctionnaire public qui porte atteinte à l'exercice public

du culte ou à la liberté de ses ministres.

Le Conseil d'Etat est incompétent pour statuer quant

au fond sur pareil recours.

(Conseil d'Etat, 19 mai 1965)

Liberté des cultes

4. Art. 1er de la loi modifiée du 10 août 1912 - obligation

scolaire - liberté des cultes - conformité à la Consti-

tution - les convictions religieuses ou philosophiques

ne peuvent aller à l'encontre du droit fondamental de

l'enfant à l'instruction -

L'article 23, alinéa 3 de la Constitution, prévoyant la

scolarité primaire obligatoire et gratuite réserve à la loi

la réglementation de tout ce qui touche à l'ensei-

gnement - sur le fondement de cette disposition, il

appartient au législateur de déterminer la durée de la

scolarité obligatoire - l'étendue de la liberté des cultes

ne saurait être telle que son exercice provoque des

difficultés susceptibles de perturber la programmation

des cours scolaires et donc le système éducatif; l'article

1er de la loi modifiée du 10 août 1912 concernant

l'organisation de l'enseignement primaire n'est pas

contraire à l'article 19 de la Constitution.

(Cour Constitutionnelle, Arrêt 3/98 du 20 novembre 1998,

Mém. A - 2 du 18.1.99, p. 14)

Enseignement primaire - dispenses de fréquentation scolaire

5. Motifs religieux - dispense systématique (non) -

dispenses ponctuelles -

S'il doit en principe être possible aux élèves qui en font

la demande de bénéficier individuellement et ponctuel-

lement des dispenses de l'enseignement scolaire

nécessaires à l'exercice d'un culte ou à la célébration

d'une fête religieuse, cette possibilité doit rester relati-

visée dans la mesure de la compatibilité des absences

qui en découlent avec l'accomplissement des tâches

inhérentes aux études et avec le respect de l'ordre

dans l'établissement concernant l'ensemble de la

communauté scolaire. - Dans la mesure où l'ordre

interne est une condition nécessaire au déroulement

normal de l'activité scolaire et que la journée du samedi

couvre en fait une partie signifiante de l'emploi du

temps normal dans l'enseignement primaire qui peut

comporter notamment des contrôles de connaissances

ou l'intervention de titulaires différents, une dérogation

systématique, sinon du moins quasi-systématique, à

l'obligation de présence pendant une journée déter-

minée de la semaine est susceptible de désorganiser

démesurément les programmes scolaires aussi bien

du point de vue du bénéficiaire du régime ainsi déroga-

toire que des responsables de classe, de même que

des autres élèves, notamment au regard des adapta-

tions de l'emploi du temps et de l'évacuation des

programmes ainsi engendrés.

(TA 16-2-98 (9360 et 9430, Martins Casimiro, confirmé par

arrêt du 2-7-98, 10648C), Pas. admin. 1/1999, p. 56)

Art. 20.

Nul ne peut être contraint de concourir d’une manière quelconque aux actes et aux cérémonies d’un culte ni d’en observer les jours de repos.

Art. 21.

Le mariage civil devra toujours précéder la bénédiction nuptiale.

Art. 22.

L’intervention de l’Etat dans la nomination et l’installation des chefs des cultes, le mode de nomination et de révocation des autres ministres des cultes, la faculté pour les uns et les autres de correspondre avec leurs supérieurs et de publier leurs actes, ainsi que les rapports de l’Eglise avec l’Etat, font l’objet de conven- tions à soumettre à la Chambre des Députés pour les dispositions qui nécessitent son intervention.

Constitution 29

Ministère d’Etat - Service Central de Législation – 2009

C O

N S

T IT

U T

IO N

Jurisprudence

Jurisprudence

Pasteur de l'Eglise protestante

L'article 22 de la Constitution prévoit l'intervention de

l'Etat dans la nomination et l'installation des chefs des

cultes.

Au Grand-Duché de Luxembourg il n'existe qu'une

seule communauté protestante constituée en église

consistoriale dans le sens du décret du 18 germinal an

X, à la tête de laquelle se trouve un pasteur élu par le

consistoire; d'autre part l'art. 9 des statuts de cette

communauté, qui ont été approuvés par l'arrêté grand-

ducal du 16 avril 1894 prévoit que des annexes peuvent

être organisées sous l'autorité du consistoire; il faut en

conclure que le pasteur de l'église protestante repré-

sente seul sur le territoire du Grand-Duché la Commu-

nauté religieuse en question, à l'exclusion de tout

supérieur hiérarchique et il apparaît dès lors comme

chef de culte au sens de l'article 22 de la Constitution.

(Conseil d'Etat, 19 mai 1965, arrêt Housse non publié)

(Révision du 2 juin 1999)

«Art. 23.

L’Etat veille à l’organisation de l’instruction primaire, qui sera obligatoire et gratuite et dont l’accès doit être garanti à toute personne habitant le Grand-Duché. L’assistance médicale et sociale sera réglée par la loi.

Il crée des établissements d’instruction moyenne gratuite et les cours d’enseignement supérieur néces- saires.

La loi détermine les moyens de subvenir à l’instruction publique ainsi que les conditions de surveillance par le Gouvernement et les communes; elle règle pour le surplus tout ce qui est relatif à l’enseignement et prévoit, selon des critères qu’elle détermine, un système d’aides financières en faveur des élèves et étudiants.

Chacun est libre de faire ses études dans le Grand-Duché ou à l’étranger et de fréquenter les universités de son choix, sauf les dispositions de la loi sur les conditions d’admission aux emplois et à l’exercice de certaines professions.»

Il résulte de l'ensemble des dispositions du règlement

grand-ducal modifié du 25 juin 1971 portant organi-

sation du stage judiciaire et réglementant l'accès au

notariat que les cours complémentaires font partie du

stage professionnel et que, quoiqu'organisés du point

de vue administratif dans le cadre du Centre universi-

taire, ils ne participent pas du caractère d'un ensei-

gnement universitaire; ils ont uniquement pour but de

parfaire les connaissances juridiques des détenteurs

de diplômes étrangers en les initiant aux particularités

du droit luxembourgeois; ils présupposent donc une

connaissance approfondie du droit et c'est pour ce

motif que l'art. 4 du règlement exige pour l'inscription à

ces cours l'homologation et la transcription d'un grade

étranger en droit.

Si l'art. 6 du règlement grand-ducal du 2 juin 1972

concernant l'organisation scientifique des cours univer-

sitaires prévoit l'inscription d'élèves libres, cette dispo-

sition s'applique uniquement aux cours universitaires et

ne saurait être étendue à des cours qui se placent dans

le cadre de la réglementation professionnelle et partant

ne font pas partie de l'enseignement universitaire.

Par ailleurs, l'art. 23 alinéa 4 de la Constitution ainsi que

la Convention internationale concernant la lutte contre

la discrimination dans le domaine de l'enseignement,

approuvée par la loi du 28 juillet 1969, ne sauraient

trouver application en l'espèce, alors que les cours

complémentaires en droit luxembourgeois n'ont pas le

caractère d'un enseignement universitaire; il ne saurait

dès lors être question de discrimination au sens de

cette convention, les conditions d'accès aux cours dont

il s'agit étant fixées uniformément pour tous les

intéressés; elles ne comportent aucune distinction en

fonction de la condition économique ayant pour objet

d'écarter une personne ou un groupe de personnes de

l'accès aux divers types ou degrés de l'enseignement;

le recours tendant à l'annulation d'une décision refusant

l'inscription comme élève libre aux cours complémen-

taires de droit luxembourgeois est dès lors à rejeter.

(CE 24 octobre 1973, Bertrand, Rec. CE 1973)

(Révision du 26 mai 2004)

«Art. 24.

La liberté de manifester ses opinions par la parole en toutes matières, et la liberté de la presse sont garanties, sauf la répression des délits commis à l'occasion de l'exercice de ces libertés. - La censure ne pourra jamais être établie.»

30 Constitution

Ministère d’Etat - Service Central de Législation – 2009

Jurisprudence

Délits de presse: Définition, Auteur

1. Par délits de presse il faut entendre toutes les infrac-

tions qui sont commises par l'abus de la liberté de

presse, y compris les infractions de droit commun, du

moment que la presse a servi à les commettre et

qu'elles renferment un abus de la publication de la

pensée.

(Cour (cass.), 5 janvier 1917, Pas. 10. p. 4)

2. Si les actes publics appartiennent à la discussion

publique et que les critiques qu'ils soulèvent, quelque

acerbes qu'elles soient, ne donnent pas lieu en thèse

générale, à une action en justice, l'appréciation de ces

actes devient toutefois délictueuse du moment qu'elle

s'attaque à l'honorabilité des personnes visées.

(Cour, 22 juillet 1899, Pas. 5, p. 160)

3. L'auteur d'un délit de presse n'est pas nécessairement

celui qui en a conçu la pensée et composé le

manuscrit. L'écrivain n'est à considérer comme auteur

que dans le cas où il en a également provoqué la

publicité; si un tiers a réalisé cette publicité, à l'insu de

l'écrivain, c'est à lui à en supporter les conséquences.

(Cour (cass.), 5 janvier 1917, Pas. 10, p. 4)

(Révision du 2 juin 1999)

«Art. 25.

La Constitution garantit le droit de s’assembler paisiblement et sans armes, dans le respect des lois qui règlent l’exercice de ce droit, sans pouvoir le soumettre à une autorisation préalable. - Cette disposition ne s’applique pas aux rassemblements en plein air, politiques, religieux ou autres; ces rassemblements restent entièrement soumis aux lois et règlements de police.»

(Révision du 2 juin 1999)

«Art. 26.

La Constitution garantit le droit d’association, dans le respect des lois qui règlent l’exercice de ce droit, sans pouvoir le soumettre à une autorisation préalable.»

Art. 27.

Chacun a le droit d’adresser aux autorités publiques, des pétitions signées par une ou plusieurs personnes. - Les autorités constituées ont seules le droit d’adresser des pétitions en nom collectif.

Art. 28.

Le secret des lettres est inviolable. - La loi détermine quels sont les agents responsables de la violation du secret des lettres confiées à la poste.

La loi réglera la garantie à donner au secret des télégrammes.

Art. 29.

(Révision du 6 mai 1948)

«La loi réglera l’emploi des langues en matière administrative et judiciaire.»

Art. 30.

Nulle autorisation préalable n’est requise pour exercer des poursuites contre les fonctionnaires publics, pour faits de leur administration, sauf ce qui est statué à l’égard des membres du Gouvernement.

Art. 31.

Les fonctionnaires publics, à quelque ordre qu’ils appartiennent, les membres du Gouvernement exceptés, ne peuvent être privés de leurs fonctions, honneurs et pensions que de la manière déterminée par la loi.

Chapitre III. - De la Puissance souveraine

Art. 32.

(Révision du 15 mai 1919)

«(1)1 La puissance souveraine réside dans la Nation.

Le Grand-Duc l’exerce conformément à la présente Constitution et aux lois du pays.

(2)1 «Le Grand-Duc»2 n’a d’autres pouvoirs que ceux que lui attribuent formellement la Constitution et les lois particulières portées en vertu de la Constitution même, le tout sans préjudice de l’art. 3 de la présente Constitution.»

(Révision du 19 novembre 2004)

«(3) Dans les matières réservées à la loi par la Constitution, le Grand-Duc ne peut prendre des règle- ments et arrêtés qu'aux fins, dans les conditions et suivant les modalités spécifiées par la loi.

(4) Toutefois, en cas de crise internationale, le Grand-Duc peut, s'il y a urgence, prendre en toute matière des règlements, même dérogatoires à des dispositions légales existantes. La durée de validité de ces règlements est limitée à trois mois.»

Constitution 31

Ministère d’Etat - Service Central de Législation – 2009

C O

N S

T IT

U T

IO N

Jurisprudence

Jurisprudence

1. Les art. 31 de la Constitution et (21) de la loi du (16 avril

1979) sur le statut des fonctionnaires confèrent à ceux-

ci un droit acquis à leurs traitements et pensions; quant

à ces dernières, ce droit acquis ne porte pas seulement

sur les pensions déjà liquidées, mais encore sur celles

que la loi a attribuées aux titulaires pour l'avenir,

puisque la pension n'implique pas pour le fonctionnaire

une simple expectative, mais un droit légalement

consacré; pour supprimer ou restreindre rétroacti-

vement ce droit acquis, il faudrait une manifestation

formelle de la volonté du législateur.

(CE, 24 juin 1924, Stümper non publié)

2. Il appert de l'art. 31 de la Constitution combiné avec

les dispositions sur le statut des fonctionnaires que

nul fonctionnaire ne peut être privé de son traitement,

si ce n'est par mesure disciplinaire; au surplus cette

privation ne s'opère pas automatiquement et de plein

droit, mais seulement en vertu d'une décision

formelle.

(CE, 25 février 1931, Schroeder non publié)

1 Numérotation introduite par la révision du 19 novembre 2004. 2 Ainsi modifié par la révision du 19 novembre 2004.

Pouvoirs du Grand-Duc avant la révision de 1919

1. L'ancien article 32 de la Constitution de 1868 portait

que «le Grand-Duc exercera la puissance souveraine

conf. à la présente Constitution et aux lois du pays». La

Constitution de 1868, n'ayant, en ce qui concerne la

souveraineté, apporté aucun changement radical à la

Constitution de 1856 qui reposait sur le principe monar-

chique, il faut admettre que l'article 32 ancien ne limitait

les pouvoirs du Grand-Duc que dans leur exercice et

que la plénitude de souveraineté continuait à résider

dans les mains du Grand-Duc.

Ce n'est que depuis la loi de révision constitutionnelle

du 15 mai 1919 que ledit article 32 dispose que la

puissance souveraine réside dans la Nation et que le

Grand-Duc n'a d'autres pouvoirs que ceux que lui attri-

buent formellement la Constitution et les lois particu-

lières portées en vertu de la Constitution même.

Il s'ensuit que l'arrêté royal grand-ducal du 17 juin 1872

concernant le régime de certains établissements

dangereux n'est pas entaché de nullité comme

manquant de base légale alors qu'à l'époque le Grand-

Duc pouvait réglementer toutes les matières, même si

celles-ci n'avaient pas été préalablement fixées par la

loi.

(Cour (cass.), 17 janvier 1957, Pas. 17, p. 105, avec note Ch.

L. H.)

Article 32 (3) - matières réservées à la loi - pouvoir réglementaire -

2. La Constitution du Grand-Duché de Luxembourg

dispose en son article 99, première phrase qu'«aucun

impôt au profit de l'Etat ne peut être établi que par une

loi» et en son article 32 (3) que «dans les matières

réservées à la loi par la Constitution, le Grand-Duc ne

peut prendre des règlements et arrêtés qu'aux fins,

dans les conditions et suivant les modalités spécifiées

par la loi».

L'effet des réserves de la loi énoncées par la Consti-

tution consiste en ce que nul, sauf le pouvoir législatif,

ne peut valablement disposer des matières érigées en

réserve; qu'il est toutefois satisfait à la réserve constitu-

tionnelle si la loi se borne à tracer les grands principes

tout en abandonnant au pouvoir réglementaire la mise

en oeuvre du détail.

En matière fiscale la loi doit fixer les règles essentielles

concernant l'assiette, le taux et le recouvrement de

l'impôt.

La loi budgétaire du 23 décembre 2005 remplit les

deux derniers critères en ce que l'article 12(10) dans

ses alinéas respectifs 2 et 3 fixe la taxe additionnelle du

produit fini à 600.- par hectolitre et assimile la

perception et le recouvrement de celle-ci en tous les

points au droit d'accise commun.

Quant à l'assiette le texte soumis à examen prévoit que

la taxe additionnelle est perçue sur certaines boissons

alcooliques sucrées et certaines préparations de

boissons alcooliques instantanées ou concentrées,

appelées «boissons alcooliques confectionnées» ou

«alcopops», tout en déléguant dans son §12 la déter-

mination des conditions d'application au pouvoir

exécutif.

Par «boissons alcooliques confectionnées» ou

«alcopops» on comprend communément des boissons

mélangées ou conditionnées d'avance à partir de

produits alcooliques et d'éléments affriandants.

Les susdites boissons ainsi définies et comprises

constituent des supports normatifs légaux suffisants

pour délimiter raisonnablement l'assiette sur laquelle la

taxe additionnelle est susceptible de s'appliquer; que

l'adjectif pronominal «certaines» marque l'ensemble

des boissons régies par la susdite définition ne laissant

pas à l'administration générale le pouvoir de déter-

miner les boissons à imposer mais seulement la

charge de préciser les conditions d'application à partir

du concept légalement formulé.

(Cour constitutionnelle, Arrêt 38/07 du 2 mars 2007, Mém. A -

36 du 15 mars 2007, p. 742)

32 Constitution

Ministère d’Etat - Service Central de Législation – 2009

Jurisprudence

(Révision du 31 mars 2008)

«Art. 32bis.

Les partis politiques concourent à la formation de la volonté populaire et à l’expression du suffrage universel. Ils expriment le pluralisme démocratique.»

§ 1er. - De la Prérogative du Grand-Duc

Art. 33.

(Révision du 12 janvier 1998)

«Le Grand-Duc est le chef de l’Etat, symbole de son unité et garant de l’indépendance nationale. Il exerce le pouvoir exécutif conformément à la Constitution et aux lois du pays.»

Art. 34.

(Révision du 12 mars 2009)

«Le Grand-Duc promulgue les lois dans les trois mois du vote de la Chambre.»

Promulgation des lois

1. De tous temps et dans toutes les législations qui se

sont succédé dans le pays, il a toujours été de principe

immuable qu'aucune loi ne saurait être obligatoire sans

promulgation préalable.

(Cour, 9 mars 1901, Pas. 6, p. 298)

Publication des lois

2. La loi devient obligatoire trois jours après sa publication

au Mémorial. Force exécutoire lui est cependant

acquise dès qu'elle est approuvée par le Souverain et

promulguée.

(Cour, 20 avril 1912, Pas. 8, p. 478)

(Trib. Lux., 21 novembre 1962, Pas. 19, p. 41)

3. Le Mémorial législatif et administratif du Grand-Duché

prouvant authentiquement l'existence des lois et règle-

ments qui sont régulièrement publiés, le pouvoir

judiciaire ne peut en examiner autrement la promul-

gation dont le mode n'est d'ailleurs pas spécialement

réglé.

En conséquent, est irrecevable une offre de preuve

tendant à établir que la loi ou l'arrêté n'aurait pas été

promulgué par la Souveraine avant la publication.

(Cour, 14 février 1928, Pas. 11, p. 387)

Art. 35.

Le Grand-Duc nomme aux emplois civils et militaires, conformément à la loi, et sauf les exceptions établies par elle.

Aucune fonction salariée par l’Etat ne peut être créée qu’en vertu d’une disposition législative.

Art. 36.

(Révision du 19 novembre 2004)

«Le Grand-Duc prend les règlements et arrêtés nécessaires pour l'exécution des lois.»

Constitution 33

Ministère d’Etat - Service Central de Législation – 2009

C O

N S

T IT

U T

IO N

Jurisprudence

1. Aux termes de l'article 35 de la Constitution, le Grand-

Duc nomme aux emplois civils et militaires confor-

mément à la loi et sauf les exceptions établies par elle;

le pouvoir de nomination du Grand-Duc ne connaît donc

pas d'autres limitations que celles qui résultent de la loi.

Cette disposition constitutionnelle a une portée

générale à laquelle les nominations aux fonctions

judiciaires ne font pas exception.

(CE, 30 juillet 1960, Heuertz, Rec. CE 1960)

2. Si, d'après l'art. 35 alinéa 1er de la Constitution, le

Grand-Duc nomme aux emplois civils et militaires,

conformément à la loi et sauf les exceptions établies

par elle, cette règle n'interdit pas au pouvoir exécutif de

déterminer des critères de nomination dont il s'impose

à lui-même le respect.

(CE, 13 juillet 1979, Flammang, Pas. 24, p. 307; CE 13 juillet

1979, Schammo non publié)

3. L'article 35 de la Constitution dispose en son alinéa

premier que «le Grand-Duc nomme aux emplois civils

et militaires, conformément à la loi, et sauf les excep-

tions établies par elle». A défaut d'exception afférente

établie par la loi, la nomination à la fonction d'ins-

pecteur auprès de l'administration des Douanes et

Accises relève partant du champ de compétence du

Grand-Duc. Or, le pouvoir d'admettre un fonctionnaire à

une fonction implique nécessairement celui de ne pas

l'y admettre, de sorte que conformément à l'article 35

de la Constitution, le Grand-Duc constitue le seul

organe compétent notamment pour refuser l'admission

audit poste, à l'exclusion du chef de l'administration

concerné. (. . .)

Le fait pour le directeur d'une administration de ne point

continuer en vue de sa promotion une candidature d'un

fonctionnaire relevant de son administration à l'autorité

de nomination revient à limiter de la sorte l'amplitude

du choix et partant les pouvoirs de l'autorité de

nomination et pareille façon de procéder contrevient

aux dispositions de l'article 35 de la Constitution et

s'analyse en une incompétence de son auteur.

(TA 25.10.2006, 21056)

Jurisprudence

Caractère général du règlement

1. Le règlement se distingue d'une décision adminis-

trative en ce qu'il a pour objet de régler, d'une manière

abstraite et générale, tous les faits dont il fixe les carac-

tères et les suites; il a une portée générale.

(Conseil d'Etat, 6 août 1956, Pas. 16, p. 532)

2. Le Gouvernement a le droit et le devoir de prendre

toutes mesures pour sauvegarder l'intérêt général et la

sécurité publique.

Si, en principe, la mission du pouvoir réglementaire ne

doit s'adresser qu'aux généralités, il ne s'en suit pas

nécessairement qu'un arrêté ne puisse contenir des

prohibitions particulières exclusivement applicables à

une personne, pourvu que les mesures ordonnées ou

prescrites aient pour but de protéger un intérêt général

et public.

(Conseil d'Etat, 12 février 1930, Pas. 12, p. 68)

Règlement grand-ducal

3. En ce qui concerne l'exercice du pouvoir réglementaire,

le terme «Gouvernement» désigne le Grand-Duc. Dans

le doute, il y a lieu d'interpréter la loi conformément à la

Constitution, car il ne faut pas présumer que le légis-

lateur a voulu violer la loi fondamentale.

La qualification de «règlement d'administration

publique» est une désignation indubitable de la compé-

tence grand-ducale et de la forme de l'arrêté grand-

ducal, conformément à l'article 36 de la Constitution.

(Trib. Lux., 27 mars 1954, Pas. 16, p. 139, avec note Pierre

Pescatore)

4. S'il est de principe qu'une loi est immédiatement exécu-

toire, même au cas où elle prévoit des actes réglemen-

taires relatifs à son exécution, dès l'instant qu'elle n'a

pas spécifié que son application serait subordonnée à

la publication desdits actes, il n'en reste pas moins que

cette subordination peut être implicite et doit nécessai-

rement différer la mise en vigueur de la loi lorsque son

texte, ne se suffisant pas à lui-même, a besoin d'être

complété.

Spécialement, en l'absence de toute disposition insti-

tuant un régime transitoire immédiatement applicable,

l'intervention des règlements d'exécution, auxquels

renvoie l'article 5 de la loi du 29 août 1976 portant

planification et organisation hospitalière, est indispen-

sable pour que le ministre puisse exercer valablement

les pouvoirs qui lui sont conférés.

(Conseil d'Etat, 8 juillet 1982, Pas. 25, p. 329)

- Délégation au pouvoir réglementaire (jurisprudence antérieure

à la révision du 19 novembre 2004):

5. Effet des réserves de la loi énoncées par la Consti-

tution - Règlement grand-ducal pris en application

d'une loi - Contenu de la loi - Fixation des grands

principes - Délégation au pouvoir réglementaire de fixer

le détail - Pouvoir d'appréciation - Art. 4 de la loi

modifiée du 18 juin 1969 sur l'enseignement supérieur

et l'homologation des titres et grades étrangers d'ensei-

gnement supérieur - homologation du diplôme de

docteur en stomatologie - Fixation par le pouvoir régle-

mentaire de critères généraux - Conformité à la Consti-

tution (non) - Const., art. 36. -

L'effet des réserves de la loi énoncées par la Consti-

tution consiste en ce que nul, sauf le pouvoir législatif,

ne peut valablement disposer des matières érigées

en réserve; qu'il est toutefois satisfait à la réserve

constitutionnelle si la loi se borne à tracer les grands

principes tout en abandonnant au pouvoir réglemen-

taire la mise en œuvre du détail.

(Cour Constitutionnelle, Arrêt 15/02 du 3 janvier 2003, Mém.

A - 7 du 23 janvier 2003, p. 90)

6. Effet des réserves de la loi énoncées par la Consti-

tution - Délégation au pouvoir réglementaire de fixer

le détail - Restrictions à l'exercice de la profession

libérale- Article 11 (6) de la Constitution- Article 19 de

la loi modifiée du 10 août 1991 sur la profession

d'avocat - Texte conférant à la représentation profes-

sionnelle le pouvoir d'exécuter tout ou partie de la loi -

Pouvoir normatif autonome (non) - Conformité à la

Constitution (non) - Const., art. 36 -

L'ordre des avocats au barreau de Luxembourg inter-

prète [l'article 19 de la loi modifiée du 10 août 1991

sur la profession d'avocat] comme ne conférant pas à

la représentation professionnelle le pouvoir d'exécuter

tout ou partie de la loi, mais comme investissant

l'ordre des avocats d'un pouvoir normatif autonome en

la matière. Cette argumentation se heurte aux dispo-

sitions de l'article 11 (6) de la Constitution du Grand-

Duché qui réserve au pouvoir législatif le droit d'établir

des restrictions à l'exercice de la profession libérale.

Par l'effet de cette réserve de la loi énoncée par la

Constitution seul le pouvoir législatif peut valablement

disposer de la matière érigée en réserve.

Il est toutefois satisfait à la réserve constitutionnelle si

la loi se limite à tracer les principes directeurs tout en

déléguant au pouvoir réglementaire la mise en œuvre

du détail.

Pour organiser cette mise en oeuvre l'article 19 de la

loi modifiée du 10 août 1991 délègue l'exécution des

dispositions de la loi à une autorité autre que le

Grand-Duc; [...] il est partant contraire à l'article 36 de

la Constitution.

(Cour Constitutionnelle, Arrêt 17/03 du 7 mars 2003, Mém. A

- 41 du 2 avril 2003, p. 656)

7. Exécution de la loi - délégation à une autorité autre

que le Grand-Duc - article 18 alinéa 2 de la loi du 29

avril 1983 concernant l'exercice de la profession de

médecin, médecin-dentiste et de médecin-vétéri-

naire - Conformité à l'article 36 ancien de la Consti-

tution (non) -

L'article 18 (2) de la loi modifiée du 29 avril 1983

dispose que: «Un code de déontologie des profes-

sions de médecin et de médecin-dentiste est édicté

par le collège médical et approuvé par le ministre de

la santé. Ce code est publié au Mémorial.». Avant

l'entrée en vigueur de la loi du 19 novembre 2004

portant 1. révision des articles 11, paragraphe (6), 32,

36 et 76 de la Constitution; 2. création d'un article 108

bis nouveau de la Constitution, l'article 36 de la

Constitution disposait: «Le Grand-Duc fait les règle-

ments et arrêtés nécessaires pour l'exécution des

lois, sans pouvoir jamais ni suspendre les lois elles-

mêmes, ni dispenser de leur exécution». L'article 18

(2) de la loi modifiée du 29 avril 1983 délègue l'exé-

cution de la loi à une autorité autre que le Grand-Duc,

d'où il suit que, sans préjudice des dispositions de

l'article 11 ancien de la Constitution réservant au

pouvoir législatif le droit d'établir des restrictions à

l'exercice de la profession libérale, l'article 18 (2) de la

loi modifiée du 29 avril 1983 n'a pas respecté le

pouvoir exclusif de réglementation attribué au Grand-

Duc par l'article 36 de la Constitution telle qu'elle était

en vigueur avant les modifications introduites par la

loi du 19 novembre 2004.

(Cour Constitutionnelle, Arrêt 28/05 du 23 déc. 2005, Mém.

A - 1 du 5 janvier 2006, p. 1)

8. 21 juin 2001 - Circulaire du conseil de l'ordre des

avocats - articles de la circulaire visant l'intérêt produit

par les comptes tiers - légalité -

Les articles de la circulaire qui partent de la prémisse

que l'intérêt produit par les comptes tiers revient à

l'ordre des avocats, affectent les droits des tiers et ne

sauraient être prises par le conseil de l'ordre des

avocats, sous peine de violer l'article 36 de la Consti-

tution -

(TA 8-4-02 (13875))

- Délégation au pouvoir réglementaire (jurisprudence postérieure

à la révision du 19 novembre 2004)

9. Loi du 19 juillet 2004, art. 7 - Conditions d'admission

à la liste des personnes qualifiées - critère de l'expé-

rience - absence de définition - inapplicabilité -

En l'absence de disposition réglementaire spécifique

définissant le critère de l'expérience, notamment eu

égard à la durée de l'expérience requise, de la forme

et de la nature de l'expérience, ledit critère tel que

prévu par l'article 7 (2) de la loi du 19 juillet 2004 n'est

pas directement applicable et le ministre ne peut

partant pas, sous peine de violer l'article 36 de la

Constitution, édicter proprio motu des règles pour

l'application dudit critère -

(TA 26-6-06 (20019))

Règlement ministériel

10. Art. 12, § 7, point 1, alinéa 2 de la loi du 14.02.1955 -

éthylomètre - conditions d'utilisation, de contrôle et de

vérification - homologation par règlement ministériel -

non-conformité à la Constitution -

L'article 12, § 7, point 1 de la loi modifiée du 14 février

1955 concernant la réglementation de la circulation

sur toutes les voies publiques dispose en son second

alinéa que «les types d'appareils homologués, tant

pour l'examen sommaire de l'haleine que pour la

détermination du taux d'alcool par l'analyse de l'air

expiré, ainsi que les conditions d'utilisation, de

contrôle et de vérification de ces appareils seront

arrêtés par règlement ministériel. la procédure

d'homologation de ces appareils est arrêtée par

règlement ministériel. le ministre des Transports

dresse et tient à jour une liste des appareils

homologués - aux termes de l'article 36 de la Consti-

tution «Le Grand-Duc fait les règlements et arrêtés

nécessaires pour l'exécution des lois, sans pouvoir

jamais ni suspendre les lois elles-mêmes, ni

dispenser de leur exécution» - dans la mesure où une

loi prévoit son exécution par voie de règlement minis-

34 Constitution

Ministère d’Etat - Service Central de Législation – 2009

tériel, elle est contraire à l'article 36 de la Constitution.

(Cour Constitutionnelle, Arrêts 4/98, 5/98 et 6/98 du 18

décembre 1998, Mém. A - 2 du 18.1.99, p. 15)

11. Quotas laitiers - régime communautaire de prélè-

vement supplémentaire sur le lait - règlement minis-

tériel du 5 septembre 1995 - contrariété à la

Constitution -

En vertu de l'article 36 de la Constitution, le Grand-

Duc est investi du pouvoir de faire les règlements et

arrêtés nécessaires pour l'exécution des lois. Le

privilège d'exécution des lois conféré par la Consti-

tution au Grand-Duc constitue en même temps pour

celui-ci une obligation dont il ne saurait se décharger

sur un autre organe par voie de subdélégation. En

particulier, un règlement grand-ducal ne peut confier

des mesures supplémentaires d'exécution à un

règlement ministériel ou à un arrêté ministériel. - Par le

règlement grand-ducal du 30 mars 1993 concernant

l'application au Grand-Duché de Luxembourg du

régime communautaire de prélèvement supplémen-

taire sur le lait, le ministre de l'Agriculture s'est vu

conférer le pouvoir de fixer d'une manière générale et

abstraite, les critères devant servir à déterminer les

priorités de prise en considération des demandes pour

l'attribution de quotas laitiers supplémentaires en cas

d'insuffisance de la réserve nationale pour satisfaire

toutes les demandes. Le règlement ministériel du 5

septembre 1995 fixant pour la douzième période de

douze mois d'application du régime de prélèvement

supplémentaire sur le lait, les priorités de prise en

considération des demandes pour l'attribution de

quantités de référence supplémentaires, en édictant

des normes générales pour déterminer les priorités

d'attribution, procède d'une délégation au ministre de

l'Agriculture par le Grand-Duc qui est contraire à la

Constitution. Le règlement ministériel ne saurait

partant être appliqué par le tribunal -

(TA 16-6-97 (9457, confirmé par arrêt du 15-1-98, 10180C) -

voir aussi TA 11-3-98 (9746, Mobili), Pas. admin. 1/1999, p.

157))

12. Règlement ministériel - règlement édicté par le

conseil de gouvernement - défaut d'habilitation par

une loi - anti-constitutionnalité - Const., article 36 -

Ni le pouvoir de réglementation des ministres

agissant en conseil, ni celui d'un ministre individuel

agissant dans le cadre de la direction de son dépar-

tement ministériel, ne sauraient dépasser celui du

Grand-Duc de qui ils tiennent le pouvoir. Il s'ensuit

qu'une décision du gouvernement en conseil ou une

décision ministérielle doivent trouver leur base dans

une délégation de pouvoir découlant de cette loi.

(TA 27-2-97 (9570, Kukic); TA 27-2-97 (9608, Travar); TA 27-

2-97 (9613, Hodzic); TA 12-5-97 (9737, Supur); TA 23-12-97

(9938, Maillet-Heisbourg, confirmé par arrêt du 14-7-98,

10528C); TA 23-12-97 (9948, Feltes, confirmé par arrêt du

14-7-98, 10527C); TA 23-12-97 (9955, Watgen, confirmé par

arrêt du 14-7-98, 10526C);TA 23-12-97 (9957, Van Rijswijck-

Gillen, confirmé par arrêt du 14-7-98, 10529C); TA 23-12-97

(9964, Boncher, confirmé par arrêt du 14-7-98, 10523C); TA

23-12-97 (9974, Kinsch, confirmé par arrêt du 14-7-98,

10524C); TA 23-12-97 (9984, Schon, confirmé par arrêt du

14-7-98, 10522C), Pas. admin. 1/1999, p. 157)

Exécution d'un acte ayant force de loi

13. L'exécution d'un règlement général d'administration

qui a force de loi rentre dans le cadre du pouvoir

réglementaire du Grand-Duc, tracé par l'article 36 de

la Constitution.

Spécialement, la détermination plus précise des

établissements réputés dangereux, insalubres ou

incommodes forme l'exécution du règlement général

d'administration du 17 juin 1872. Il s'en suit que la liste

desdits établis-sements peut valablement être

complétée ou modifiée par arrêté grand-ducal.

Il en est ainsi plus spécialement de l'arrêté grand-

ducal du 4 octobre 1930, qui trouve son fondement

dans le règlement de 1872 et qui n'est, par consé-

quent, pas entaché d'illégalité.

(Cour (cass.), 10 mars 1960, Pas. 18, p. 69)

Peines

14. La Constitution de 1868 a supprimé la prérogative

grand-ducale d'accomplir certains actes de souve-

raineté sous forme de «mesures générales et règle-

ments d'administration intérieure» sans la

participation du pouvoir législatif. Le pouvoir conféré

au Grand-Duc consiste dans le droit de faire les

règlements et arrêtés nécessaires pour l'exécution

d'une loi.

Spécialement les peines édictées par un arrêté pour

sanctionner des obligations non édictées par une loi

sont illégales.

(Trib. Lux., 28 novembre 1933, Pas. 13, p. 93)

15. Lorsqu'une loi ne contient aucune disposition

permettant d'édicter des peines pénales par voie de

règlement d'administration publique, l'arrêté grand-

ducal pris en exécution de ladite loi ne peut être

appliqué en tant qu'il édicte des sanctions pénales.

(Trib. Lux., 30 octobre 1947, Pas. 14, p. 311)

Statut particulier réservé auxréfugiés de Bosnie

16. Régime n'ayant pas d'existence légale -

Aucune disposition légale n'a conféré au Grand-Duc

ou au gouvernement le pouvoir d'instituer un régime

de reconnaissance du statut de réfugié particulier ne

devant s'appliquer qu'aux ressortissants de l'ex-

Yougoslavie. Il s'ensuit que la réglementation en

question, pour autant qu'elle existe, est contraire à la

Constitution. De plus, aucune des circulaires

instaurant le régime particulier n'a été publiée au

Mémorial, aucune loi régulièrement publiée ne

dispensant par ailleurs le gouvernement de procéder

à une telle publication. Le ministre de la Justice ne

saurait partant se fonder sur le statut particulier pour

refuser à des ressortissants de l'ex-Yougoslavie des

droits qu'ils peuvent tenir, le cas échéant, du droit

commun en matière de réfugiés, constitué par la

Convention de Genève.

(TA 27-2-97 (9570, Kukic); TA 27-2-97 (9608, Travar); TA 27-

2-97 (9613, Hodzic); TA 16-4-97 (9635, Redzovic, confirmé

par arrêt du 10-7-97, 9960C); TA 5-5-97 (9666, Muric, appel

déclaré irrecevable par arrêt du 23-10-97, 10041C); TA 12-5-

97 (9737, Supur); TA 13-8-97 (9773, Sadiku), Pas. admin.

1/1999, p. 158)

Constitution 35

Ministère d’Etat - Service Central de Législation – 2009

C O

N S

T IT

U T

IO N

Art. 37.

(Révision du 25 octobre 1956)

«Le Grand-Duc fait les traités. Les traités n'auront d'effet avant d'avoir été approuvés par la loi et publiés dans les formes prévues pour la publication des lois.

Les traités visés au Chapitre III, § 4, art. 49bis, sont approuvés par une loi votée dans les conditions de «l'article 114, alinéa 2»1.

Les traités secrets sont abolis.

Le Grand-Duc fait les règlements et arrêtés nécessaires pour l'exécution des traités dans les formes qui règlent les mesures d'exécution des lois et avec les effets qui s'attachent à ces mesures, sans préjudice des matières qui sont réservées par la Constitution à la loi.

Nulle cession, nul échange, nulle adjonction de territoire ne peut avoir lieu qu'en vertu d'une loi.

Le Grand-Duc commande la force armée; il déclare la guerre et la cessation de la guerre après y avoir été autorisé par un vote de la Chambre émis dans les conditions de «l'article 114, alinéa 2»1 de la Constitution.»

36 Constitution

Ministère d’Etat - Service Central de Législation – 2009

1 Remplacé par la révision du 21 juin 2005

Jurisprudence

Forme

1. Il importe peu quelle procédure ait été utilisée pour la

conclusion des accords internationaux, car la

procédure utilisée pour la conclusion des engage-

ments internationaux et la forme de ces engagements

sont librement déterminées par la pratique diploma-

tique, de même que la terminologie employée pour

désigner les traités internationaux est des plus

variées.

En dépit de leur diversité formelle, il y a cependant

équivalence matérielle entre les différents instru-

ments utilisés pour la réalisation d'une opération

juridique déterminée et tous sont doués de la même

force obligatoire.

(Cour, 3 décembre 1960, Pas. 18, p. 223)

2. Aucune forme spéciale n'est requise pour la régularité

d'un acte international dûment approuvé par la loi.

(Cour (cass.), 21 décembre 1961, Pas. 18, p. 424, avec note

F.W.)

Procédure

3. Le seul fait de la publication dans un journal officiel

d'un traité international ne saurait avoir pour effet de

conférer le caractère légal à un texte ne réunissant

pas les autres conditions requises pour l'existence

d'une loi.

Spécialement, il en est ainsi d'un traité conclu entre la

France et la Prusse, agissant en sa qualité de repré-

sentant des Etats du Zollverein auquel était rattaché

le Luxembourg, alors que le mandat de représen-

tation concédé à la Prusse ne portait pas sur la

matière qui faisait l'objet du traité.

(Cour, 21 juin 1912, Pas. 9, p. 84)

4. Les traités et les accords internationaux, qui n'ont pas

été ratifiés par la Chambre des Députés, ni publiés au

Mémorial, sont inopposables aux justiciables. (En

l'espèce les accords relatifs à la matière des

«claims».)

(Trib. Lux., 21 décembre 1949, Pas. 15, p. 25)

réformé par:

5. Les accords qui, en raison de leur caractère tempo-

raire et provisoire, ne constituent que des arrange-

ments d'un intérêt secondaire, sont affranchis de

l'approbation parlementaire.

(Cour, 4 juillet 1951, Pas. 15, p. 149)

6. Les conventions internationales qui n'ont pas reçu

l'assentiment de la Chambre sont dépourvues de

toute force obligatoire.

(Cour (cass.), 18 novembre 1949, Pas. 14, p. 593)

Publication - Force obligatoire

7. Les clauses de conventions internationales ne valent

que pour autant qu'elles ont été incorporées dans la

législation nationale.

(Cour, 23 avril 1947, Pas. 14, p. 280)

8. Un arrangement international, qui n'a fait l'objet

d'aucune publication au Mémorial ni d'aucune mesure

d'administration générale n'oblige pas les Luxem-

bourgeois.

(Cour, 2 août 1889, Pas. 3, p. 123)

9. Un protocole international, non légalement publié au

Mémorial n'a pas acquis force exécutoire au Grand-

Duché de Luxembourg.

(Cour, 21 juillet 1951, Pas. 15, p. 233)

10. Un traité auquel le Luxembourg n'a pas adhéré, en

l'espèce le traité de Versailles, n'est pas appliqué.

(Cour, 29 mai 1925, Pas. 11, p. 353)

Exécution

11. L'article 86 du traité instituant la C.E.E. est conçu en

des termes trop généraux et trop imprécis pour que le

tribunal puisse admettre que cet article soit, dans

l'intention des Etats contractants, self-executing et

qu'il confère et impose des droits et des devoirs

immédiatement aux individus.

(Trib. Lux., 8 décembre 1960, Pas. 18, p. 553)

Interprétation

12. Les tribunaux sont compétents pour interpréter les

traités internationaux en tant qu'ils s'appliquent à un

litige d'intérêt privé; ils ne doivent en laisser l'interpré-

tation aux gouvernements contractants que quand il

s'agit d'interpréter les clauses qui intéressent l'ordre

Constitution 37

Ministère d’Etat - Service Central de Législation – 2009

C O

N S

T IT

U T

IO N

Art. 38.

Le Grand-Duc a le droit de remettre ou de réduire les peines prononcées par les juges, sauf ce qui est statué relativement aux membres du Gouvernement.

Jurisprudence

public et le droit des gens.

(Cour (cass.), 2 août 1895, Pas. 3, p. 572)

13. Un traité international, conclu entre deux Etats

indépendants ne peut être interprété et appliqué que

par les pouvoirs qui y ont concouru, lorsqu'il s'agit

d'une question internationale; mais si des questions

d'intérêt privé sont discutées, ce droit appartient aux

tribunaux, qui l'exercent au moyen de l'interprétation

doctrinale, non en vue de la modifier en quoi que ce

soit dans ses effets politiques mais en vue d'appliquer

les conséquences naturelles qui dérivent du traité

d'après son esprit, le sens logique de ses termes et

les principes généraux du droit. De cette façon, le

juge ne fait que suivre le procédé qu'il est obligé

d'appliquer à l'interprétation de toute loi.

(Cour, 3 juin 1927, Pas. 11, p. 350)

14. (Voir note F.W. sous Cour (cass.) 21 décembre 1961,

Pas. 18, p. 435)

Rétroactivité

15. Dans certaines conditions, la ratification par le

Souverain d'un traité international conclu par son

plénipotentiaire a un effet rétroactif et procure à la

convention son caractère obligatoire à partir du jour

où elle a été conclue.

(Cour, 8 décembre 1936, Pas. 14, p. 71)

Suspension

16. L'état de guerre suspend, dans leurs effets, sans les

rendre caducs, les traités internationaux plurilatéraux

n'ayant pas le caractère d'un traité d'amitié. (En

l'espèce, Convention de La Haye sur conflits de la loi

en matière de divorce du 12 juin 1902.)

(Cour, 30 janvier 1952, Pas. 15, p. 277)

17. La Convention internationale concernant le transport

des marchandises par chemins de fer (C.I.M.) a été

suspendue entre le Luxembourg et l'Allemagne par

l'état de guerre entre les deux pays ainsi que par la

subjugation temporaire de l'Allemagne et la

suspension de sa personnalité juridique. Elle est de

nouveau entrée en vigueur entre le Luxembourg et

l'Allemagne à partir du 6 mai 1955 par suite de la

disparition des deux causes de suspension.

(Trib. Lux., 30 juin 1956, Pas. 16, p. 564)

Conflit entre traité international et loi nationale

18. Un traité international, incorporé dans la législation

interne par une loi approbative, est une loi d'essence

supérieure ayant une origine plus haute que la

volonté d'un organe interne.

Il s'en suit qu'en cas de conflit entre les dispositions

d'un traité international et celles d'une loi nationale

postérieure, la loi internationale doit prévaloir sur la loi

nationale.

(Conseil d'Etat, 28 juillet 1951, Pas. 15, p. 263)

(Cour (cass.), 8 juin 1950, Pas. 15, p. 41)

(Cour (cass.), 14 juillet 1954, Pas. 16, p. 151)

Règlement ministériel

19. Habilitation - habilitation par règlement grand-ducal -

exécution d'un traité - anti-constitutionnalité -

En vertu de l'article 37 alinéa 4 de la Constitution, le

Grand-Duc est investi du pouvoir de faire les règle-

ments et arrêtés nécessaires pour l'exécution des

traités dans les formes qui règlent les mesures d'exé-

cution des lois et avec les effets qui s'attachent à ces

mesures. Le privilège d'exécution des traités - et des

lois - conféré par la Constitution au Grand-Duc

constitue en même temps pour celui-ci une obligation

dont il ne saurait se décharger sur un autre organe

par voie de subdélégation. En particulier, un

règlement grand-ducal ne peut confier des mesures

supplémentaires d'exécution à un règlement minis-

tériel ou à un arrêté ministériel.

(TA 8-6-98 (9790, Splicks), Pas. admin. 1/1999, p. 157)

Caractère des peines

1. La disposition de l'article 87 du C.P. aux termes de

laquelle les incapacités prononcées par les juges ou

attachées par la loi à certaines condamnations cessent

par la remise que le Souverain peut en faire en vertu

du droit de grâce, doit s'appliquer à toutes les incapa-

cités quelconques; elle reconnaît au Souverain le droit

de relever non seulement de la déchéance de l'élec-

torat communal, mais encore de celle de l'électorat

législatif.

Cette disposition n'est pas contraire à l'article 53 de la

Constitution qui détermine la déchéance de l'électorat

législatif pour cause de vol par exemple, puisque

l'article 38 de la Constitution reconnaît au Souverain le

droit de remettre les peines, ce qui logiquement et

juridiquement concerne aussi bien l'amende et la

prison que les incapacités accessoires qui ne sont pas

moins pénales que les peines principales.

(Trib. Lux., 14 mars 1894, Pas. 3, p. 487)

2. Si l'article 38 de la Constitution reconnaît au Souverain

le droit de remettre les peines corporelles ou

pécuniaires, la condamnation continue cependant à

produire tous les effets que la grâce n'a pas expres-

sément anéantis.

Spécialement, si la grâce n'a pas anéanti certaines

déchéances prononcées à titre accessoire, celles-ci

demeurent.

(Cour, 23 novembre 1955, Pas. 16, p. 407)

Art. 39.

Le Grand-Duc a le droit de battre monnaie en exécution de la loi.

Art. 40.

Le Grand-Duc a le droit de conférer des titres de noblesse, sans pouvoir jamais y attacher aucun privilège.

Art. 41.

Le Grand-Duc confère les ordres civils et militaires, en observant à cet égard ce que la loi prescrit.

Art. 42.

Le Grand-Duc peut Se faire représenter par un Prince du sang, qui aura le titre de Lieutenant du Grand- Duc et résidera dans le Grand-Duché.

Ce représentant prêtera serment d’observer la Constitution avant d’exercer ses pouvoirs.

Art. 43.

(Révision du 6 mai 1948)

«La liste civile est fixée à trois cent mille francs-or par an.

Elle peut être changée par la loi au commencement de chaque règne. La loi budgétaire peut allouer chaque année à la Maison Souveraine les sommes nécessaires pour couvrir les frais de représentation.»

Art. 44.

(Révision du 6 mai 1948)

«Le Palais Grand-Ducal à Luxembourg et le Château de Berg sont réservés à l’habitation du Grand-Duc.»

Art. 45.

(Révision du 13 juin 1989)

«Les dispositions du Grand-Duc doivent être contresignées par un membre du Gouvernement respon- sable.»

38 Constitution

Ministère d’Etat - Service Central de Législation – 2009

Jurisprudence

Délibération du Gouvernement en conseil - Contreseing ministériel

1. Aux termes de l'article 45 de la Constitution le contre-

seing d'un seul ministre responsable est suffisant pour

la validité d'un arrêté grand-ducal.

(Cour, 24 juillet 1952, Pas. 15, p. 355)

2. Lorsqu'un arrêté grand-ducal (ayant pour objet la levée

d'une classe) est pris sur le rapport et après délibé-

ration du Gouvernement en conseil, le contreseing du

seul ministre de l'Armée constitue une attestation

authentique et suffisante que la mesure de recrutement

a été décrétée sur le rapport et après délibération du

Gouvernement en Conseil et a trouvé l'adhésion de la

majorité des ministres.

(Cour, 6 mars 1948, Pas. 14, p. 362)

3. La délibération du Gouvernement en Conseil, dûment

constatée dans l'arrêté, ainsi que l'article 45 de la

Constitution, qui prévoit que le contreseing d'un seul

ministre responsable est suffisant pour la validité d'un

arrêté grand-ducal, écartent toute contestation sur la

compétence du ministre ou des ministres ayant contre-

signé un arrêté grand-ducal.

Spécialement, un arrêté grand-ducal, qui porte des

sanctions pénales, n'a pas besoin d'être contresigné

par le ministre de la Justice pour que les sanctions

pénales soient déclarées applicables, alors que par

ailleurs l'arrêté est contresigné par deux autres

ministres et constate qu'il a été pris après délibération

du Gouvernement en Conseil.

(Trib. Lux., 27 mars 1954, Pas. 16, p. 139)

4. La preuve de la légalité d'un règlement ou arrêté grand-

ducal résulte en principe des constatations expresses

du règlement ou arrêté même et, par exception

seulement, d'autres énonciations d'un pareil règlement

ou arrêté. Ainsi, la preuve que l'objet d'un arrêté grand-

ducal a été délibéré par le Gouvernement en Conseil

résulte de la constatation expresse de cette délibé-

ration dans le préambule de l'arrêté, même s'il n'est

signé que par deux membres du Gouvernement.

(Conseil d'Etat, 6 juillet 1988, Pas. 28, p. 5)

§ 2. - De la Législation

Art. 46.

L’assentiment de la Chambre des Députés est requis pour toute loi.

Art. 47.

Le Grand-Duc adresse à la Chambre les propositions ou projets de lois qu’il veut soumettre à son adoption.

La Chambre a le droit de proposer au Grand-Duc des projets de lois.

Art. 48.

L’interprétation des lois par voie d’autorité ne peut avoir lieu que par la loi.

§ 3. - De la Justice

Art. 49.

La justice est rendue au nom du Grand-Duc par les cours et tribunaux.

Les arrêts et jugements sont exécutés au nom du Grand-Duc.

«§ 4. - Des pouvoirs internationaux»1

(Révision du 25 octobre 1956)

«Art. 49bis.

L’exercice d’attributions réservées par la Constitution aux pouvoirs législatif, exécutif et judiciaire peut être temporairement dévolu par traité à des institutions de droit international.»

Constitution 39

Ministère d’Etat - Service Central de Législation – 2009

C O

N S

T IT

U T

IO N

Jurisprudence

1 Le §4 a été inséré par la révision du 25 octobre 1956. 2 Remplacé par la révision du 21 juin 2005.

En cas de conflit entre une norme de droit interne et

une norme de droit international ayant des effets

directs dans l'ordre juridique interne, la règle établie

par le Traité doit prévaloir.

Cette règle s'impose plus particulièrement lorsque le

conflit existe entre une norme de droit interne et une

norme communautaire puisque les traités qui ont créé

le droit communautaire ont institué un nouvel ordre

juridique au profit duquel les Etats membres ont limité

l'exercice de leurs pouvoirs souverains dans les

domaines que ces traités déterminent.

(Conseil d'Etat, 21 novembre 1984, Pas. 26, p. 174)

Chapitre IV. - De la Chambre des Députés

Art. 50.

La Chambre des Députés représente le pays. Les députés votent sans en référer à leurs commettants et ne peuvent avoir en vue que les intérêts généraux du Grand-Duché.

Art. 51.

(1) (Révision du 21 mai 1948) «Le Grand-Duché de Luxembourg est placé sous le régime de la démocratie parlementaire.»

(2) (Révision du 21 mai 1948) «L’organisation de la Chambre est réglée par la loi.»

(3) (Révision du 20 décembre 1988) «La Chambre se compose de 60 députés. Une loi votée dans les conditions de «l'article 114, alinéa 2»2 fixe le nombre des députés à élire dans chacune des circonscriptions.»

(4) (Révision du 21 mai 1948) «L’élection est directe.»

(5) (Révision du 21 mai 1948) «Les députés sont élus sur la base du suffrage universel pur et simple, au scrutin de liste, suivant les règles de la représentation proportionnelle, conformément au principe du plus petit quotient électoral et suivant les règles à déterminer par la loi.»

(6) (Révision du 18 février 2003) «Le pays est divisé en quatre circonscriptions électorales:

- le Sud avec les cantons d’Esch-sur-Alzette et Capellen:

- le Centre avec les cantons de Luxembourg et Mersch;

- le Nord avec les cantons de Diekirch, Redange, Wiltz, Clervaux et Vianden;

- l’Est avec les cantons de Grevenmacher, Remich et Echternach».

(7) (Révision du 21 mai 1948) «Les électeurs pourront être appelés à se prononcer par la voie du référendum dans les cas et sous les conditions à déterminer par la loi.»

40 Constitution

Ministère d’Etat - Service Central de Législation – 2009

Jurisprudence

La fixation du nombre des députés doit se faire en

considération de l'ensemble de la population et non

d'après le nombre des seuls électeurs.

(Conseil d'Etat, 15 juillet 1993, Pas. 26, p. 2)

Art. 52.

(Révision du 27 janvier 1972)

«Pour être électeur, il faut:

1° être Luxembourgeois ou Luxembourgeoise;

2° jouir des droits civils et politiques;

3° être âgé de dix-huit ans accomplis.

Il faut en outre réunir à ces trois qualités celles déterminées par la loi. Aucune condition de cens ne pourra être exigée.»

(Révision du 18 février 2003)

«Pour être éligible, il faut:

1° être Luxembourgeois ou Luxembourgeoise;

2° jouir des droits civils et politiques;

3° être âgé de dix-huit ans accomplis;

4° être domicilié dans le Grand-Duché».

(Révision du 27 janvier 1972)

«Aucune autre condition d’éligibilité ne pourra être requise.»

Art. 53.

(Révision du 13 juin 1989)

«Ne peuvent être ni électeurs ni éligibles:

1° les condamnés à des peines criminelles;

2° ceux qui, en matière correctionnelle, sont privés du droit de vote par condamnation;

3° les majeurs en tutelle.

Aucun autre cas d’exclusion ne pourra être prévu.

Le droit de vote peut être rendu par la voie de grâce aux personnes qui l’ont perdu par condamnation pénale.»

Art. 54.

(Révision du 15 mai 1948)

«(1) Le mandat de député est incompatible:

1° avec les fonctions de membre du Gouvernement;

2° avec celles de membre du Conseil d’Etat;

3° avec celles de magistrat de l’Ordre judiciaire;

4° avec celles de membre de la Cour1 des comptes;

5° avec celles de commissaire de district;

6° avec celles de receveur ou agent comptable de l’Etat;

7° avec celles de militaire de carrière en activité de service.

(2) Les fonctionnaires se trouvant dans un cas d’incompatibilité ont le droit d’opter entre le mandat leur confié et leurs fonctions.

(3) Le député qui a été appelé aux fonctions de membre du Gouvernement et qui quitte ces fonctions, est réinscrit de plein droit comme premier suppléant sur la liste sur laquelle il a été élu.

Il en sera de même du député suppléant qui, appelé aux fonctions de membre du Gouvernement, aura renoncé au mandat de député lui échu au cours de ces fonctions.

En cas de concours entre plusieurs ayants droit, la réinscription sera faite dans l’ordre des voix obtenues aux élections.»

Art. 55.

Les incompatibilités prévues par l’article précédent ne font pas obstacle à ce que la loi n’en établisse d’autres dans l’avenir.

Art. 56.

(Révision du 27 juillet 1956)

«Les députés sont élus pour cinq ans.»

Art. 57.

(Révision du 25 novembre 1983)

«(1) La Chambre vérifie les pouvoirs de ses membres et juge les contestations qui s’élèvent à ce sujet.

(2) A leur entrée en fonctions, ils prêtent le serment qui suit:

«Je jure fidélité au Grand-Duc, obéissance à la Constitution et aux lois de l’Etat.»

(3) Ce serment est prêté en séance publique, entre les mains du président de la Chambre.»

Constitution 41

Ministère d’Etat - Service Central de Législation – 2009

C O

N S

T IT

U T

IO N

Jurisprudence

Validité des élections législatives

Aux termes de l'article 57 de la Constitution, la

Chambre seule est chargée de la vérification des

pouvoirs de ses membres. Elle prononce seule sur la

validité des opérations électorales. Le juge de l'élection

est également le juge de la validité des actes adminis-

tratifs qui ont précédé l'élection, à l'exclusion du

Conseil d'Etat qui est donc incompétent.

(Conseil d'Etat, 27 décembre 1911, Pas. 8, p. 181)

Art. 58.

Le député, nommé par le Gouvernement à un emploi salarié qu'il accepte, cesse immédiatement de siéger et ne reprend ses fonctions qu'en vertu d'une nouvelle élection.

Art. 59.

Toutes les lois sont soumises à un second vote, à moins que la Chambre, d'accord avec le Conseil d'Etat, siégeant en séance publique, n'en décide autrement. – Il y aura un intervalle d'au moins trois mois entre les deux votes.

Art. 60.

(Révision du 6 mai 1948)

«A chaque session, la Chambre nomme son président et ses vice-présidents et compose son bureau.»

1 Le mot «Chambre des comptes» est ainsi remplacé à partir du 1er janvier 2000, en vertu de l’art. 13(2) de la loi du 8 juin 1999 portant organisation de la Cour des comptes.

Art. 61.

Les séances de la Chambre sont publiques, sauf les exceptions à déterminer par le règlement.

Art. 62.

Toute résolution est prise à la majorité absolue des suffrages. En cas de partage de voix, la proposition mise en délibération est rejetée.

La Chambre ne peut prendre de résolution qu'autant que la majorité de ses membres se trouve réunie.

42 Constitution

Ministère d’Etat - Service Central de Législation – 2009

Jurisprudence

Décision formelle

Aux termes de l'article 62 de la Constitution, toute

résolution de la Chambre est prise à la majorité

absolue des voix et en cas de partage des voix la

proposition mise en délibération est rejetée.

Il suit de cette règle fondamentale de droit public que la

volonté de la Chambre doit se manifester par une

décision formelle, prise conformément à l'article

précité.

S'il est donc loisible au juge d'interpréter un texte de loi

en scrutant l'intention qui a guidé le législateur, il lui est

interdit de dénaturer un vote de la Chambre en

invoquant des votes antérieurs au vote définitif ou

l'opinion individuelle émise par certains membres au

cours des débats.

(Cour (cass.), 13 octobre 1932, Pas. 13, p. 1)

Art. 63. (. . .) (abrogé par la révision du 26 mai 2004)

Art. 64.

La Chambre a le droit d’enquête. La loi règle l’exercice de ce droit.

(Révision du 26 mai 2004)

«Art. 65.

La Chambre vote sur l'ensemble de la loi. Ce vote intervient toujours par appel nominal.

A la demande de cinq députés au moins, le vote sur l'ensemble de la loi peut être précédé par un vote portant sur un ou plusieurs articles de la loi.

Le vote par procuration est admis. Nul ne peut toutefois recevoir plus d'une procuration.»

Art. 66.

La Chambre a le droit d’amender et de diviser les articles et les amendements proposés.

Art. 67.

Il est interdit de présenter en personne des pétitions à la Chambre.

La Chambre a le droit de renvoyer aux membres du Gouvernement les pétitions qui lui sont adressées. - Les membres du Gouvernement donneront des explications sur leur contenu, chaque fois que la Chambre le demandera.

La Chambre ne s’occupe d’aucune pétition ayant pour objet des intérêts individuels, à moins qu’elle ne tende au redressement de griefs résultant d’actes illégaux posés par le Gouvernement ou les autorités ou que la décision à intervenir ne soit de la compétence de la Chambre.

Art. 68.

(Révision du 1er juin 2006)

«Aucune action, ni civile, ni pénale, ne peut être dirigée contre un député à l’occasion des opinions et votes émis par lui dans l’exercice de ses fonctions.»

Jurisprudence

Procès - Député partie civile

1. Aux termes de l'article 68 de la Constitution aucun

député ne peut être poursuivi ou recherché à l'occasion

des opinions et votes émis par lui dans l'exercice de

ses fonctions.

Il faut en conclure que cette immunité empêche que le

député soit exposé à des peines répressives ou à des

réparations pécuniaires; d'autre part, il faut déduire des

termes «dans l'exercice de ses fonctions» que si le

député abandonne volontairement le terrain restreint

qui lui assure l'impunité, pour aborder le prétoire, il se

place en dehors de l'hypothèse spéciale prévue par la

Constitution.

Il en résulte que si un député s'est constitué partie

Art. 69.

(Révision du 1er juin 2006)

«A l’exception des cas visés par l’article 68, les députés peuvent être poursuivis en matière pénale, même durant la session.

Cependant, l’arrestation d’un député pendant la durée de la session est, sauf le cas de flagrant délit, soumise à l’autorisation préalable de la Chambre.

L’autorisation de la Chambre n’est pas requise pour l’exécution des peines, même celles privatives de liberté, prononcées à l’encontre d’un député.»

Constitution 43

Ministère d’Etat - Service Central de Législation – 2009

C O

N S

T IT

U T

IO N

civile dans un procès de presse, il ne peut s'abriter

derrière son immunité pour paralyser les droits de la

défense de celui qu'il attaque en justice.

(Cour (cass.), 25 mars 1904, Pas. 8, p. 395)

Procès - Député témoin

2. L'immunité parlementaire sanctionnée par l'article 68

de la Constitution a exclusivement pour but la garantie

et la sauvegarde de la personne du député.

L'article en question n'est pas applicable si le député

est cité comme témoin, sur les faits qui ont été relatés

par lui dans un discours tenu à la chambre, dans une

information qui est dirigée non pas contre lui, mais

contre une tierce personne.

(Cour (cass.), 12 mars 1918, Pas. 10, p. 331)

Jurisprudence

Suspension de la poursuite

1. La prescription de l'action publique dirigée contre un

député est suspendue à partir du moment où la partie,

qualifiée pour poursuivre, a expressément manifesté

sa volonté de poursuivre en saisissant par la voie

hiérarchique la Chambre des Députés d'une requête

en autorisation de poursuites. Cette suspension produit

ses effets à partir du jour où le Ministère Public formule

expressément sa demande et l'adresse par les voies

légales à la Chambre des Députés, jusqu'au jour où le

mandat de député est venu à expirer.

(Cour, 2 juillet 1959, Pas. 18, p. 123)

Procès de presse - Mise en intervention du député

2. Tout acte de poursuite non autorisé contre un parle-

mentaire hors le cas de flagrant délit est entaché d'une

nullité d'ordre public.

Ne constitue pas un acte de poursuite la citation en

intervention émanant d'un prévenu, poursuivi comme

imprimeur d'un journal en raison d'un prétendu délit de

presse, lorsque le prévenu se borne à faire constater

contradictoirement entre les parties civiles et la

personne qu'il avait désignée comme l'auteur de

l'article incriminé la réalité de son affirmation, dès lors

qu'aucune partie n'a conclu ni à la condamnation, ni à

la mise en prévention du précédent auteur mis en inter-

vention.

Pareille citation en intervention délivrée à un membre

du Parlement ne porte pas atteinte aux droits garantis

au député par la Constitution, laquelle défend

seulement les poursuites proprement dites.

(Cour, 21 octobre 1960, Pas. 18, p. 164)

Art. 70.

La Chambre détermine par son règlement le mode suivant lequel elle exerce ses attributions.

Art. 71.

Les séances de la Chambre sont tenues dans le lieu de la résidence de l’administration du Grand-Duché.

Art. 72.

(Révision du 6 mai 1948)

«(1) La Chambre se réunit chaque année en session ordinaire à l’époque fixée par le règlement.

(2) Le Grand-Duc peut convoquer la Chambre extraordinairement; il doit le faire sur la demande d’un tiers des députés.

(3) Toute session est ouverte et close par le Grand-Duc en personne, ou bien en son nom par un fondé de pouvoirs nommé à cet effet.»

Art. 73. (. . . ) (abrogé par la révision du 12 janvier 1998)

Art. 74.

Le Grand-Duc peut dissoudre la Chambre.

Il est procédé à de nouvelles élections dans les trois mois au plus tard de la dissolution.

Art. 75.

(Révision du 6 mai 1948)

«Les membres de la Chambre des Députés toucheront, outre leurs frais de déplacement, une indemnité, dont le montant et les conditions sont fixés par la loi.»

Chapitre V. - Du Gouvernement du Grand-Duché

Art. 76.

Le Grand-Duc règle l’organisation de son Gouvernement, lequel est composé de trois membres au moins.

(Révision du 19 novembre 2004)

«Dans l'exercice du pouvoir lui attribué par les articles 36 et 37, alinéa 4 de la Constitution, le Grand-Duc peut, dans les cas qu'il détermine, charger les membres de son Gouvernement de prendre des mesures d'exécution.»

44 Constitution

Ministère d’Etat - Service Central de Législation – 2009

Jurisprudence

1. Aux termes de l'art. 76 alinéa 1er de la Constitution, le

Grand-Duc règle l'organisation de son Gouvernement;

cette prérogative comporte celle de régler le fonction-

nement des services dans leurs rapports avec le

Grand-Duc et dans les relations intra-gouvernemen-

tales et ce, sans limitation ou exception quant aux

matières dévolues aux services gouvernementaux.

Spécialement, la constitutionnalité de l'arrêté grand-

ducal concernant les délégations de signature par le

Gouvernement ne saurait donc être contestée, en sorte

que les décisions signées par un attaché de Gouver-

nement doivent être considérées comme émanant d'un

agent compétent.

(CE, 26 janvier 1973, Goerens-Raus, Pas. 22, p. 263; Bull.

doc. comm. 14, p. 107; Rec. CE 1973)

2. D'après l'art. 24 de la loi modifiée du 27 juillet 1936

concernant la comptabilité de l'Etat chaque ministre

ordonnance, sous sa responsabilité, les paiements à

charge des crédits budgétaires mis à sa disposition

lesquels crédits comprennent les dépenses de

traitement au profit des fonctionnaires de son dépar-

tement; cette compétence impliquerait normalement

celle de fixer, préalablement à leur ordonnancement, le

montant des traitements à imputer sur les crédits

budgétaires.

Toutefois l'arrêté grand-ducal du 17 juin 1974 portant

constitution des départements ministériels a rangé la

fixation des rémunérations du personnel de l'Etat parmi

les attributions du ministre de la Fonction publique (sub

9.); cet arrêté a été pris en vertu de l'art. 76 de la

Constitution qui abandonne au Grand-Duc d'organiser

son Gouvernement; il s'agit en l'occurrence d'un

pouvoir autonome procédant de l'idée de la séparation

des pouvoirs et devant permettre au Grand-Duc de

déterminer en pleine indépendance du Parlement

l'organisation intérieure de son Gouvernement; dans

ce domaine le pouvoir du Grand-Duc est originaire et

discrétionnaire et, par conséquent, les arrêtés y

relatifs, basés sur l'art. 76, sont des actes équipollents

aux lois.

Il en suit que le prédit arrêté de 1974 a modifié la légis-

lation sur la comptabilité de l'Etat en ce sens que, si

l'ordonnancement des rémunérations continue à rester

dans les attributions des membres du Gouvernement

dont dépendent les fonctionnaires, la fixation de leurs

traitements revient cependant au ministre de la

Fonction publique.

(CE, 24 février 1976, Roth non publié)

3. En effet, l'article 76 de la Constitution autorise le

Grand-Duc à régler l'organisation de son Gouver-

nement (. . .). Il résulte de ce texte que le Grand-Duc

peut librement créer les ministères et faire la répartition

des départements ou des affaires ministérielles entre

les ministres (voir Pierre MAJERUS, L'Etat luxembour-

geois, éd. 1983, page 162). En matière d'organisation

du gouvernement cette disposition constitutionnelle

confère au Grand-Duc un pouvoir réglementaire direct

et autonome en disposant que le Grand-Duc règle

l'organisation de son gouvernement. Ce pouvoir est

donc indépendant de la cause d'ouverture fonda-

mentale des règlements qui est l'exécution des lois.

L'octroi de ce pouvoir autonome par la Constitution

procède de l'idée de la séparation des pouvoirs:

l'organe gouvernemental doit être indépendant à

l'égard du Parlement; pour cette raison, il doit pouvoir

déterminer en pleine indépendance son organisation

intérieure. Dans le domaine circonscrit par la notion de

l'«organisation du Gouvernement», le Grand-Duc

exerce un pouvoir discrétionnaire et originaire; les

règlements fondés sur l'article 76 de la Constitution

sont donc, dans leurs domaines, des actes équipol-

lents aux lois (voir Pierre PESCATORE, Introduction à

la science du droit, éd. 1978, n° 95, page 152).

(TA 6.11.2006, 22074)

Art. 77.

Le Grand-Duc nomme et révoque les membres du Gouvernement.

Art. 78.

Les membres du Gouvernement sont responsables.

Art. 79.

Il n’y a entre les membres du Gouvernement et le Grand-Duc aucune autorité intermédiaire.

Art. 80.

(Révision du 12 janvier 1998)

«Les membres du Gouvernement ont entrée dans la Chambre et doivent être entendus quand ils le demandent.

La Chambre peut demander leur présence.»

Art. 81.

En aucun cas, l’ordre verbal ou écrit du Grand-Duc ne peut soustraire un membre du Gouvernement à la responsabilité.

Art. 82.

La Chambre a le droit d’accuser les membres du Gouvernement. - Une loi déterminera les cas de respon- sabilités, les peines à infliger et le mode de procéder, soit sur l’accusation admise par la Chambre, soit sur la poursuite des parties lésées.

Art. 83.

Le Grand-Duc ne peut faire grâce au membre du Gouvernement condamné que sur la demande de la Chambre.

«Chapitre Vbis. - Du Conseil d’Etat»1

(Révision du 12 juillet 1996)

«Art. 83bis.

Le Conseil d’Etat est appelé à donner son avis sur les projets et propositions de loi et les amendements qui pourraient y être proposés, ainsi que sur toutes autres questions qui lui seront déférées par le Gouver- nement ou par les lois. Sur les articles votés par la Chambre conformément à l’article 65, il émet son avis dans le délai fixé par la loi.

L’organisation du Conseil d’Etat et la manière d’exercer ses attributions sont réglées par la loi.»

Chapitre VI. - De la Justice

Art. 84.

Les contestations qui ont pour objet des droits civils sont exclusivement du ressort des tribunaux.

Constitution 45

Ministère d’Etat - Service Central de Législation – 2009

C O

N S

T IT

U T

IO N

1 Chapitre introduit par la révision du 12 juillet 1996.

Jurisprudence

Compétence des juridictions administratives

1. La règle de la séparation des autorités administratives

et judiciaires oblige les tribunaux répressifs à surseoir à

statuer lorsque la solution du procès pénal dépend

d'une question relevant de la compétence exclusive

des autorités ou des tribunaux administratifs.

(Cour, 27 mai 1955, Pas. 16, p. 320)

2. La juridiction civile empiète sur les attributions du

pouvoir administratif, lorsqu'elle admet qu'un dommage

a été causé par cela seul qu'ont été omises certaines

précautions qui eussent été de nature à l'empêcher,

mais elle peut examiner si, en fait, une commune a lésé

un droit par son refus de veiller à l'exécution d'une loi

ou d'un règlement de police.

(Cour, 3 février 1958, Pas. 17, p. 239)

3. A supposer que la suppression d'un chemin, consi-

dérée comme dommageable pour un tiers, soit due à

une faute civile de la commune, la décision si ce

chemin doit rester supprimé ou doit être rétabli appar-

tient exclusivement au pouvoir administratif, et les

tribunaux judiciaires ne sauraient, sous peine d'excès

de pouvoir, ni directement, ni indirectement adresser la

moindre injonction à la commune.

(Cour, 14 juin 1907, Pas. 7, p. 545)

4. Si l'autorité de laquelle émane un acte administratif

individuel n'est pas investie par un texte légal du

pouvoir de l'interpréter, cette interprétation appartient

au juge sans qu'on puisse faire valoir que ce dernier

excéderait ses pouvoirs et qu'il devrait renvoyer l'affaire

devant l'autorité administrative.

(Cour (cass.), 2 juillet 1964, Pas. 19, p. 304)

5. La contrainte formée en vue du recouvrement d'une

cotisation réclamée à un prétendu ressortissant par la

Chambre professionnelle des Employés privés

constitue un titre administratif exécutoire sur le

fondement duquel aucun recours judiciaire n'est admis-

sible; un litige qui, en dehors de toute contestation sur

la forme de la contrainte et des actes d'exécution

consécutifs, porte uniquement sur la question de savoir

si la cotisation est due ou non, est par conséquent du

ressort administratif et ne saurait appartenir ni à la

compétence du juge de paix ni à celle du tribunal

d'arrondissement.

(Cour (cass.), 15 juin 1933, Pas. 13, p. 289)

6. Lorsque dans l'exercice ou à l'occasion de l'exercice de

l'une de ses prérogatives, une autorité publique cause

un dommage à la personne ou aux biens d'un parti-

culier, elle lèse un droit civil.

Si le litige qui naît de cette lésion est, d'après l'art. 84

de la Constitution, de la compétence des tribunaux

judiciaires, la décision prise par un ministre en réponse

à la demande d'un particulier entendant être indemnisé

du préjudice subi, relève de la compétence du juge

administratif.

Spécialement, en refusant de faire droit à la demande,

le ministre n'a pas porté atteinte aux intérêts du

requérant auquel il est loisible d'introduire contre l'Etat

luxembourgeois une action en dommages-intérêts

devant les tribunaux judiciaires (en l'espèce, en matière

de détention préventive inopérante); par suite, le

requérant ne justifie pas d'une décision lui faisant grief

susceptible d'être déférée au Comité par la voie du

recours en annulation qui est irrecevable.

(CE, 5 février 1981, Kotsopoulos, Rec. CE 1981; CE 5 février

1981, Mastrantona non publié)

7. La juridiction administrative ne renvoie pas à titre préju-

diciel devant la juridiction judiciaire lorsqu'il n'existe

aucune difficulté sérieuse de nature à faire naître un

doute raisonnable quant à l'application correcte du droit

privé.

(Conseil d'Etat, 24 février 1984, Pas. 26, p. 85)

Compétence respective des juridictions judiciaires et des juridictions administratives

8. Répartition - critère - sujets de droit (non) - objet de la

contestation -

La répartition des compétences entre les juridictions

judiciaires et les juridictions administratives s'opère,

non en fonction des sujets de droit - personnes

privées ou autorités administratives - mais en fonction

de l'objet du droit qui engendre une contestation

portée devant le juge.

(TA 15-12-97 (10282, Centre commercial de Soleuvre);TA 1-

10-98 (10189, Faust); TA 23-11-98 (10829, ALEBA), Pas.

admin. 1/1999, p. 50)

9. Compétence respective des juridictions judiciaires et

des juridictions administratives - attribution de quotas

laitiers - contentieux de nature administrative - Const.,

art. 84 et 95 bis, (1) -

S'il est vrai que la décision ministérielle d'attribuer des

quotas laitiers a des effets patrimoniaux, elle n'a pas

pour objet un droit subjectif d'ordre privé régi par les

règles du droit civil. En revanche, émanant d'une

personne morale de droit public ayant agi en vertu de

ses prérogatives de puissance publique face aux

besoins d'intérêt public, une telle décision engendre,

entre les parties au litige, un contentieux de nature

administrative -

(TA 18-2-98 (9600); TA 7-6-99 (10790, confirmé par arrêt du

23-3-2000, 11356C); TA 7-6-99 (10911, confirmé par arrêt

du 23-3-2000, 11383C); TA 14-2-01 (12048, confirmé par

arrêt du 8-11-01, 13115C))

10. Non-respect d'un contrat - théorie des actes

détachables - domaine d'application - refus de

contracter au sujet de droits patrimoniaux relatifs au

domaine privé d'une commune - non-application de la

théorie -

La théorie des actes détachables qui veut que, par

exception aux règles de compétence fixées par les

articles 84 et 95 bis de la Constitution, la juridiction

administrative reste compétente pour connaître de la

régularité d'un acte de nature administrative inter-

venant comme préalable au support nécessaire à la

réalisation d'un rapport de droit privé, est sans appli-

cation au cas où l'acte attaqué ne constitue pas un

acte administratif, c'est-à-dire un acte posé dans le

cadre de l'exercice de la puissance publique et qu'il

n'est pas attaqué en ce qui concerne sa régularité

formelle et juridique, mais seulement en ce qui

concerne sa finalité. S'il s'agit au contraire d'un acte

qui, même s'il a été posé par une autorité de droit

public, soit un conseil communal, compétent pour

disposer des droits immobiliers de la commune, est

de nature purement civile, en ce qu'il documente le

refus de la commune de s'engager conventionnel-

lement sur une question de droit patrimonial relative à

son domaine privé, la théorie est sans application.

(CA 12-3-98 (Centre commercial de Soleuvre, 10497C,

réformation de TA 15-12-97, 10282); TA 23-11-98 (10829,

ALEBA), Pas. admin. 1/1999, p. 51)

11. Contrats conclus par l'administration - refus de

conclure - compétence des juridictions judiciaires -

Tout comme les contestations se rapportant aux

contrats conclus par l'administration, les contesta-

tions ou prétentions pouvant résulter du refus de

l'administration de s'engager contractuellement sont

exclusivement de la compétence des tribunaux de

l'ordre judiciaire. Il doit en être de même de la compé-

46 Constitution

Ministère d’Etat - Service Central de Législation – 2009

tence pour apprécier si les attitudes, manifestations

de volonté ou autres éléments relationnels entre des

parties, relèveraient-elles même du droit public,

existent et peuvent constituer des engagements de

nature à conférer des droits civils.

(CA 12-3-98 (Centre commercial de Soleuvre, 10497C),

Pas. admin. 1/1999, p. 51)

12. Inobservation des valeurs d'émission de polluants

découlant d'une autorisation administrative - sanction

- juridictions de l'ordre judiciaire -

La sanction de l'inobservation des valeurs d'émission

de polluants relève d'une part du contrôle des juridic-

tions répressives relativement aux dispositions appli-

cables en la matière, notamment au regard de la

pollution atmosphérique, et d'autre part des juridic-

tions civiles ou répressives compétentes suivant le

cas, en ce qui concerne les questions d'indemni-

sation.

(TA 2-4-98 (10418 et 10419, Greenpeace Luxembourg),

Pas. admin. 1/1999, p. 52)

13. Employés de l'Etat en matière d'enseignement -

allégements - compétence - contestation résultant à

la fois du contrat d'emploi et de la rémunération de

l'employé - compétence du tribunal administratif -

évaluation du préjudice financier résultant du refus

des allégements - droit civil - incompétence du

tribunal administratif - loi du 27 janvier 1972; loi du 24

mai 1989 -

Les contestations relatives aux refus d'allégements

pour ancienneté, par leçon (coefficient) et d'une leçon

hebdomadaire («lettre ministérielle Grégoire») solli-

cités par les employés de l'Etat travaillant dans

l'enseignement ont trait à des contestations résultant

à la fois du contrat d'emploi et de la rémunération des

employés de l'Etat concernés, le tribunal administratif

est partant compétent pour en connaître comme juge

du fond. En revanche, les prétentions qui visent à

évaluer le préjudice matériel découlant de ce refus

ont pour objet un droit civil et échappent partant à sa

compétence.

(TA 8-4-98 (10314, Dupont, frappé d'appel 10708C); TA 8-4-

98 (10315, Thilman, frappé d'appel 10709C); TA 8-4-98

(10316, Penning, frappé d'appel 10712C); TA 8-4-98 (10317,

Pinsch, frappé d'appel 10710C); TA 8-4-98 (10318, Emmer,

frappé d'appel 10711C), Pas. admin. 1/1999, p. 52)

14. Employés communaux - engagement - résiliation du

contrat d'engagement - licenciement - compétence -

tribunal administratif - recours de pleine juridiction -

allocation de dommages-intérêts - incompétence du

tribunal administratif, règlement grand-ducal du 26

mai 1975, article 11 -

Le tribunal administratif statuant au fond est

compétent pour connaître des contestations résultant

du contrat d'emploi et de celles relatives à sa rémuné-

ration, parmi lesquelles sont comprises celles

relatives au licenciement. En revanche, il est incom-

pétent pour connaître d'une demande en allocation

de dommages-intérêts réclamés pour licenciement

abusif.

(TA 12-5-98 (10266, Krack); TA 13-7-98 (10697a,

Schumacher), Pas. admin. 1/1999, p. 52)

Action en dommages-intérêts dirigée contre l'Etat

15. Les tribunaux sont compétents pour connaître d'une

action en dommages-intérêts dirigée contre l'Etat à

raison d'un fait dommageable causé en-dehors de la

sphère de son impérium, c'est-à-dire ne résultant pas

d'une mesure qu'il a ordonnée mais de la manière

fautive dont la mesure a été exécutée par ses agents.

(Trib. Lux., 28 mai 1924, Pas. 12, p. 360)

16. Les contestations qui ont pour objet des droits civils

sont, d'après l'article 84 de la Constitution, exclusi-

vement du ressort des tribunaux. Cette disposition,

conçue en termes généraux, vise indifféremment les

contestations naissant entre particuliers et celles

naissant entre un particulier et les pouvoirs publics,

sans qu'il convienne de distinguer, dans ce dernier

cas, suivant que le droit civil, qui fait l'objet de la

contestation, procède ou non d'un acte accompli par

le pouvoir public dans l'exercice ou à l'occasion de

l'exercice de sa puissance publique.

(Trib. Lux., 6 janvier 1960, Pas. 18, p. 175)

(Trib. Lux., 8 mai 1957, Pas. 17, p. 234)

17. L'action en dommages-intérêts, dirigée contre l'Etat

luxembourgeois, est de la compétence exclusive des

tribunaux luxembourgeois.

(Cour, 25 février 1964, Pas. 19, p. 414)

18. Le recours qui tend à la reconnaissance d'un droit à

indemnité a pour objet un droit civil. Les contestations

qui ont pour objet des droits civils, étant, d'après

l'article 84 de la Constitution, exclusivement du

ressort des tribunaux, le Comité du Contentieux est

incompétent pour connaître d'un tel recours.

(Conseil d'Etat, 22 octobre 1980, Pas. 25, p. 90)

Concession de cimetière

19. Les contestations qui ont pour objet des droits civils

étant exclusivement du ressort des tribunaux

judiciaires, il s'en suit que ceux-ci sont compétents, à

l'exclusion de la juridiction administrative, pour déter-

miner le titulaire d'une concession litigieuse.

En effet, les concessions de terrains, faites par une

commune dans son cimetière, créent au profit des

concessionnaires un droit réel d'une nature spéciale,

droit de jouissance et d'usage, avec affectation

spéciale et nominative, lequel rentre certainement

dans la catégorie des droits civils.

(Trib. Lux., 17 octobre 1956, Pas. 17, p. 68)

(Cour, 31 mai 1918, Pas. 10, p. 495)

20. Si les tribunaux judiciaires sont compétents pour

trancher les litiges se rapportant à la concession,

envisagée comme droit civil, leur compétence cesse,

lorsque la contestation porte sur une mesure rentrant

dans les pouvoirs de police conférés au bourgmestre

dans un intérêt public.

Spécialement les tribunaux judiciaires sont incompé-

tents pour connaître d'une demande tendant à faire

ordonner une exhumation.

(Trib. Lux., 17 octobre 1956, Pas. 17, p. 68)

Contrats et conventions

21. Les cahiers des charges des Chemins de fer

concédés constituent des conventions synallagma-

Constitution 47

Ministère d’Etat - Service Central de Législation – 2009

C O

N S

T IT

U T

IO N

Art. 85.

Les contestations qui ont pour objet des droits politiques sont du ressort des tribunaux, sauf les excep- tions établies par la loi.

Art. 86.

Nul tribunal, nulle juridiction contentieuse ne peuvent être établis qu’en vertu d’une loi. Il ne peut être créé de commissions ni de tribunaux extraordinaires, sous quelque dénomination que ce soit.

Art. 87.

Il est pourvu par une loi à l’organisation d’une Cour supérieure de justice.

Art. 88.

Les audiences des tribunaux sont publiques, à moins que cette publicité ne soit dangereuse pour l’ordre ou les moeurs, et, dans ce cas, le tribunal le déclare par un jugement.

tiques qui relèvent du juge du contrat, c'est-à-dire

conformément à l'article 84 de la Constitution, des

tribunaux de l'ordre judiciaire.

(Conseil d'Etat, 8 juin 1932, Pas. 12, p. 483)

22. Les tribunaux ordinaires sont compétents pour

connaître des contestations relatives à un contrat

conclu par la commune s'il n'a pas pour objet l'organi-

sation d'un service public ou l'affectation d'un bien

dépendant du domaine public à l'usage commun.

(Cour, 23 décembre 1930, Pas. 12, p. 227)

23. Selon l'art. 84 de la Constitution, le domaine

contractuel est soustrait à la juridiction administrative;

celle-ci reste toutefois compétente à l'égard des actes

dits détachables, c.-à-d. des décisions administratives

unilatérales pouvant être isolées de la conclusion

même d'un contrat.

(CE, 20 octobre 1981, S.à r.l. Comod, Bull. doc. comm. 21, p.

185; Rec. CE 1981)

Propriété

24. Le droit de passage sur une dépendance du domaine

public étant un accessoire des propriétés riveraines,

les difficultés qui s'élèvent sur ces droits sont des

questions de propriété qui sont du ressort des

tribunaux.

(Cour, 7 janvier 1916, Pas. 9, p. 457)

Travaux publics

25. Les tribunaux sont incompétents pour connaître d'une

demande en suppression de travaux entrepris sur un

ruisseau en exécution d'une décision prise par le

pouvoir communal en vertu du droit de police lui

appartenant sur les cours d'eau non navigables ni

flottables.

(Trib. Lux., 16 avril 1904, Pas. 7, p. 20)

Etrangers

26. L'article 84 de la Constitution réserve aux tribunaux

seuls de connaître des litiges portant sur des droits

civils; il ne s'occupe point de la question de savoir

quelles personnes sont justiciables de ces tribunaux

ni surtout de celle dans quels cas les étrangers sont

soumis à leur juridiction.

Spécialement, on ne peut invoquer l'article 84 de la

Constitution pour en déduire la compétence du

tribunal pour connaître d'un litige civil opposant un

demandeur luxembourgeois à un Etat étranger.

(Cour, 20 mars 1903, Pas. 6, p. 292)

27. Les faits survenus à l'occasion du fonctionnement

d'un service étranger ne sont pas du ressort des

tribunaux luxembourgeois à moins que l'Etat luxem-

bourgeois ne se soit substitué à l'Etat étranger.

(Cour, 4 juillet 1951, Pas. 15, p. 149)

48 Constitution

Ministère d’Etat - Service Central de Législation – 2009

Jurisprudence

1. Décision de huis clos non soumise à la censure de la

Cour de Cassation.

(Cour (cass.), 19 janvier 1886, Pas. 2, p. 418)

2. Pouvoir discrétionnaire des tribunaux pour ordonner le

huis clos -

Leur décision échappe au contrôle du juge d'appel.

(Cour, 9 mai 1903, Pas. 6, p. 575)

3. Le principe constitutionnel de la publicité des audiences

des tribunaux ne s'oppose pas à ce que le président

d'une Cour d'Assise fasse sortir, sans que le huis clos

ait été prononcé, non seulement une personne déter-

minée, mais même une partie de la salle, s'il le croit

opportun dans un intérêt d'ordre ou de moralité.

(Cour (cass.), 8 décembre 1905, Pas. 7, p. 186)

4. Un conseil de discipline est un organe de la hiérarchie

administrative, et non point un tribunal que l'art. 86 de

la Constitution prévoit avec la compétence propre à

l'ordre judiciaire, en application du principe de la

séparation des pouvoirs; il ne tombe non plus sous le

coup de l'art. 88 de la Constitution visant la publicité

des audiences des tribunaux, ni sous les autres

principes qui sont propres à l'ordre judiciaire.

Dans ces conditions, un règlement instaurant un

régime disciplinaire est tenu dans les limites, à la fois

des délégations législatives et de la Constitution.

(CE, 28 mai 1930, Thorn non publié)

Constitution 49

Ministère d’Etat - Service Central de Législation – 2009

C O

N S

T IT

U T

IO N

Art. 89.

Tout jugement est motivé. Il est prononcé en audience publique.

Jurisprudence

Motivation du jugement

1. Est nulle pour défaut de motivation la décision du juge

d'instruction prononçant une amende contre un témoin

récalcitrant sans indiquer les motifs qui l'ont décidé à

ne pas tenir compte du secret professionnel allégué.

(Cour (cass.), 14 décembre 1917, Pas. 10, p. 271)

2. L'obligation de motiver les jugements sur tous les chefs

des conclusions est limitée aux chefs formulés dans le

dispositif des conclusions.

(Cour (cass.), 2 février 1956, Pas. 16, p. 425)

3. N'est pas insuffisamment motivé le jugement qui donne

des explications spéciales sur les conditions requises

pour la recevabilité de l'action en justice et qui, ainsi,

fournit à la Cour de Cassation les éléments néces-

saires pour lui permettre d'exercer son droit de

contrôle.

(Cour (cass.), 25 octobre 1956, Pas. 17, p. 11)

4. L'obligation de motiver les décisions judiciaires, qui est

générale et d'ordre public, autorise toutefois les juges

d'appel, qui estiment devoir maintenir la décision des

premiers juges précisément pour les motifs énoncés

dans leur jugement, d'adopter ces motifs, soit

purement et simplement, soit en y ajoutant des motifs

propres.

(Cour (cass.), 25 mars 1982, Pas. 25, p. 252)

Publicité du prononcé

5. Constitue une preuve suffisante de la publicité du

prononcé et des débats la mention du jugement «jugé

et prononcé en audience publique».

(Cour, 23 mars 1950, Pas. 15, p. 15)

Art. 90.

Les juges de paix et les juges des tribunaux sont directement nommés par le Grand-Duc. - Les conseillers de la Cour et les présidents et vice-présidents des tribunaux d’arrondissement sont nommés par le Grand- Duc, sur l’avis de la Cour supérieure de justice.

Jurisprudence

Il résulte de l'art. 118 de la loi sur l'organisation

judiciaire (du 7 mars 1980) que les listes prévues aux

art. 116 et 117 ont uniquement pour but d'établir le rang

dans les cérémonies, dans les assemblées de la Cour

et du Tribunal ainsi que le rang des magistrats siégeant

dans la même chambre; toute autre interprétation plus

large et notamment l'attribution au rang fixé par ces

listes d'une importance déterminante en matière

d'avancement, est à rejeter comme incompatible avec

les textes mêmes de ces prescriptions légales.

Spécialement, l'art. 90 de la Constitution prévoyant que

la nomination des conseillers à la Cour, des présidents

et vice-présidents des tribunaux d'arrondissement se

fait par le Grand-Duc sur avis de la Cour supérieure de

Justice, cet avis ne constituerait qu'une formalité inutile

si le choix devait obligatoirement porter sur le candidat

le plus ancien en rang; de même, par identité de motifs,

seraient superflues et inopérantes les dispositions de

l'art. 43 qui exigent pour chaque poste vacant la

présentation de trois candidats par la Cour supérieure

de Justice.

(CE, 30 juillet 1960, Heuertz, Rec. CE 1960)

Art. 91.

(Révision du 20 avril 1989)

«Les juges de paix, les juges des tribunaux d’arrondissement et les conseillers de la Cour sont inamo- vibles.» - Aucun d’eux ne peut être privé de sa place ni être suspendu que par un jugement. - Le dépla- cement d’un de ces juges ne peut avoir lieu que par une nomination nouvelle et de son consentement.

Toutefois, en cas d’infirmité ou d’inconduite, il peut être suspendu, révoqué ou déplacé, suivant les condi- tions déterminées par la loi.

Art. 92.

Les traitements des membres de l’ordre judiciaire sont fixés par la loi.

Art. 93.

Sauf les cas d’exception prévus par la loi, aucun juge ne peut accepter du Gouvernement des fonctions salariées, à moins qu’il ne les exerce gratuitement, sans préjudice toutefois aux cas d’incompatibilité déter- minés par la loi.

Art. 94.

Des lois particulières règlent l’organisation des tribunaux militaires, leurs attributions, les droits et obliga- tions des membres de ces tribunaux, et la durée de leurs fonctions.

(Révision du 19 juin 1989)

«La loi règle aussi l’organisation des juridictions du travail et des juridictions en matière d’assurances sociales, leurs attributions, le mode de nomination de leurs membres et la durée des fonctions de ces derniers.»

Art. 95.

Les cours et tribunaux n’appliquent les arrêtés et règlements généraux et locaux qu’autant qu’ils sont conformes aux lois. - La Cour supérieure de justice réglera les conflits d’attribution d’après le mode déterminé par la loi.

50 Constitution

Ministère d’Etat - Service Central de Législation – 2009

Jurisprudence

Nature juridique du droit de contrôle des arrêtés et règlements

1. Dans notre droit public, un règlement général ne peut

disparaître qu'à l'intervention d'actes abolitifs, mais

aucune instance juridictionnelle n'est autorisée à les

casser ni à les annuler, l'article 95 de la Constitution

autorisant seulement la Cour et les tribunaux à en

refuser l'application pour autant qu'ils ne sont pas

conformes aux lois.

(Conseil d'Etat, 6 août 1956, Pas. 16, p. 532)

2. Les cours et tribunaux peuvent et doivent refuser

d'appliquer les arrêtés et règlements généraux s'ils

sont illégaux. Ils ne sont compétents pour les annuler.

En conséquence, un règlement illégal subsiste jusqu'à

sa réformation et, tant qu'il n'a fait l'objet d'aucune

abrogation, existe intact et continue à lier l'Adminis-

tration de laquelle il émane, bien que dépourvu de

sanction judiciaire.

Spécialement, si un règlement déclaré illégal a abrogé

un règlement antérieur, l'Administration ne saurait se

reporter sur ce dernier et le juge ne saurait prendre en

considération le règlement antérieur, ce qui impli-

querait une annulation du règlement illégal.

(Cour (cass.), 1er avril 1965, Pas. 19, p. 475)

3. Voir cependant:

Si un règlement est illégal dans son intégralité, l'article

de ce règlement qui abroge le règlement antérieur est

également dépourvu d'effet.

(Conseil d'Etat, 14 mai 1962, Pas. 18, p. 489)

4. Les différentes sources de droit s'articulent en un ordre

hiérarchique au sommet duquel figure la Constitution

qui représente la clef de voûte de l'ordonnancement

juridique, fixant les compétences et attributions des

institutions de l'Etat. A partir de la loi constitutionnelle la

hiérarchie des textes s'établit en décroissant, les règle-

ments communaux étant subordonnés à la catégorie

supérieure des lois.

(Cour d'appel, 24 juin 1992, Pas. 29, p. 8)

5. Aux termes de l'article 95 de la Constitution, les cours

et tribunaux n'appliquent les arrêtés et règlements

généraux et locaux qu'autant qu'ils sont conformes aux

lois. Il en suit qu'il appartient au pouvoir judiciaire d'exa-

miner si la mesure réglementaire qui lui est soumise

est, ou n'est pas, contraire à la loi.

(Cour d'appel, 24 juin 1992, Pas. 29, p. 8)

Contrôle des arrêtés pris en exécution d'une loi habilitante et des arrêtés ratifiés par

une loi subséquente

6. Les règlements et arrêtés ratifiés par une loi subsé-

quente ont le caractère d'une véritable loi et ne sont

pas soumis au contrôle judiciaire en ce qui concerne

leur légalité au regard de l'article 95 de la Constitution

et leur constitutionnalité en général. (En l'espèce

l'arrêté grand-ducal du 30 novembre 1944 sur le

service militaire et les arrêtés grand-ducaux du 4

juillet 1945 et 16 mars 1945 sur la levée de certaines

classes.)

(Cour, 6 mars 1948, Pas. 14, p. 362)

7. Les règlements et arrêtés basés sur l'état de

nécessité et ratifiés par la loi du 27 février 1946 ont

acquis le caractère de véritables lois et échappent au

contrôle judiciaire en ce qui concerne leur légalité au

regard de l'article 95 de la Constitution et leur consti-

tutionnalité en général, mais doivent être appliqués

par les tribunaux. (En l'espèce les arrêtés grand-

ducaux du 11 août 1944 et du 28 octobre 1944.)

(Cour, 26 octobre 1955, Pas. 16, p. 397)

(Cour, 25 janvier 1958, Pas. 17, p. 248)

8. Il n'appartient pas au Comité du Contentieux de

contrôler la constitutionnalité des dispositions qui ont

le caractère de véritable loi.

Spécialement l'arrêté grand-ducal du 26 octobre 1944

concernant les impôts, taxes, cotisations et droits, aux

termes duquel les mesures prises par l'ennemi conti-

nuent à être applicables, a le caractère d'une véritable

loi et il n'appartient pas au Conseil d'Etat d'examiner si

ses dispositions concernant le droit pénal fiscal sont en

opposition avec les articles 12 et 14 de la Constitution.

(Conseil d'Etat, 4 août 1962, Pas. 19, p. 7)

9. Si une loi a ratifié les dispositions d'un arrêté grand-

ducal, la légalité de cet arrêté ne peut plus être

critiquée. (En l'espèce l'arrêté grand-ducal du 28 août

1936 sur les accidents professionnels de trajet.)

(Cour (cass.), 4 juin 1964, Pas. 19, p. 339)

10. En vertu de l'article 95 de la Constitution, les juridic-

tions sont investies du pouvoir de vérifier si une dispo-

sition réglementaire, dont l'application est demandée,

est conforme à la loi en ce qu'elle rentre bien dans le

cadre et dans les limites de la délégation conférée au

pouvoir exécutif par la loi d'habilitation.

L'article 1er, alinéa 3, du règlement grand-ducal du 20

janvier 1972, en mettant à charge du vendeur

uniquement et nécessairement la commission d'inter-

médiaire redue et en prohibant de la facturer à

l'acheteur, même consentant, est sorti des limites de

la délégation inscrite à l'article 5 de la loi d'habilitation

du 30 juin 1961 et est dès lors à déclarer inapplicable.

(Cour (cass.), 20 janvier 1983, Pas. 25, p. 401)

11. Si les tribunaux de l'ordre judiciaire ne peuvent ni

annuler, ni réformer un règlement administratif, ils ont,

conformément à l'article 95 de la Constitution, le

pouvoir d'apprécier leur légalité et de refuser d'en

tenir compte, s'ils les jugent illégaux.

(Cour, 5 décembre 1995, Pas. 30, p. 11)

Règlement ministériel prévu par la loi

12. La disposition, par laquelle le législateur a réservé à

des mesures d'administration le soin de fixer dans le

cadre de la loi des règles particulières, est une dispo-

sition dont la constitutionnalité échappe au contrôle

juridictionnel des tribunaux. L'instruction ministérielle,

prise en vertu de cette réserve habilitante, et qui par

sa publication s'adresse à la généralité du public,

constitue une mesure administrative dont la légalité au

regard de la loi habilitante ne saurait être contestée.

(Cour, 13 mai 1954, Pas. 16, p. 99)

13. L'arrêté ministériel, pris sur la base et en exécution

d'un arrêté grand-ducal ratifié par une loi postérieure

ne saurait être examiné au point de vue de sa consti-

tutionnalité sans que fût contrôlé indirectement le

caractère constitutionnel des arrêtés-lois de base

auxquels il est intimement lié, ce qui ne rentre pas

dans la mission des tribunaux.

(Cour, 26 octobre 1955, Pas. 16, p. 397)

(Cour, 25 janvier 1958, Pas. 17, p. 248)

14. Un règlement ministériel ne peut avoir force légale

que pour autant qu'il rentre dans le cadre de la loi

habilitante.

La disposition de l'article 1er du règlement ministériel

du 7 octobre 1982 fixant les critères pour la détermi-

nation de la région viticole, d'après laquelle il faut tenir

compte, pour l'établissement du périmètre viticole, de

la situation de la parcelle en plein vignoble telle que

définie à l'article 3 du même règlement, ne rentre pas

dans les prévisions de la loi habilitante et est partant

inapplicable par les juridictions.

(Conseil d'Etat, 18 juin 1984, Pas. 26, p. 134)

Règle d'interprétation de conformité

15. Dans le doute, il y a lieu d'interpréter la loi confor-

mément à la Constitution, car il ne faut pas présumer

que le législateur a voulu violer la loi fondamentale.

(Trib. Lux., 27 mars 1957, Pas. 16, p. 139)

16. Lorsque la contexture d'un règlement d'administration

publique est équivoque et susceptible d'interprétation,

le pouvoir réglementaire est censé s'être confiné dans

le cadre de la loi habilitante.

(Cour (cass.), 12 juillet 1955, Pas. 16, p. 337)

Objet du contrôle

17. Toute disposition d'un règlement d'administration

publique se met en opposition avec la loi habilitante

lorsqu'elle en restreint la portée ou qu'elle en déforme

le véritable sens.

(Cour (cass.), 12 juillet 1955, Pas. 16, p. 337)

18. Les arrêtés ministériels ne sauraient avoir force légale

que pour autant qu'ils rentrent dans le cadre de la loi

habilitante.

(Cour, 26 octobre 1955, Pas. 16, p. 397)

19. Les tribunaux judiciaires ne peuvent appliquer un

règlement communal que si, non seulement il est

conforme aux conditions de légalité d'ordre matériel

et organique, mais encore que si les conditions de

forme prescrites ont été observées.

Spécialement, si un règlement communal revêt un

caractère mixte comme étant à la fois une mesure de

police générale et une mesure de police sanitaire, sa

validité est subordonnée à l'accomplissement des

formalités prescrites par les lois régissant les

pouvoirs des communes en matière de police

générale et par la législation visant plus spécialement

les mesures de police sanitaire à prendre par les

communes.

(Cour (cass.), 30 juin 1960, Pas. 18, p. 119)

(Cour (cass.), 15 juin 1961, Pas. 18, p. 341)

20. Sont à qualifier de règlement tous les actes d'une

autorité administrative, régulièrement constituée et

compétente, par lesquels elle édicte des règles

juridiques générales en forme d'injonction obligatoire;

ces actes réglementaires ne peuvent être attaqués

par la voie du recours en annulation, l'art. 95 de la

Constitution permettant seulement aux cours et

tribunaux d'en refuser l'application pour autant qu'ils

ne sont pas conformes aux lois.

(CE, 14 mars 1979, Bertrand, Pas. 24, p. 262; Bull. doc.

comm. 19, p. 139; Rec. CE 1979)

Conséquences de l'illégalité

21. Si les sanctions édictées par un règlement grand-

ducal sont en contradiction et dépassent les peines

prévues par la loi de base, elles sont entachées d'illé-

galité et ne peuvent, en vertu de l'article 95 de la

Constitution, être appliquées par les tribunaux.

Cependant, les illégalités matérielles ne donnent

ouverture à l'exception d'illégalité que dans la mesure

où la matière du règlement contrevient à celle de la

loi.

En conséquence, les peines édictées par un

règlement grand-ducal ne peuvent être appliquées

que dans la mesure où elles ne sont pas contraires à

celles prévues par la loi de base.

(Trib. Lux., 27 mars 1954, Pas. 16, p. 139)

22. L'illégalité formelle résultant de l'inobservation des

prescriptions légales atteint le règlement dans son

intégralité, lorsque l'ensemble des dispositions régle-

mentaires constitue un tout indivisible. S'il n'existe pas

de connexité, l'illégalité ne saurait porter sur tout le

règlement.

(Conseil d'Etat, 14 mai 1962, Pas. 18, p. 489)

23. Au voeu de l'art. 43bis de la loi du 4 avril 1924 portant

création de chambres profes-sionnelles à base

élective, telle qu'elle a été modifiée par la loi du 12

février 1964, l'avis de la Chambre des fonctionnaires

Constitution 51

Ministère d’Etat - Service Central de Législation – 2009

C O

N S

T IT

U T

IO N

et employés publics doit être demandé pour toutes les

lois et tous les arrêtés qui concernent principalement

les fonctionnaires et employés.

Par ailleurs, les règlements grand-ducaux doivent

contenir, sous peine de nullité, la preuve de leur

régularité formelle.

Spécialement, lorsqu'il ne résulte ni du préambule ni

du texte d'un règlement concernant principalement la

carrière de certains fonctionnaires et employés

publics que l'avis préalable de la Chambre des

fonctionnaires et employés publics ait été sollicité, il

en suit que ce règlement est entaché d'illégalité et

doit, conformément à l'art. 95 de la Constitution, être

déclaré inapplicable; une décision ministérielle

portant refus d'une promotion à un poste d'inspecteur

prise sur la base de ce règlement illégal doit dès lors

être annulée.

(CE, 17 décembre 1980, Trierweiler non publié; CE, 6 mai

1981, Ziger non publié; CE, 6 mai 1981, Lacour non publié)

24. Le Comité du Contentieux n'est pas compétent pour

annuler les arrêtés et règlements illégaux. Il doit

cependant refuser, dans un cas déterminé à lui

soumis, l'application d'un règlement illégal, parce que

l'article 95 de la Constitution qui enjoint aux cours et

tribunaux de n'appliquer les arrêtés et règlements

généraux et locaux qu'autant qu'ils sont conformes

aux lois, ne concerne pas uniquement les juridictions

de l'ordre judiciaire, mais vise également le Comité du

Contentieux.

(Conseil d'Etat, 19 novembre 1980, Pas. 25, p. 100)

(Conseil d'Etat, 15 juillet 1983, Pas. 26, p. 4)

25. Si les tribunaux de l'ordre judiciaire sont incompétents

pour annuler par voie principale une décision

administrative individuelle, ils sont en revanche

compétents pour apprécier sa légalité par voie

incidente.

(Trib. Lux., 19 décembre 1984, Pas. 26, p. 285)

26. En cas de dommage occasionné par la puissance

publique du fait d'un acte administratif illégal, il appar-

tient aux juridictions de l'ordre judiciaire d'apprécier le

comportement de l'administration par rapport aux

articles 1382 et 1383 du Code civil. En effet, ni

l'appréciation de la faute ni celle du préjudice causé

par celle-ci n'échappent à leur compétence au cas où

la lésion d'un droit pourrait trouver sa source dans

l'excès de pouvoir d'une autorité administrative et

donner lieu à annulation de l'acte accompli par cette

autorité, si une requête à cette fin était présentée au

Conseil d'Etat.

(Trib. Lux., 19 décembre 1984, Pas. 26, p. 285)

27. Une disposition réglementaire, conforme à la loi lors

de sa publication, ne devient pas inapplicable au sens

de l'article 95 de la Constitution lorsque es circons-

tances de fait dans lesquelles elle a été édictée se

sont transformées dans la suite.

(Cour (cass.), 20 décembre 1984, Pas. 26, p. 166)

28. L'opportunité du maintien ou d'une modification des

mesures ordonnées par un règlement grand-ducal

dans le but de réaliser l'objet de la loi non seulement

échappe au contrôle du juge, mais est indifférente

pour l'appréciation de la légalité de la mesure prise

régulièrement.

(Cour (cass.), 20 décembre 1984, Pas. 26, p. 166)

Procédure et forme des règlements

29. Omission de la mention d'urgence -

N'est pas irrégulier un règlement qui omet la mention

de l'urgence. En effet, le jugement de l'urgence rentre

dans le cadre de l'appréciation exclusive et souve-

raine du Grand-Duc. L'utilité d'une constatation

expresse ne se comprend que si les tiers peuvent

critiquer l'urgence alléguée.

(Cour (cass.), 24 juillet 1917, Pas. 10, p. 147)

30. Signature d'un seul ministre mais délibération en

Conseil de Gouvernement -

N'est pas irrégulier l'acte réglementaire, signé ou

contresigné par un seul ministre, si le préambule

atteste qu'il a été délibéré par le Gouvernement en

Conseil.

(Cour, 6 mars 1948, Pas. 14, p. 362)

(Cour (cass.), 24 juillet 1952, Pas. 15, p. 355)

31. N'est pas illégal un arrêté ministériel qui ne constate

pas qu'il a été pris de l'accord des départements

intéressés, bien que cet accord soit exigé par la loi de

base, dès lors que cet arrêté porte d'un côté la

signature du ministre des Affaires économiques

(arrêté relatif à l'approvisionnement du pays) et

constate d'un autre côté, qu'il a été pris après délibé-

ration du Gouvernement en Conseil.

(Cour, 25 janvier 1958, Pas. 17, p. 248)

32. Les tribunaux ne peuvent appliquer les arrêtés grand-

ducaux que s'ils sont conformes à la loi.

Un arrêté grand-ducal ne peut être pris qu'après que

le Conseil d'Etat ait été entendu en son avis, ou que,

si en raison de l'urgence, il n'y a pas lieu de recourir à

cet avis.

La constatation de ces formalités est requise sous

peine de voir déclarer l'arrêté inapplicable.

(Cour, 3 décembre 1960, Pas. 18, p. 224)

33. Lorsque la loi prescrit que la réglementation de telle

matière soit précédée d'une demande d'avis

adressée à une chambre professionnelle, le

règlement n'est conforme à la loi que s'il est satisfait à

cette condition.

Dans ce cas, les cours et tribunaux qui n'appliquent

les règlements généraux que s'ils sont conformes à la

loi, doivent pouvoir contrôler si, au regard de l'objet et

du but de la réglementation, une demande d'avis était

exigée par la loi, sans être liée par l'appréciation du

pouvoir exécutif.

En exerçant ce contrôle conformément à l'article 95

de la Constitution, les juges n'empiètent pas sur la

compétence de l'exécutif, alors qu'ils ne résolvent pas

une question interne de l'Administration, mais une

question de légalité de ses décisions.

(Cour (cass.), 12 janvier 1961, Pas. 18, p. 257)

34. Les règlements doivent contenir la preuve de leur

régularité formelle. Un règlement grand-ducal qui se

borne à mentionner, dans son préambule, que le

Conseil d'Etat a été «entendu», alors que la loi exige

un avis conforme du Conseil d'Etat, ne contient pas

en lui-même la preuve de sa régularité formelle. Il est

52 Constitution

Ministère d’Etat - Service Central de Législation – 2009

à cet effet indifférent de savoir si le Conseil d'Etat a

effectivement émis un tel avis.

(Trib. Lux., 15 mars 1989, Pas. 27, p. 341)

35. Un acte administratif caduc antérieurement à l'inter-

vention de l'acte de prorogation ne peut plus être

légalement prorogé par celui-ci.

(Trib. Lux., 15 mars 1989, Pas. 27, p. 341)

36. S'il est vrai qu'en cas d'urgence, le Grand-Duc est

dispensé de demander l'avis du Conseil d'Etat avant

de prendre un règlement, tel n'est pas le cas dans les

hypothèses où la loi exige un avis conforme du

Conseil d'Etat.

(Trib. Lux., 15 mars 1989, Pas. 27, p. 341)

37. Le défaut d'accomplissement des formalités substan-

tielles nécessaires à la validité d'un règlement grand-

ducal et basé sur l'absence d'un avis de la chambre

professionnelle intéressée entraîne son illégalité.

(Conseil d'Etat 6 juillet 1988, Pas. 28, p. 5)

Preuve de la légalité des règlements

38. L'arrêté grand-ducal est en tant qu'acte du chef d'Etat

accompli dans la limite de ses pouvoirs un acte

authentique qui fait preuve de son authenticité et de

son contenu.

(Cour, 29 juillet 1948, Pas. 14, p. 422)

39. L'arrêté grand-ducal qui constate que le Gouver-

nement en conseil a délibéré sur l'objet de l'arrêté fait

preuve de sa légalité.

(Trib. Lux., 27 mars 1954, Pas. 16, p. 139)

40. La preuve de la légalité d'un arrêté grand-ducal

résulte en principe d'une constatation expresse de

l'arrêté même, et par exception seulement d'autres

énonciations d'un pareil règlement.

Spécialement l'arrêté qui constate expressément

dans son préambule que le Gouvernement en conseil

a délibéré sur l'objet de cet arrêté fait preuve de sa

légalité.

(Cour, 24 juillet 1952 Pas. 15, p. 355)

41. La preuve de la légalité d'un règlement ou arrêté

grand-ducal résulte en principe des constatations

expresses du règlement ou arrêté même et, par

exception seulement, d'autres énonciations d'un

pareil règlement ou arrêté. Ainsi, la preuve que l'objet

d'un arrêté grand-ducal a été délibéré par le Gouver-

nement en conseil résulte de la constatation expresse

de cette délibération dans le préambule de l'arrêté,

même s'il n'est signé que par deux membres du

Gouvernement.

(Conseil d'Etat, 6 juillet 1988, Pas. 28, p. 5)

Abrogation du règlement

42. Au point de vue du droit commun il ne saurait y avoir

nullité ou inexistence d'un arrêté réglementaire qu'à la

condition que le texte de loi s'en exprime formel-

lement et qu'en plus l'intention du législateur eût été

de frapper de nullité ou d'inexistence l'arrêté.

(Cour (cass.), 24 juillet 1917, Pas. 10, p. 149)

Règlement - Evolution des faits

43. Une disposition réglementaire, conforme aux lois lors

de sa publication, ne saurait devenir illégale dans le

sens de l'article 95 de la Constitution lorsque les

conditions de son fonctionnement se transforment par

une évolution naturelle des faits auxquels elle

s'applique; en pareil cas, l'adaptation du règlement à

la situation nouvelle soulève une question d'inter-

vention administrative et d'équité plutôt qu'une

question de légalité en droit et il échet d'appliquer

l'arrêté régulièrement pris jusqu'au moment où les

pouvoirs compétents l'auront modifié dans les formes

prescrites par la loi.

(Cour (cass.), 3 février 1911, Pas. 8, p. 411)

Règlement grand-ducal - Conformité à la Constitution

44. Question échappant à la compétence de la Cour

Constitutionnelle -

La Cour Constitutionnelle est incompétente pour

statuer sur la conformité d'une règlement grand-ducal

à la Constitution, question réservée aux cours et

tribunaux, lesquels ne sont appelés à appliquer les

arrêtés et règlements généraux et locaux qu'autant

qu'ils sont conformes aux lois.

(TA 28-10-98 (10589, Bausch), Pas. admin. 1/1999, p. 157)

Recours juridictionnel effectif

45. Recours direct - exclusion des actes à portée régle-

mentaire - existence d'une voie de recours interne -

contrariété à la Convention des droits de l'homme

(non) -

La question de l'article 13 de la Convention

européenne des droits de l'homme, qui garantit aux

citoyens un recours juridictionnel effectif contre les

actes du pouvoir exécutif qui lèsent leurs droits

garantis par la Convention, n'est susceptible de se

poser que si aucune voie de recours interne n'est à la

disposition de ceux-ci. Tel n'est pas le cas des actes à

caractère réglementaire qui, sous la législation

antérieure à celle instaurée par la loi du 7 novembre

1996, ne pouvaient faire l'objet d'un recours direct, si

ces actes étaient - et restent - susceptibles d'une

exception d'illégalité à produire à l'occasion d'un

recours contre une décision individuelle prise ou à

prendre sur base de la disposition réglementaire dont

s'agit.

(CA 9-12-97 (10249C, Stein); TA 6-4-98 (10010, Dauphin);

TA 6-4-98 (10012, Stoll), Pas. admin. 1/1999, p. 56)

46. Expropriation pour cause d'utilité publique - légis-

lation luxembourgeoise d'avant la loi du 7 novembre

1996 - existence d'un recours effectif - loi du 7

novembre 1996, article 8 -

Avant l'entrée en vigueur de la loi du 7 novembre

1996, il n'existait pas de recours direct contre l'acte

réglementaire de déclaration d'utilité publique de

l'expropriation d'une propriété privée. La matière

n'exigeant pas d'acte individuel d'application, un

contrôle de la juridiction administrative par le biais

d'une exception d'illégalité n'entrait pas en ligne de

compte. La régularité de la procédure est cependant

vérifiée par les juridictions de l'ordre judiciaire dans le

cadre du contentieux de l'indemnité. Lorsque les

biens à exproprier n'ont aucun caractère personnel ni

de caractéristique particulière voire unique, l'indemni-

sation pécuniaire telle que prévue par la Constitution

Constitution 53

Ministère d’Etat - Service Central de Législation – 2009

C O

N S

T IT

U T

IO N

et par la loi est de nature à constituer un équivalent

patrimonial approprié. Au cas où l'acte d'expropriation

est fautif, les personnes lésées disposent d'une action

en responsabilité devant les tribunaux de l'ordre

judiciaire. Il s'ensuit que la législation antérieure à

l'entrée en vigueur de la loi du 7 novembre 1996 ne

heurtait pas les dispositions de la Convention

européenne des droits de l'homme.

(CA, 11-12-97 (9805C et 10191C, Linster), Pas admin.

1/1999, p. 56)

54 Constitution

Ministère d’Etat - Service Central de Législation – 2009

(Révision du 12 juillet 1996)

«Art. 95bis.

(1) Le contentieux administratif est du ressort du tribunal administratif et de la Cour administrative. Ces juridictions connaissent du contentieux fiscal dans les cas et sous les conditions à déterminer par la loi.

(2) La loi peut créer d’autres juridictions administratives.

(3) La Cour administrative constitue la juridiction suprême de l’ordre administratif.

(4) Les attributions et l’organisation des juridictions administratives sont réglées par la loi.

(5) Les magistrats de la Cour administrative et du tribunal administratif sont nommés par le Grand-Duc. La nomination des membres de la Cour administrative ainsi que des président et vice-présidents du tribunal administratif se fait, sauf en ce qui concerne les premières nominations, sur avis de la Cour administrative.

(6) Les dispositions des articles 91, 92 et 93 sont applicables aux membres de la Cour administrative et du tribunal administratif.»

Jurisprudence

Compétence respective des juridictions judiciaires et des juridictions administratives

1. Répartition - critère - sujets de droit (non) - objet de la

contestation -

La répartition des compétences entre les juridictions

judiciaires et les juridictions administratives s'opère,

non en fonction des sujets de droit - personnes privées

ou autorités administratives - mais en fonction de l'objet

du droit qui engendre une contestation portée devant le

juge.

(TA 15-12-97 (10282, Centre commercial de Soleuvre); TA 1-

10-98 (10189, Faust); TA 23-11-98 (10829, ALEBA), Pas.

admin. 1/1999, p. 50)

2. Attribution de quotas laitiers - contentieux de nature

administrative -

S'il est vrai que la décision ministérielle d'attribuer des

quotas laitiers a des effets patrimoniaux, elle n'a pas

pour objet un droit subjectif d'ordre privé régi par les

règles du droit civil. En revanche, émanant d'une

personne morale de droit public ayant agi en vertu de

ses prérogatives de puissance publique face aux

besoins d'intérêt public, une telle décision engendre,

entre les parties au litige, un contentieux de nature

administrative.

(TA 18-2-98 (9600, Wahl), Pas. admin. 1/1999, p. 51)

3. Non-respect d'un contrat - théorie des actes

détachables - domaine d'application - refus de

contracter au sujet de droits patrimoniaux relatifs au

domaine privé d'une commune - non-application de la

théorie -

La théorie des actes détachables qui veut que, par

exception aux règles de compétence fixées par les

articles 84 et 95 bis de la Constitution, la juridiction

administrative reste compétente pour connaître de la

régularité d'un acte de nature administrative inter-

venant comme préalable au support nécessaire à la

réalisation d'un rapport de droit privé, est sans appli-

cation au cas où l'acte attaqué ne constitue pas un acte

administratif, c'est-à-dire un acte posé dans le cadre de

l'exercice de la puissance publique et qu'il n'est pas

attaqué en ce qui concerne sa régularité formelle et

juridique, mais seulement en ce qui concerne sa

finalité. S'il s'agit au contraire d'un acte qui, même s'il a

été posé par une autorité de droit public, soit un conseil

communal, compétent pour disposer des droits

immobiliers de la commune, est de nature purement

civile, en ce qu'il documente le refus de la commune de

s'engager conventionnellement sur une question de

droit patrimonial relative à son domaine privé, la théorie

est sans application.

(CA 12-3-98 (Centre commercial de Soleuvre, 10497C, réfor-

mation de TA 15-12-97, 10282); TA 23-11-98 (10829, ALEBA),

Pas. admin. 1/1999, p. 51)

4. Contrats conclus par l'administration - refus de

conclure - compétence des juridictions judiciaires -

Tout comme les contestations se rapportant aux

contrats conclus par l'administration, les contestations

ou prétentions pouvant résulter du refus de l'adminis-

tration de s'engager contractuellement sont exclusi-

vement de la compétence des tribunaux de l'ordre

judiciaire. Il doit en être de même de la compétence

pour apprécier si les attitudes, manifestations de

volonté ou autres éléments relationnels entre des

parties, relèveraient-elles même du droit public,

existent et peuvent constituer des engagements de

nature à conférer des droits civils.

(CA 12-3-98 (Centre commercial de Soleuvre, 10497C), Pas.

admin. 1/1999, p. 51)

5. Inobservation des valeurs d'émission de polluants

découlant d'une autorisation administrative - sanction -

juridictions de l'ordre judiciaire - Const., articles 84 et

95 bis -

(Révision du 12 juillet 1996)

«Art. 95ter.

(1) La Cour Constitutionnelle statue, par voie d’arrêt, sur la conformité des lois à la Constitution.

(2) La Cour Constitutionnelle est saisie, à titre préjudiciel, suivant les modalités à déterminer par la loi, par toute juridiction pour statuer sur la conformité des lois, à l’exception des lois portant approbation de traités, à la Constitution.

(3) La Cour Constitutionnelle est composée du Président de la Cour Supérieure de Justice, du Président de la Cour administrative, de deux conseillers à la Cour de Cassation et de cinq magistrats nommés par le Grand-Duc, sur l’avis conjoint de la Cour Supérieure de Justice et de la Cour administrative. Les dispositions des articles 91, 92 et 93 leur sont applicables. La Cour Constitutionnelle comprend une chambre siégeant au nombre de cinq magistrats.

(4) L’organisation de la Cour Constitutionnelle et la manière d’exercer ses attributions sont réglées par la loi.»

Constitution 55

Ministère d’Etat - Service Central de Législation – 2009

C O

N S

T IT

U T

IO N

La sanction de l'inobservation des valeurs d'émission

de polluants relève d'une part du contrôle des juridic-

tions répressives relativement aux dispositions appli-

cables en la matière, notamment au regard de la

pollution atmosphérique, et d'autre part des juridictions

civiles ou répressives compétentes suivant le cas, en

ce qui concerne les questions d'indemnisation.

(TA 2-4-98 (10418 et 10419, Greenpeace Luxembourg), Pas.

admin. 1/1999, p. 52)

6. Employés de l'Etat en matière d'enseignement - allége-

ments - compétence - contestation résultant à la fois du

contrat d'emploi et de la rémunération de l'employé -

compétence du tribunal administratif - évaluation du

préjudice financier résultant du refus des allégements -

droit civil - incompétence du tribunal administratif - loi

du 27 janvier 1972; loi du 24 mai 1989 -

Les contestations relatives aux refus d'allégements

pour ancienneté, par leçon (coefficient) et d'une leçon

hebdomadaire («lettre ministérielle Grégoire») solli-

cités par les employés de l'Etat travaillant dans l'ensei-

gnement ont trait à des contestations résultant à la fois

du contrat d'emploi et de la rémunération des employés

de l'Etat concernés, le tribunal administratif est partant

compétent pour en connaître comme juge du fond. En

revanche, les prétentions qui visent à évaluer le

préjudice matériel découlant de ce refus ont pour objet

un droit civil et échappent partant à sa compétence.

(TA 8-4-98 (10314, Dupont, frappé d'appel 10708C);TA 8-4-98

(10315, Thilman, frappé d'appel 10709C); TA 8-4-98 (10316,

Penning, frappé d'appel 10712C); TA 8-4-98 (10317, Pinsch,

frappé d'appel 10710C); TA 8-4-98 (10318, Emmer, frappé

d'appel 10711C), Pas. admin. 1/1999, p. 52)

7. Employés communaux - engagement - résiliation du

contrat d'engagement - licenciement - compétence -

tribunal administratif - recours de pleine juridiction -

allocation de dommages-intérêts - incompétence du

tribunal administratif - Const., articles 84 et 95 bis,

règlement grand-ducal du 26 mai 1975, article 11 -

Le tribunal administratif statuant au fond est compétent

pour connaître des contestations résultant du contrat

d'emploi et de celles relatives à sa rémunération, parmi

lesquelles sont comprises celles relatives au licen-

ciement. En revanche, il est incompétent pour

connaître d'une demande en allocation de dommages-

intérêts réclamés pour licenciement abusif.

(TA 12-5-98 (10266, Krack); TA 13-7-98 (10697a,

Schumacher), Pas. admin. 1/1999, p. 52)

8. Ouvrier de l'Etat - décision ministérielle de refus de

reclassement - article 25 du Nouveau Code de

procédure civile - incompétence du tribunal adminis-

tratif -

Le tribunal du travail étant en effet investi d'une compé-

tence générale en matière de contestations relatives au

contrat du travail de l'ouvrier de l'Etat, il y a lieu d'inter-

préter le terme de «contestation» de manière large de

façon à englober l'ensemble du contentieux relatif au

contrat du travail, même si la contestation trouve son

origine comme en l'espèce dans une décision émanant

d'une autorité administrative. (. . .)

Il en résulte qu'au vu des différents textes applicables,

des situations similaires à savoir des personnes liés à

l'Etat ou aux communes par des contrats, c'est-à-dire

des personnes qui ne se trouvent pas dans une

situation statutaire, ne sont pas soumises, en cas de

litige, à la même juridiction, de sorte qu'en fin de

compte c'est la qualité de l'intéressé qui détermine la

compétence juridictionnelle et non pas l'objet du litige.

Il en résulte qu'au vu du fait, d'une part, que la compé-

tence du tribunal administratif pour statuer sur les

contestations relatives au contrat d'emploi de l'ouvrier

de l'Etat n'est arrêtée par aucune disposition légale ou

réglementaire et que, d'autre part, l'inclusion de cette

matière dans le contentieux administratif prévu à

l'article 95bis de la Constitution se heurte aux disposi-

tions de l'article 25 du Nouveau Code de procédure

civile, le tribunal est incompétent ratione materiae pour

connaître du recours introduit.

(TA 4.12.2006, 21653)

Chapitre VII. - De la Force publique

Art. 96.

Tout ce qui concerne la force armée est réglé par la loi.

Art. 97.

(Révision du 13 juin 1989)

«L’organisation et les attributions des forces de l’ordre font l’objet d’une loi.»

56 Constitution

Ministère d’Etat - Service Central de Législation – 2009

Constitution - Conflit entre deux dispositions consti- tutionnelles - Compétence du juge

administratif

1. Constitution - conflit entre deux dispositions constitu-

tionnelles - compétence du juge administratif - Const.,

art. 95 ter -

Le juge administratif a mission de procéder à l'examen

des questions de conflits entre deux dispositions

constitutionnelles, la Cour Constitutionnelle ayant

compétence pour statuer sur la conformité des lois à la

Constitution -

(TA 15-4-98 (9633); TA 31-1-2000 (11432))

Constitutionnalité des lois - arrêté ministériel non entièrement conditionnée par sa base légale -

Compétence du juge administratif

2. Considérant que la Cour Constitutionnelle est seule

compétente pour se prononcer sur la constitutionnalité

des lois dans le cadre et suivant la procédure découlant

de l'article 95ter de la Constitution et de la loi du 27

juillet 1997 alors que les juridictions administratives,

saisies comme en l'espèce d'un recours en annulation

contre une décision à caractère règlementaire, sont

habilitées et obligées de contrôler la légalité de l'acte

déféré, y compris sa conformité à la Constitution.

Considérant que la décision déférée, si elle découle et

trouve sa base légale dans les dispositions du Code

des Assurances sociales et notamment dans son

article 60 qui établit la différence de régime entre les

secteurs hospitalier et extrahospitalier, n'est toutefois

pas entièrement conditionnée par ce texte, duquel en

particulier, il ne découle aucune obligation d'établir une

différence de régime entre les analyses effectuées en

traitement ambulatoire suivant qu'elles sont effectuées

dans un laboratoire relevant ou non d'un établissement

hospitalier.

Considérant qu'une éventuelle contrariété à la Consti-

tution de la décision approuvée par l'arrêté déféré

n'implique dès lors pas l'appréciation sur la conformité

à la Constitution de la loi de base de sorte que la

juridiction administrative et, en instance d'appel, la

Cour est compétente pour toiser la question.

(CA 13.02.2007, 21763C et 21768C)

Constitution - Question préjudicielle - précision

3. Aux termes de l'article 8 de la loi du 27 juillet 1997

portant organisation de la Cour Constitutionnelle, la

question préjudicielle, qui figure au dispositif du

jugement, doit indiquer avec précision les dispositions

législatives et constitutionnelles sur lesquelles elle

porte.

A défaut de disposition normative afférente, la Cour

Constitutionnelle n'est pas habilitée à substituer une

autre règle constitutionnelle à celle précisée par la

juridiction de renvoi.

(Cour constitutionnelle, Arrêt 37/06 du 17 novembre 2006

(rectifié), Mém. A - 220 du 20 décembre 2006, p. 3784)

Cour constitutionnelle - Procédure - Intervention volontaire (rejet) -

Const, art. 95ter alinéa 2

4. L'alinéa (2) de l'article 95ter de la Constitution réserve

aux juridictions le droit de saisir à titre préjudiciel la

Cour Constitutionnelle suivant les modalités à établir

par la loi. Ni la Constitution, ni la loi du 27 juillet 1997

portant organisation d'une Cour Constitutionnelle ne

prévoient la saisine directe de la Cour par une partie,

fût-ce à titre d'intervention.

(Cour Constitutionnelle, Arrêt 17/02 du 7 mars 2003, Mém. A -

41 du 2 avril 2003, p. 656)

Constitution - Question préjudicielle - Conditions

5. Constitution - question préjudicielle - conditions -

Une juridiction saisie n'est pas dispensée de saisir la

Cour Constitutionnelle, par souci d'assurer le caractère

effectif de la supériorité de la norme constitutionnelle

suivant la plénitude de ses effets, si une disposition

légale apparaît comme susceptible d'être déclarée non

conforme à la Constitution par la juridiction suprême

non seulement lorsqu'elle contrevient positivement à la

loi fondamentale, mais encore dans l'hypothèse où elle

contient une lacune de nature à la constituer en texte

inégalitaire, notamment au regard des dispositions de

l'article 10bis, sinon le cas échéant de l'article 111 de la

Constitution -

(TA 13-5-02 (14245))

6. La Cour Constitutionnelle est saisie pour toute

juridiction des questions de conformité préjudicielles

visées à l'article 95(ter) 2e alinéa, y compris les juridic-

tions disciplinaires instituées par la loi sur la profession

d'avocat.

(Cour Constitutionnelle, Arrêts 23/04 et 24/04 du 3 décembre

2004, Mém. A - 201 du 23 décembre 2004)

Jurisprudence

Art. 98.

Il peut être formé une garde civique, dont l’organisation est réglée par la loi.

Chapitre VIII. - Des Finances

Art. 99.

Aucun impôt au profit de l’Etat ne peut être établi que par une loi. - Aucun emprunt à charge de l’Etat ne peut être contracté sans l’assentiment de la Chambre. - (Révision du 16 juin 1989) «Aucune propriété immobilière de l’Etat ne peut être aliénée si l’aliénation n’en est autorisée par une loi spéciale. Toutefois une loi générale peut déterminer un seuil en dessous duquel une autorisation spéciale de la Chambre n’est pas requise. - Toute acquisition par l’Etat d’une propriété immobilière importante, toute réalisation au profit de l’Etat d’un grand projet d’infrastructure ou d’un bâtiment considérable, tout engagement financier important de l’Etat doivent être autorisés par une loi spéciale. Une loi générale détermine les seuils à partir desquels cette autorisation est requise.»1 - Aucune charge grevant le budget de l’Etat pour plus d’un exercice ne peut être établie que par une loi spéciale. - Aucune charge, aucune imposition communale ne peut être établie que du consentement du conseil communal. - La loi détermine les exceptions dont l’expérience démontrera les nécessités relativement aux impositions communales.

Art. 100.

Les impôts au profit de l’Etat sont votés annuellement. - Les lois qui les établissent n’ont de force que pour un an, si elles ne sont renouvelées.

Constitution 57

Ministère d’Etat - Service Central de Législation – 2009

C O

N S

T IT

U T

IO N

Jurisprudence

Les articles 100 et 104 de notre Constitution ne se

rapportent qu'aux impôts indigènes. Bien que les droits

de douane constituent un impôt proprement dit, leur

prélèvement n'est pas régi par l'article 100 de la Consti-

tution.

Spécialement, on doit admettre que le législateur

luxembourgeois n'a pas voulu faire dépendre l'exé-

cution d'une convention douanière du vote annuel du

budget.

(Cour, 7 mars 1917, Pas. 10, p. 285)

Art. 101.

Il ne peut être établi de privilège en matière d’impôts. Nulle exemption ou modération ne peut être établie que par une loi.

Jurisprudence

Sauf disposition légale contraire, les conseils

communaux ont en principe, conformément aux

articles 99 et 102 de la Constitution, la faculté d'établir

des impôts municipaux qu'ils veulent, s'il n'est pas

porté atteinte à la règle de l'égalité devant l'impôt,

édictée par l'article 101 de la Constitution.

N'est pas contraire à ce principe d'égalité l'imposition

communale limitée à une catégorie déterminée de

contribuables du moment que tous ceux qui se trouvent

dans les mêmes conditions de fait sont soumis à l'impôt

d'une manière égale.

(Cour, 25 juillet 1933, Pas. 13, p. 45)

Art. 102.

Hors les cas formellement exceptés par la loi, aucune rétribution ne peut être exigée des citoyens ou des établissements publics qu’à titre d’impôts au profit de l’Etat ou de la commune.

Art. 103.

Aucune pension, aucun traitement d’attente, aucune gratification à la charge du trésor ne peuvent être accordés qu’en vertu de la loi.

1 Voir loi du 8 juin 1999 sur le budget, la comptabilité et la trésorerie de l'Etat, art. 80 (Mém. A - 68 du 11 juin 1999, p. 1448; doc. parl. 4100).

Art. 104.

Chaque année la Chambre arrête la loi des comptes et vote le budget. - Toutes les recettes et dépenses de l’Etat doivent être portées au budget et dans les comptes.

(Révision du 2 juin 1999)

«Art. 105.

(1) Une Cour des comptes est chargée du contrôle de la gestion financière des organes, administrations et services de l’Etat; la loi peut lui confier d’autres missions de contrôle de gestion financière des deniers publics.

(2) Les attributions et l’organisation de la Cour des comptes ainsi que les modalités de son contrôle et les relations avec la Chambre des Députés sont déterminées par la loi.

(3) Les membres de la Cour des comptes sont nommés par le Grand-Duc sur proposition de la Chambre des Députés.

(4) Le compte général de l’Etat est soumis à la Chambre des Députés, accompagné des observations de la Cour des comptes.»

Art. 106.

Les traitements et pensions des ministres des cultes sont à charge de l’Etat et réglés par la loi.

58 Constitution

Ministère d’Etat - Service Central de Législation – 2009

Jurisprudence

L'article 106 de la Constitution, en statuant que les

traitements et pensions des ministres des cultes en

général sont à charge de l'Etat et réglés par la loi, tout

en créant un droit avec une obligation y afférente,

n'exclut en aucune façon la faculté pour les

communes d'assumer librement, indépendamment

de l'obligation de l'Etat, des engagements contrac-

tuels supplémentaires au profit des ministres des

cultes.

(Conseil d'Etat, 10 mai 1911, Pas. 8, p. 80)

Chapitre IX. - Des Communes

Art. 107.

(Révision du 13 juin 1979)

«(1) Les communes forment des collectivités autonomes, à base territoriale, possédant la personnalité juridique et gérant par leurs organes leur patrimoine et leurs intérêts propres.»

(Révision du 23 décembre 1994)

«(2) Il y a dans chaque commune un conseil communal élu directement par les habitants de la commune; les conditions pour être électeur ou éligible sont réglées par la loi.»

(Révision du 13 juin 1979)

«(3) Le conseil établit annuellement le budget de la commune et en arrête les comptes. Il fait les règle- ments communaux, sauf les cas d’urgence. Il peut établir des impositions communales, sous l’approbation du Grand-Duc. Le Grand-Duc a le droit de dissoudre le conseil.»

(Révision du 23 décembre 1994)

«(4) La commune est administrée sous l’autorité du collège des bourgmestre et échevins, dont les membres doivent être choisis parmi les conseillers communaux. Les conditions de nationalité que doivent remplir les membres du collège des bourgmestre et échevins sont déterminées par une loi votée dans les conditions de «l'article 114, alinéa 2»1 de la Constitution.»

(Révision du 13 juin 1979)

«(5) La loi règle la composition, l’organisation et les attributions des organes de la commune. Elle établit le statut des fonctionnaires communaux. La commune participe à la mise en oeuvre de l’enseignement de la manière fixée par la loi.

1 Remplacé par la révision du 21 juin 2005.

(6) La loi règle la surveillance de la gestion communale. Elle peut soumettre certains actes des organes communaux à l’approbation de l’autorité de surveillance et même en prévoir l’annulation ou la suspension en cas d’illégalité ou d’incompatibilité avec l’intérêt général, sans préjudice des attributions des tribunaux judiciaires ou administratifs.»

Constitution 59

Ministère d’Etat - Service Central de Législation – 2009

C O

N S

T IT

U T

IO N

Jurisprudence

1. Au voeu de l'article 107 de la Constitution, le conseil

communal décide sur tout ce qui est d'intérêt

communal.

Spécialement, il appartient au conseil communal seul

d'accepter la rétrocession, par le titulaire, d'une

concession funéraire comme d'octroyer une

concession à un tiers.

(Trib. Lux., 17 octobre 1956, Pas. 17, p. 68)

2. Les conseils communaux ont la faculté d'édicter des

règlements communaux au sujet de l'ordre public, de la

sécurité des habitants et de l'hygiène publique, pourvu

qu'ils ne soient pas contraires aux lois et règlements

d'administration générale et que spécialement ils

n'empiètent pas sur le droit de propriété.

(Justice de paix Diekirch, 29 déc. 1897, Pas. 6, p. 345)

3. Sauf disposition légale contraire, les conseils

communaux ont, en principe, conformément aux

articles 99 et 102 de la Constitution, la faculté d'établir

les impôts municipaux qu'ils veulent, s'il n'est pas porté

atteinte à la règle de l'égalité devant l'impôt édictée par

l'art. 101 de la Constitution.

C'est ainsi qu'ils peuvent décréter le recouvrement à

titre d'impôt des dépenses à faire pour la construction,

la réparation et l'entretien des trottoirs, aucune atteinte

n'étant portée au principe constitutionnel de l'égalité

devant l'impôt même lorsque l'administration

communale limite l'imposition à une catégorie déter-

minée de contribuables, tels les propriétaires riverains

des trottoirs, du moment que tous ceux qui se trouvent

dans les mêmes conditions de fait sont soumis à l'impôt

d'une manière égale.

Si en vertu de l'art. 35, N° 5 de la loi communale du 24

février 1843, l'approbation du ministre de l'Intérieur est

suffisante par rapport à un règlement communal qui ne

concerne que la perception d'une imposition

légalement existante, l'approbation du Grand-Duc, sur

avis du ministre, est nécessaire, d'après l'art. 107 de la

Constitution et l'art. 34, N° 5 de la loi communale, pour

les règlements contenant établissement d'un impôt

nouveau ou changement du principe et des modalités

de l'imposition même.

(Cour, 25 juillet 1933, Pas. 13, p. 45)

4. Est illégal comme dépassant le droit de police des

communes et comme contraire à la liberté du

commerce, le règlement communal qui soumet à une

taxe les commerçants ne résidant pas sur le territoire

de la commune dans le seul but d'assurer la protection

du commerce local.

(Justice de paix Esch, 6 avril 1951, Pas. 15, p. 139)

5. 1° La détermination et l'aménagement des parcs de

stationnement payants pour véhicules rentre dans le

pouvoir du conseil communal de réglementer l'usage

du domaine public.

2° Lorsqu'un règlement communal crée des emplace-

ments pour le stationnement des véhicules et soumet

l'usage de ces places de parcage au payement d'une

taxe, pareille taxe, perçue à l'occasion d'un service

spécial rendu, constitue une taxe rémunératoire,

laquelle n'est toutefois pas à considérer comme taxe de

remboursement, c'est-à-dire comme redevance civile

payée proportionnellement au service rendu, mais

comme impôt communal au sens de l'article 34, N° 5

de la loi communale du 24 février 1843.

(Cour, 23 mars 1961, Pas. 18, p. 268)

6. Principe de l'autonomie communale - Contrôle de

l'autorité supérieure - décision ministérielle de refus

d'approbation d'une délibération de conseil communal.

Le principe de l'autonomie communale inscrit à l'article

107(1) de la Constitution se trouve encore consacré

par la Charte européenne de l'autonomie locale,

signée à Strasbourg le 15 octobre 1985, et approuvée

par la loi du 18 mars 1987.

Suivant l'article 2 de la Charte, «le principe de l'auto-

nomie locale doit être reconnu dans la législation

interne et, autant que possible, dans la Constitution».

Il suit de l'article 2 de la Charte européenne de l'auto-

nomie locale, ensemble l'article 107 de la Constitution

que l'autonomie de la commune est la règle, tandis que

la soumission au contrôle de l'autorité supérieure

constitue l'exception (cf. CA, 11 décembre 2001 (n°

13407C), Pas. adm., V° Communes n° 7, page 115).

L'article 8 de la Charte, d'après son intitulé même,

encadre le «contrôle administratif des actes des collec-

tivités locales».

En relai du principe de l'autonomie communale, le

paragraphe 1 dudit article 8 prévoit que «tout contrôle

administratif sur les collectivités locales ne peut être

exercé que selon les formes et dans les cas prévus par

la Constitution ou par la loi».

Suivant le paragraphe 2 du même article 8 «tout

contrôle administratif des actes des collectivités locales

ne doit normalement viser qu'à assurer le respect de la

légalité et des principes constitutionnels».

Force est de constater que la Constitution à travers son

article 107, paragraphe (1) précité, s'inscrit dans le

cadre des prévisions des paragraphes 1 et 2 de l'article

8 de la Charte.

Dès lors l'argumentaire de la commune demanderesse,

suivant lequel aucun contrôle de l'autorité supérieure

ne serait à prévoir en l'occurrence, argument tiré de

l'article 8 de la Charte, manque en droit.

(CA 22.3.2007, 22256C)

7. 26 mars 2001 - règlement général de police de la Ville

de Luxembourg (RGP), art. 48 - compétence du conseil

communal - texte d'interprétation stricte - Const., art.

11(4) et 107 -

Les dispositions du règlement général de police de la

ville de Luxembourg, en tant que dispositions respecti-

Art. 108.

La rédaction des actes de l’état civil et la tenue des registres sont exclusivement dans les attributions des autorités communales.

«Chapitre X. - Des Etablissements publics»1

(Révision du 19 novembre 2004)

«Art. 108bis.

La loi peut créer des établissements publics, dotés de la personnalité civile, dont elle détermine l'organi- sation et l'objet. Dans la limite de leur spécialité le pouvoir de prendre des règlements peut leur être accordé par la loi qui peut en outre soumettre ces règlements à l'approbation de l'autorité de tutelle ou même en prévoir l'annulation ou la suspension en cas d'illégalité, sans préjudice des attributions des tribunaux judiciaires ou administratifs.»

«Chapitre XI.»2 - Dispositions générales

Art. 109.

La ville de Luxembourg est la capitale du Grand-Duché et le siège du Gouvernement. - Le siège du Gouvernement ne peut être déplacé que momentanément pour des raisons graves.

Art. 110.

(Révision du 25 novembre 1983)

«(1) Aucun serment ne peut être imposé qu’en vertu de la loi; elle en détermine la formule.

(2) Tous les fonctionnaires publics civils, avant d’entrer en fonctions, prêtent le serment suivant:

«Je jure fidélité au Grand-Duc, obéissance à la Constitution et aux lois de l’Etat. Je promets de remplir mes fonctions avec intégrité, exactitude et impartialité.»»

Art. 111.

Tout étranger qui se trouve sur le territoire du Grand-Duché, jouit de la protection accordée aux personnes et aux biens, sauf les exceptions établies par la loi.

60 Constitution

Ministère d’Etat - Service Central de Législation – 2009

1 Chapitre introduit par la révision du 19 novembre 2004. 2 Numérotation du chapitre ainsi modifiée par la révision du 19 novembre 2004.

vement pénales et de réglementation de police, sont

d'interprétation stricte et ne permettent notamment pas

des extensions -

(TA 8-10-01 (13445, confirmé par arrêt du 7-5-02, 14197C))

La prostitution s'analyse en une activité habituelle qui

consiste, pour toute personne (homme ou femme), à

s'offrir en vue d'une activité sexuelle (également

homosexuelle) à n'importe quelle autre personne prête

à la rétribuer d'une façon quelconque et qui ne

constitue pas en elle-même une infraction pénale.

D'après son libellé l'article 48 RGP ne vise pas la

prostitution en elle-même, mais le fait d'une personne

de s'exposer sur la voie publique en vue de la prosti-

tution. L'article en question réglemente dès lors un

préalable à l'activité rétribuée de la prostitution, le fait

de s'exposer n'étant point rémunéré en tant que tel. Il

se dégage de la répartition des champs d'application

des articles 11 (4) et 107 de la Constitution que le

conseil communal est compétent pour arrêter des

mesures dictées par les exigences de sécurité, de

salubrité et de tranquillité publiques ainsi que de

commodité des usagers de la voie publique relati-

vement au fait pour une personne de s'exposer sur la

voie publique en vue de la prostitution, élément

préalable à l'activité rétribuée qu'elle est destinée à

engendrer -

(TA 8-10-01 (13445, confirmé par arrêt du 7-5-02, 14197C))

Jurisprudence

1. L'étranger non admis à domicile au Luxembourg jouit

néanmoins du bénéfice de l'article 111 de la Consti-

tution, s'il a sa résidence réelle et durable au Grand-

Duché, avec fixation du centre de ses affaires.

(Cour, 30 janvier 1952, Pas. 15, p. 277)

2. D'après le principe énoncé à l'article 111 de la Consti-

tution, la protection accordée à tout commerçant pour

veiller à la pro priété de son nom et de sa firme s'étend

Art. 112.

Aucune loi, aucun arrêté ou règlement d’administration générale ou communale n’est obligatoire qu’après avoir été publié dans la forme déterminée par la loi.

Constitution 61

Ministère d’Etat - Service Central de Législation – 2009

C O

N S

T IT

U T

IO N

Jurisprudence

aussi aux personnes étrangères, tant physiques que

morales, dont les droits auraient été usurpés sur le

territoire du Grand-Duché.

(Cour, 21 juin 1912, Pas. 9, p. 81)

3. Les étrangers jouissent au Grand-Duché de tous les

droits qui ne leur sont pas spécialement refusés. A

défaut de texte contraire, ils sont assimilés aux

nationaux. Aucun droit ne peut être refusé à l'étranger,

à moins que le législateur n'en ait expressément décidé

ainsi.

(Conseil d'Etat, 4 février 1964, Pas. 19, p. 266)

4. En raison des exceptions formellement prévues par la

Constitution, les restrictions du droit au travail des

étrangers contenues dans les articles 1er, 26 et 27 de la

loi modifiée du 28 mars 1972 précitée, ne sont pas

contraires à la Constitution.

(Cour Constitutionnelle, Arrêt 14/02 du 6 décembre 2002,

Mém. A - 144 du 23 décembre 2002, p. 3504)

5. Egalité devant la loi - art. 7, alinéa 2 de la loi du 28 juin

2002 portant création d'un forfait d'éducation -

exclusion d'office des personnes bénéficiant d'une

pension au titre de leur activité statutaire auprès d'un

organisme international - disposition contraire aux

articles 10 bis(1) et 111 de la Constitution - Le légis-

lateur peut, sans violer le principe constitutionnel de

l'égalité, soumettre certaines catégories de personnes

comparables à des régimes légaux différents à la

condition que la disparité existant entre elles soit

objective, qu'elle soit rationnellement justifiée,

adéquate et proportionnée à son but. Les deux

catégories de personnes, l'une bénéficiaire du forfait

d'éducation et l'autre en étant exclue, sont compa-

rables de par le droit qu'elles ont chacune à une

pension versée par une institution de sécurité sociale.

La disparité objective qui les sépare réside dans l'affi-

liation des bénéficiaires à un organisme de sécurité

sociale national et celle des exclus à un système inter-

national. Si l'alinéa premier de l'article 7 de la loi du 28

juin 2002 contient une limitation quant à des personnes

touchant des allocations de même nature de la part

d'institutions étrangères, fondée raisonnablement sur

le but d'éviter des cumuls (Documents parlementaires

n° 4887, exposé des motifs, page 21), l'alinéa deux de

cet article édicte une exclusion qui a pour unique

fondement l'affiliation des personnes concernées à un

régime international. Cependant cette disparité ne

saurait en elle-même, à elle seule et sans autre raison

déterminante justifier rationnellement la différence de

traitement instaurée au regard de la finalité de la loi du

28 juin 2002. Dès lors l'inégalité instaurée par l'article 7

alinéa 2 de cette loi se heurte aux articles 10 bis (1) et,

au besoin 111 de la Constitution.

(Cour Constitutionnelle, Arrêts 29/06, 30/06, 31/06, 32/06 et

33/06 du 7 avril 2006, Mém. A - 69 du 21 avril 2006, p. 1333)

Principe général applicable à tous les actes de législation

1. De tous temps et dans toutes les législations il a

toujours été de principe immuable qu'aucune loi ne

saurait être obligatoire sans promulgation préalable.

(Cour, 9 mars 1901, Pas. 6, p. 297)

2. Les actes de législation, quels qu'ils soient, ne sont

obligatoires qu'à la condition d'avoir été publiés sous

la forme déterminée par la loi.

Spécialement, un arrêté gouvernemental, n'ayant fait

l'objet d'aucune publication, est inopposable aux

particuliers.

(Trib. Lux., 5 juillet 1961, Pas. 18, p. 410)

3. Il se dégage de l'arrêté du Directoire exécutif du 7

pluviôse an V que l'article 18 du titre XXVII de l'ordon-

nance du 13 août 1669 portant règlement général

pour les eaux et forêts n'a pas été publié au Luxem-

bourg et ne peut dès lors recevoir application.

(Conseil d'Etat, 20 juillet 1978, Pas. 24, p. 183)

4. Aucun acte de législation, quelle que soit sa forme ou

sa nature, même s'il ne s'agit pas d'une loi ou d'un

règlement au sens strict, n'est obligatoire qu'après

avoir été publié dans la forme déterminée par la loi.

Le schéma de pointage établi par l'institut viti-vinicole

pour la cotation des facteurs déterminant la vocation

viticole d'une parcelle n'est pas opposable aux tiers à

défaut de publication au Mémorial puisqu'il contient

des dispositions réglementaires qui ne sauraient être

regardées comme accessoires.

(Conseil d'Etat, 18 juin 1984, Pas. 26, p. 134)

5. La preuve de la régularité formelle d'une loi ou d'un

règlement est fournie par la publication au Mémorial,

laquelle établit authentiquement l'existence et le

contenu des lois et règlements, sans possibilité de

preuve contraire. Le pouvoir judiciaire est tenu de les

appliquer tels qu'ils ont été publiés et ne peut, sans

empiéter sur les attributions du pouvoir exécutif, en

examiner autrement la promulgation (arrêt du Conseil

d'Etat).

En particulier, dans le cas d'un règlement concernant

l'agriculture et mentionnant dans son préambule que

l'avis de «l'organe ff de Chambre d'agriculture» a été

demandé, il n'appartient pas aux juges d'examiner si

l'organe visé au préambule était constitué en

conformité des dispositions légales relatives à la

Chambre d'agriculture (arrêt de la Cour de cassation

et arrêt du Conseil d'Etat).

(Conseil d'Etat, 6 juillet 1988 et Cour (cass.) 15 février 1990,

Pas. 28, p. 5)

62 Constitution

Ministère d’Etat - Service Central de Législation – 2009

Nul n'est censé ignorer la loi

6. La règle «nemo censetur ignorare legem» se fonde

sur une fiction née d'une nécessité sociale. Mais dans

l'esprit de notre droit, elle est cependant normalement

fonction d'une publication par les pouvoirs publics et

non pas par des lettres particulières adressées par

des délégués d'un ministre à des organisations

professionnelles groupant une partie des personnes

astreintes à leur observation.

(Cour, 16 novembre 1951, Pas. 15, p. 237)

7. L'insertion au Mémorial réalise le mode de publicité

constitutif de la publication légale et lui imprime le

caractère d'authenticité qui suffit pour que dès ce

moment elle soit présumée connue de tous. Cette

présomption s'applique même si l'occupation du pays

a rendu impossible la distribution du journal officiel.

(Cour, 23 mars 1950, Pas. 15, p. 16)

Force probante

8. La promulgation n'est connue du public que par la

publication à laquelle se rattache par conséquent la

force probante. Le Mémorial prouve authentiquement

l'existence de la loi.

(Cour, 14 février 1928, Pas. 11, p. 387)

9. La publication au Mémorial fait foi, à l'égard des

autorités et du public, sans possibilité d'une preuve

contraire, de l'existence et de la teneur d'une loi; il

n'est donc pas possible d'établir, par delà les indica-

tions publiées au journal officiel, de prétendues

irrégularités de la législation.

Le pouvoir judiciaire est tenu d'appliquer les lois et

règlements tels qu'ils sont publiés et ne peut, sans

empiéter sur les attributions du pouvoir exécutif, en

examiner autrement la promulgation, dont le mode

n'est d'ailleurs pas spécialement réglé.

(Trib. Lux., 21 novembre 1962, Pas. 19, p. 41)

10. La date portée en tête du Mémorial fait foi du jour de

sa publication dans toutes les localités du Grand-

Duché de Luxembourg.

(Conseil d'Etat, 31 mars 1981, Pas. 25, p. 132)

Force exécutoire de la loi

11. Bien que la loi ne devienne obligatoire que trois jours

après son insertion au Mémorial, force exécutoire lui

est acquise néanmoins dès qu'elle est approuvée par

le Souverain et promulguée. Il s'ensuit que le pouvoir

exécutif est autorisé à publier, le même jour que la loi,

les arrêtés pris en exécution de la loi.

(Trib. Lux., 21 novembre 1962, Pas. 19, p. 41)

12. S'il est de principe qu'une loi est immédiatement

exécutoire, même au cas où elle prévoit des actes

réglementaires relatifs à son exécution, dès l'instant

qu'elle n'a pas spécifié que son application serait

subordonnée à la publication desdits actes, il n'en

reste pas moins que cette subordination peut être

implicite et doit nécessairement différer la mise en

vigueur de la loi lorsque son texte, ne se suffisant pas

à lui-même, a besoin d'être complété.

Spécialement, en l'absence de toute disposition insti-

tuant un régime transitoire immédiatement applicable,

l'intervention des règlements d'exécution, auxquels

renvoie l'article 5 de la loi du 29 août 1976 portant

planification et organisation hospitalières, est indis-

pensable pour que le ministre puisse exercer

valablement les pouvoirs qui lui sont conférés.

(Conseil d'Etat, 8 juillet 1982, Pas. 25, p. 329)

Erreur dans la publication

13. Lorsqu'une erreur a été commise dans la publication

d'une loi, c'est-à-dire lorsqu'il y a divergence entre

l'original de la loi et le texte publié, la rectification des

erreurs de reproduction de texte se fait par simple

avis ou erratum.

Spécialement, lorsque la contresignature du ministre

compétent n'a pas été mentionnée dans le texte d'une

loi publiée au Mémorial, la rectification de cette

omission est valablement faite ex post par un erratum

publié au Mémorial.

(Trib. Lux., 20 juin 1962, Pas. 19, p. 33)

Loi étrangère

14. Ni la Constitution, ni les dispositions législatives

régissant la matière n'imposent le devoir de repro-

duire formellement dans le texte de la loi ou de l'arrêté

la contexture de la loi étrangère déclarée obligatoire

par voie de référence.

(Trib. Lux., 19 juillet 1950, Pas. 15, p. 91)

15. Aux termes de l'article 112 de la Constitution, les

actes législatifs ne sont obligatoires qu'après avoir été

publiés dans les formes légales. Cette publication doit

englober l'intégralité du texte faisant l'objet de la

disposition législative.

La notion de la loi formelle, telle qu'elle est déter-

minée par la Constitution, s'applique au texte voté,

article par article, sanctionnée et promulguée par le

Grand-Duc; l'acte législatif assujetti aux formalités de

l'insertion trouve son origine et ses limites dans le

texte voté par la Chambre qui est souveraine pour en

étendre ou en restreindre les dispositions.

La Constitution n'impose pas le devoir de reproduire

formellement dans le texte de la loi les termes d'une

loi étrangère ou d'autres dispositions ou mesures,

déclarées obligatoires par voie de référence; il faut et

il suffit pour la validité de l'insertion de l'acte législatif

au Mémorial que le contenu de l'acte de publication

se couvre strictement avec celui du texte voté,

sanctionné et promulgué. Les dispositions que le

texte voté entend rendre applicables par voie de

référence sont obligatoires en vertu de la disposition

de renvoi qui fait partie du texte voté, sans qu'il soit

besoin de les publier formellement et par surcroît.

Ces principes régissent au même titre les textes

promulgués sous la forme de règlements d'adminis-

tration publique pris régulièrement en exécution d'une

loi habilitante.

(Conseil d'Etat, 8 décembre 1948, Pas. 14, p. 489)

16. Il est de principe que les lois d'un pays ne deviennent

pas obligatoires dans le pays qui lui est réuni par le

seul fait de la réunion; elles ne s'appliquent au pays

annexé qu'à la condition d'y être publiées.

(Trib. Lux., 18 mars 1931, Pas. 13, p. 531)

Art. 113.

Aucune disposition de la Constitution ne peut être suspendue.

(Révision du 19 décembre 2003)

«Art. 114.

Toute révision de la Constitution doit être adoptée dans les mêmes termes par la Chambre des députés en deux votes successifs, séparés par un intervalle d’au moins trois mois.

Nulle révision ne sera adoptée si elle ne réunit au moins les deux tiers des suffrages des membres de la Chambre, les votes par procuration n’étant pas admis.

Le texte adopté en première lecture par la Chambre des députés est soumis à un référendum, qui se substitue au second vote de la Chambre, si dans les deux mois suivant le premier vote demande en est faite soit par plus d’un quart des membres de la Chambre, soit par vingt-cinq mille électeurs inscrits sur les listes électorales pour les élections législatives. La révision n’est adoptée que si elle recueille la majorité des suffrages valablement exprimés. La loi règle les modalités d’organisation du référendum.»

Art. 115.

(Révision du 12 janvier 1998)

«Pendant une régence, aucun changement ne peut être apporté à la Constitution en ce qui concerne les prérogatives constitutionnelles du Grand-Duc, son statut ainsi que l’ordre de succession.»

«Chapitre XII.»1 - Dispositions transitoires et supplémentaires

Art. 116.

Jusqu’à ce qu’il y soit pourvu par une loi, la Chambre des Députés aura un pouvoir discrétionnaire pour accuser un membre du Gouvernement, et la Cour supérieure, en assemblée générale, le jugera, en carac- térisant le délit et en déterminant la peine. - Néanmoins, la peine ne pourra excéder celle de la réclusion, sans préjudice des cas expressément prévus par les lois pénales.

(. . .) (alinéa 2 abrogé par la révision du 13 juin 1979)

Art. 117.

A compter du jour où la Constitution sera exécutoire, toutes les lois, tous les décrets, arrêtés, règlements et autres actes qui y sont contraires, sont abrogés.

(Révision du 8 août 2000)

«Art. 118.

Les dispositions de la Constitution ne font pas obstacle à l’approbation du Statut de la Cour Pénale Inter- nationale, fait à Rome, le 17 juillet 1998, et à l’exécution des obligations en découlant dans les conditions prévues par ledit Statut.»

Art. 119.

En attendant la conclusion des conventions prévues à l’art. 22, les dispositions actuelles relatives aux cultes restent en vigueur.

Art. 120.

Jusqu’à la promulgation des lois et règlements prévus par la Constitution, les lois et règlements en vigueur continuent à être appliqués.

Art. 121. (. . .) (abrogé par la révision du 31 mars 1989)

Constitution 63

Ministère d’Etat - Service Central de Législation – 2009

C O

N S

T IT

U T

IO N

Protocole international

17. Un protocole international, n'ayant pas été légalement

publié, est dépourvu de force exécutoire au Grand-

Duché.

(Trib. Lux., 20 juillet 1950, Pas. 15, p. 233)

1 Numérotation du chapitre ainsi modifiée par la révision du 19 novembre 2004.

64 Constitution

Ministère d’Etat - Service Central de Législation – 2009

- ANDRICH Daniel, «La procédure législative et réglementaire», Service Central de Législation, Luxem- bourg, 2003.

- ARENDT Ernest, «Origine et portée de l'article 23, al. 4 de la Constitution. Considérations à propos de la réforme des études supérieures», in: Publications de l'Institut Grand-Ducal. Section sciences morales et politiques, vol. II, Luxembourg, pp. 151-165, 1973.

- ARENDT Ernest, BONN Alex, ETIENNE Henri, FLESCH Colette, FRIEDEN Luc, SCHAACK Robert, «Le Traité de l'Union européenne et la Constitution du Grand-Duché de Luxembourg», Annales du droit luxembourgeois, volume 2-1992, Bruylant, Bruxelles, 1993, pp. 35-52.

- ARENDT Ernest, «Le traité de l’Union européenne et la Constitution du Grand-Duché de Luxem- bourg», Annales du droit Luxembourgeois 1992 n° 2, pp. 35 à 52.

- BEISSEL Simone, «Garanties constitutionnelles, libertés publiques, objectifs d’ordre politique – La révision à petits pas de la Constitution luxembourgeoise» in Mélanges en hommage à Francis DELPEREE – Itinéraires d’un constitutionnaliste, Bruylant-LGDJ, Bruxelles, 2007, pp. 147 à 158.

- BERMES Pierre, «Contrôle de la constitutionnalité des lois et organisation judiciaire», Feuille de liaison de la Conférence Saint-Yves 1979 n° 4, pp. 20 à 29.

- BESCH Marc, «Traité de légistique formelle», publication du Conseil d’Etat éditée par le Service Central de Législation, Luxembourg, 2005.

- BONN Alex, «Le contrôle de la constitutionnalité des lois», in Pasicrisie luxembourgeoise, Luxem- bourg, pp. 1-23, 1973.

- BONN Alex, «Les droits politiques; un problème de droit constitutionnel», Bulletin du Cercle François Laurent, IV/1992, Luxembourg. pp. 50-64.

- BONN Alex, Réflexions sur la révision de la Constitution, Luxembourg, Imprimerie centrale, 1978, 51 p. Conférence Saint-Yves, Allons-nous vers le contrôle de la constitutionnalité des lois?, Compte-rendu du colloque organisé le 16 décembre 1978, Feuille de liaison de la Conférence Saint-Yves 1979 n° 44, pp. 7 à 37 Conseil d’État, Le Conseil d’Etat, gardien de la Constitution et des droits et libertés fondamentaux, Luxembourg, 2006, 736 p.; Première mise à jour, Luxembourg 2007, http://www.conseil- etat.public.lu/-fr/actualites/-2007/09/-miseajour/-miseajour.pdf.

- BODRY Alex, «La fonction du Premier Ministre dans le système politique du Luxembourg», Bulletin du cercle François Laurent, I/1996, Luxembourg, pp. 1-29.

- BODRY Alex, SCHOCKWEILER Fernand, «La procédure administrative non contentieuse», ed. Paul Bauler, 2004.

- DELPEREE Francis, «La Constitution belge, la Constitution luxembourgeoise et le Traité sur l'Union européenne», Annales du droit luxembourgeois, volume 2/1992, Bruylant, Bruxelles, 1993, pp. 15-33.

- DELPEREE Francis, «Le contrôle de constitutionnalité des lois au Grand-Duché de Luxembourg», Annales du Droit luxembourgeois, volume 5-1995, Bruylant, Bruxelles, 1996, pp. 11-38.

- DELPEREE Francis, FREMAULT DE CRAYENCOUR Céline, «La Cour constitutionnelle luxembour- geoise», Annales du droit luxembourgeois, volume 8-1998, Bruylant, Bruxelles, 1999, pp. 95-113.

- DELPEREE Francis, «Eléments d’une constitution moderne – Un point de vue non luxembourgeois sur la Constitution luxembourgeoise», in Feuille de liasion de la Conférence Saint-Yves, 1989, n° 72, pp. 35 à 43.

- DELVAUX Henri, «La Constitution luxembourgeoise», in Revue juridique et politique. Indépendance et coopération, Paris, 26 (1972), n. 1, pp. 97-124; n. 2, pp. 139-174, 1972.

- ELVINGER André, «La Constitution et le droit au juge impartial», in Réflexions sur la réforme de la Constitution du Grand-Duché de Luxembourg, Institut Grand-Ducal, Section des sciences morales et politiques, Luxembourg, 1988, pp. 33-52.

- ERR Lydie, VANDERNACHT Pascale, HENGEN Jean-Marie, BODRY Alex, «Le contrôle de la consti- tutionnalité des lois», Cahiers socialistes européens, n° 6, Groupe socialiste au Parlement européen, J. Beffort, Luxembourg, 1993, 40 p.

Constitution 65

Ministère d’Etat - Service Central de Législation – 2009

C O

N S

T IT

U T

IO N

Doctrine

- FRIEDEN Luc, «Le droit constitutionnel et les partis politiques au Parlement», Annales du droit luxem- bourgeois, volume 1/1991, Bruylant, Bruxelles, 1992, pp. 123-153.

- FRIEDEN Luc, «Le prix de la démocratie pluraliste», Annales du droit luxembourgeois, volume 3/1993, Bruylant, Bruxelles, 1994, pp. 173-181.

- FRIEDEN Luc, La Constitution luxembourgeoise à la veille de sa révision, Banque internationale à Luxembourg, Luxembourg, 1987, 59 p.

- FRIEDEN Luc, «L’Union européenne et la constitution luxembourgeoise: une cohabitation nécessaire», Annales du droit luxembourgeois 1992 n° 2, pp. 53 à 63.

- GONNER Jean-Luc, «Le contrôle de la constitutionnalité des lois», Feuille de liaison de la Conférence Saint-Yves 1989 n° 72, pp. 25 à 33

- HUSS Alphonse, «Le contrôle juridictionnel de la constitutionnalité des lois au Grand-Duché de Luxem- bourg», in: Travaux des sixièmes journées d'études juridiques Jean Dabin, Bruxelles, pp. 145-160, 1973.

- HUSS Alphonse, «L'interprétation par le juge des règles en droit constitutionnel luxembourgeois. Rapport luxembourgeois», in: Travaux de l'Association Henri Capitant, 1978, Tome XXIX, Economica, Paris, pp. 221-224, 1980.

- HUSS Alphonse, «Luxembourg», in Francis DELPEREE (dir.), Referendums, Centre de recherche et d’information socio-politiques, Bruxelles, 1985, 404 p., spéc. pp. 301 à 307.

- HUSS Alphonse, «La constitution dans la perspective historique», Feuille de liaison de la Conférence Saint-Yves 1989 n° 72, pp. 3 à 10.

- Institut Grand-Ducal, Section des sciences morales et politiques, Réflexions sur la réforme de la Constitution du Grand-Duché de Luxembourg, avec les contributions d’Ernest ARENDT, Alex BONN, André ELVINGER, Carlo HEMMER, Alphonse HUSS, Joseph KAUFFMAN, Adrien RIES, Roger THIRY, Jean WALINE et Albert WEITZEL, Imprimerie centrale, Luxembourg, 1988, 131 p.

- Institut Grand-Ducal, Section des sciences morales et politiques, Le traité de l’Union européenne et la Constitution du Grand-Duché de Luxembourg, avec les contributions d’Ernest ARENDT, Alex BONN, Henri ETIENNE, Colette FLESCH, Luc FRIEDEN, Robert SCHAACK, Imprimerie nationale, Luxem- bourg, 1993, 57 p.

- KINSCH Patrick, «La technique du contrôle de la constitutionnalité au Luxembourg: réalité et perspec- tives», Journée de réflexion du 16 mai 1998: la technique du contrôle de la constitutionnalité des lois. in: Feuille de liaison de la Conférence Saint-Yves, n. 91, Imprimerie Saint-Paul, Luxembourg, pp. 5-18, 1998.

- KUHN Nicole et ROUSSEAUX Eric, «La Cour constitutionnelle luxembourgeoise: dernière pierre à l’édifice des cours constitutionnelles en Europe occidentale», Revue Internationale de Droit Comparé 2001 n° 2 (vol. 53), pp. 453-482.

- LOESCH Alfred, «Le pouvoir réglementaire du Grand-Duc», J. Beffort, Luxembourg; ex: Pasicrisie luxembourgeoise, vol. 15/1951, fasc. 1, 46 p., 1951.

- LOESCH Alfred, Le contrôle juridictionnel des arrêtés-lois, Etudes juridiques et économiques de l’Echo des industries, 1934, 35 p.

- MAJERUS Pierre, «L'Etat luxembourgeois. Manuel de droit constitutionnel et de droit administratif», 4e éd. complétée et mise à jour par Marcel Majerus, imp, Saint-Paul, Luxembourg, 407 p., 1977.

- MAJERUS Pierre, GOERENS Jean-Mathias, «Les institutions de l'Etat luxembourgeois», Mise-à-jour de 1989 par Jean-Mathias Goerens, Ministère d'Etat, Service des Imprimés de l'Etat, Luxembourg, 1989, 90 p.

- MARGUE Georges, «La constitution: fiction et réalité», Feuille de liaison de la Conférence Saint-Yves 1989 n° 72, pp. 3 à 10.

- MODERT Marc, «Le problème du contrôle de la constitutionnalité des lois par le juge», Feuille de liaison de la Conférence Saint-Yves 1979 n° 44, pp. 14 à 20.

- MODERT Octavie, «Parlement et Gouvernement: jeu d'équipe ou compétition?», Feuille de Liaison de la Conférence Saint-Yves, n° 84, Luxembourg, 1993, pp. 35-44.

- OLINGER Jean, «Regards sur la période d’activité du Tribunal Administratif en matière d’impôts directs», Pasicrisie luxembourgeoise 1999, tome 31, pp. 1 à 26 (spéc. pp. 8 à 11).

66 Constitution

Ministère d’Etat - Service Central de Législation – 2009

- PESCATORE Pierre, «L'organisation générale de l'Etat du Grand-Duché de Luxembourg», éd. révisée, Luxembourg, 36 p., 1953.

- PESCATORE Pierre, «Allons-nous vers le contrôle de la constitutionnalité des lois?», in: Feuille de liaison de la Conférence Saint-Yves, n. 4, Luxembourg, pp. 7-40, 1979.

- PESCATORE Pierre, «La Constitution dans le cadre international», Feuille de liaison de la Conférence Saint-Yves, 1989 n° 72, pp. 45 à 50.

- RAVARANI Georges, «Le pouvoir règlementaire des ministres après l’arrêt de la Cour constitutionnelle du 6 mars 1998», Pasicrisie luxembourgeoise 1998 n° 1, pp. 362 à 374.

- REILAND Guy et WIVENES Guy, «Contrôle de constitutionnalité et droit communautaire dérivé: rapport présenté à la rencontre des Cours à compétence constitutionnelle de l’Union européenne de septembre 1997», Pasicrisie luxembourgeoise 1997 n° 2, pp. 31 à 41.

- SCHILTZ Louis, «EC legal systems / Luxembourg», in EC legal systems: an introduction guide; edited by Maurice Sheridan and James Cameron, Butterworths, Londres, 1990, 41 p.

- SCHILTZ Louis, «Atteintes actuelles ou possibles à l’ordre constitutionnel et aux droits fondamentaux», Feuille de liaison de la Conférence Saint-Yves 1979 n° 44, pp. 8 à 14.

- SCHOCKWEILER Fernand, «Le contrôle de la constitutionnalité des lois», D’Letzeburger Land, 24 octobre 1993, Luxembourg.

- SPIELMAN Dean, «Les garanties de la propriété», Rapport luxembourgeois aux journées vietna- miennes du 17 au 21 novembre 2003 de l'Association Henri Capitant des Amis de la Culture Juridique Française, à paraître.

- SPIELMANN Dean, «Constitutional law – Constitutional Court», Bulletin of Legal Developments, 1997, p. 207.

- THEWES Marc, «Les constitutions nationales à l'épreuve de l'Europe / Luxembourg», Rapport présenté lors du colloque tenu à Paris les 10-11 juin 1992, Les constitutions nationales à l'épreuve de l'Europe; La Documentation Française, Paris, 1993, pp.187-197.

- THEWES Marc, «La Constitution luxembourgeoise et l'Europe», Annales du droit luxembourgeois, volume 2/1992, Bruylant, Bruxelles, 1993, pp. 65-78.

- THEWES Marc, «Le régime politique du Grand-Duché de Luxembourg», in Les systèmes politiques des pays de l'Union européenne, sous la direction deYves GUCHET, Editions Armand Colin, Collection U, Paris, 1994, pp. 313-348.

- THEWES Marc, «La constitution luxembourgeoise et l’Europe», Annales du droit luxembourgeois 1992 n° 2, pp. 65 à 78.

- THEWES Marc, «Le Conseil d’Etat luxembourgeois après l’arrêt ‘Procola’ de la Cour européenne des Droits de l’homme», Revue belge de droit constitutionnel 1996 n° 1, pp. 69 à 85.

- THEWES Marc, «Le pouvoir réglementaire démembré : commentaire de la révision constitutionnelle du 19 novembre 2004», Annales du droit luxembourgeois 2004 n° 14, pp. 91 à 120.

- THILL Marc, «Der Verfassungsgerichtshof Des Großherzogtum Luxemburg», Annales de droit luxem- bourgeois 2003, pp. 53 à 60.

- THOMA Françoise, «Les problèmes soulevés par le droit constitutionnel luxembourgeois en matière de ratification du Traité sur l'Union européenne», in Notes financières de la Banque Générale du Luxem- bourg, n° 41, BGL, Luxembourg, 1993, pp. 33-44.

- VITTUCCI Cristina, «La première décision de la Cour constitutionnelle du Grand-Duché de Luxem- bourg», Annales du Droit Luxembourgeois, volume 9-1999, Bruylant, Bruxelles, 2000, pp. 41-46.

- VOGEL Gaston, «L'expropriation pour cause d'utilité publique», Larcier, Bruxelles, 2003.

- VOGEL Gaston, «Le nouveau droit de la presse», ed. Promoculture, 2004.

- WELTER Félix, «Le Conseil d'Etat, gardien de la Constitution», in: Le Conseil d'Etat du Grand-Duché de Luxembourg. Livre jubilaire, Bourg-Bourger, Luxembourg, pp. 33-76, 1957.

- WIVENES Georges, «Le droit européen et les constitutions nationales – Rapport luxembourgeois», XXème congrès de la FIDE 2002, http://www.uc3m.es/uc3m/inst/MGP/lux4.pdf.

Constitution 67

Ministère d’Etat - Service Central de Législation – 2009

C O

N S

T IT

U T

IO N

68 Constitution

Ministère d’Etat - Service Central de Législation – 2009

Constitution 69

Ministère d’Etat - Service Central de Législation – 2009

C O

N S

T IT

U T

IO N

Art. 1 . . . . p. 11

Art. 2 . . . . p. 11

Art. 3 . . . . p. 11

Art. 4 . . . . p. 11

Art. 5 . . . . p. 11

Art. 6 . . . . p. 11

Art. 7 . . . . p. 11

Art. 8 . . . . p. 11

Art. 9 . . . . p. 12

Art. 10bis . p. 12

Art. 11 . . . p. 19

Art. 11bis . p. 23

Art. 12 . . . p. 23

Art. 13 . . . p. 23

Art. 14 . . . p. 23

Art. 15 . . . p. 25

Art. 16 . . . p. 25

Art. 17 . . . p. 28

Art. 18 . . . p. 28

Art. 19 . . . p. 28

Art. 20 . . . p. 28

Art. 21 . . . p. 28

Art. 22 . . . p. 29

Art. 23 . . . p. 29

Art. 24 . . . p. 30

Art. 25 . . . p. 30

Art. 26 . . . p. 30

Art. 27 . . . p. 30

Art. 28 . . . p. 30

Art. 29 . . . p. 30

Art. 30 . . . p. 30

Art. 31 . . . p. 30

Art. 32 . . . p. 31

Art. 32bis . p. 32

Art. 33 . . . p. 32

Art. 34 . . . p. 32

Art. 35 . . . p. 32

Art. 36 . . . p. 33

Art. 37 . . . p. 36

Art. 38 . . . p. 37

Art. 39 . . . p. 38

Art. 40 . . . p. 38

Art. 41 . . . p. 38

Art. 42 . . . p. 38

Art. 43 . . . p. 38

Art. 44 . . . p. 38

Art. 45 . . . p. 38

Art. 46 . . . p. 39

Art. 47 . . . p. 39

Art. 48 . . . p. 39

Art. 49 . . . p. 39

Art. 49bis . p. 39

Art. 50 . . . p. 39

Art. 51 . . . p. 39

Art. 52 . . . p. 40

Art. 53 . . . p. 40

Art. 54 . . . p. 40

Art. 55 . . . p. 41

Art. 56 . . . p. 41

Art. 57 . . . p. 41

Art. 58 . . . p. 41

Art. 59 . . . p. 41

Art. 60 . . . p. 41

Art. 61 . . . p. 42

Art. 62 . . . p. 42

Art. 64 . . . p. 42

Art. 65 . . . p. 42

Art. 66 . . . p. 42

Art. 67 . . . p. 42

Art. 68 . . . p. 42

Art. 69 . . . p. 43

Art. 70 . . . p. 43

Art. 71 . . . p. 43

Art. 72 . . . p. 43

Art. 74 . . . p. 43

Art. 75 . . . p. 44

Art. 76 . . . p. 44

Art. 77 . . . p. 45

Art. 78 . . . p. 45

Art. 79 . . . p. 45

Art. 80 . . . p. 45

Art. 81 . . . p. 45

Art. 82 . . . p. 45

Art. 83 . . . p. 45

Art. 83bis . p. 45

Art. 84 . . . p. 45

Art. 85 . . . p. 48

Art. 86 . . . p. 48

Art. 87 . . . p. 48

Art. 88 . . . p. 48

Art. 89 . . . p. 49

Art. 90 . . . p. 49

Art. 91 . . . p. 49

Art. 92 . . . p. 49

Art. 93 . . . p. 49

Art. 94 . . . p. 50

Art. 95 . . . p. 50

Art. 95bis . p. 54

Art. 95ter . p. 55

Art. 96 . . . p. 56

Art. 97 . . . p. 56

Art. 98 . . . p. 57

Art. 99 . . . p. 57

Art. 100 . . p. 57

Art. 101 . . p. 57

Art. 102 . . p. 57

Art. 103 . . p. 57

Art. 104 . . p. 58

Art. 105 . . p. 58

Art. 106 . . p. 58

Art. 107 . . p. 58

Art. 108 . . p. 60

Art. 108bis p. 60

Art. 109 . . p. 60

Art. 110 . . p. 60

Art. 111 . . p. 60

Art. 112 . . p. 61

Art. 113 . . p. 63

Art. 114 . . p. 63

Art. 115 . . p. 63

Art. 116 . . p. 63

Art. 117 . . p. 63

Art. 118 . . p. 63

Art. 119 . . p. 63

Art. 120 . . p. 63

INDEX de la Constitution par articles

70 Constitution

Ministère d’Etat - Service Central de Législation – 2009